AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Rien qu'une goute d'eau. {Pv: Ayumi ♥}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: Rien qu'une goute d'eau. {Pv: Ayumi ♥}   Mar 21 Aoû - 14:00

    La chaleur d'aujourd'hui était vraiment insupportable ! Moi qui aime me dorer au soleil, moi qui aime me jeter dans ma piscine, moi qui aime faire plein de choses par un temps pareil, aujourd'hui n'était vraiment pas mon jour. La seule chose que je voulais faire c'était d'aller dans un endroit, pas forcément froid mais, plutôt humide, comme une forêt par exemple. Je sortais donc de chez moi, faisant signe à quelque esclave en passant, cherchant un coin tranquille et à l'ombre. Je savais très bien que dans ma petite ville d'Uruk, je ne risquais pas de tomber sur un endroit comme une forêt ! Par pur instinct je me dirigeais vers la ville d'Azura. Je n'avais vraiment pas peur de marcher, même si le soleil était épuisant, j'étais déterminé à trouver l'endroit parfait pour me reposer. Je passais devant de gigantesques maisons qui ressemblaient à des palaces, devant la plage la plus belle de l'île et c'était une fois arrivé en pleins centre-ville que j'aperçu un tout petit panneau avec marquer : «Le lac des songes». J'étais vraiment convaincu qu'il n'y aurait personne pour me déranger la-bas ! J'accélérais donc le pas, impatiente de voir à quoi il ressemblait. Grand était mon sourire quand au loin, je vis des arbres magnifiques ! J'étais enfin à l'ombre. Je commençais à m'enfoncer dans la forêt, suivant les marques sur les arbres qui devaient mener au lac. Mais, doué comme j’étais, j’avais réussi à me perdre. Levant la tête un instant pour voir à travers le feuillage des arbres que le soleil commençait déjà à se coucher, je n’avais absolument pas peur de dormir à même le sol, mais je voulais trop me baigner dans ce fameux lac que je continuais de chercher désespérément.

    Il y avait toute sorte d'arbres dans cette forêt : des grands, des petits, des chaînes, des fruitiers, des droits, des penchés, épais, minces... Mais, en face de moi, se trouvait un arbre totalement unique ! Il était plein de couleurs, ni trop grand ni trop petit, il était comme perdu : il était planté au milieu d'une sorte de place vide, il n'y avait pas d'autres arbres à des dizaines de mètres... Il était vraiment le plus beau de tous. Je m'approchais de lui, perplexe de voir ce qu'il pouvait bien cacher... J'étais à quelques centimètres de cet arbres, j'étais comme paralysé, il m'était impossible de lever le bras pour toucher son écorce... Lorsque je compris qu’il ne fallait sans doute pas que je pose ma main dessus, je captais enfin un bruit qui ressemblait à une cascade ! J’étais enfin arrivé... Je reculais de quelques pas pour ne pas être trop proche de cet arbre mystérieux et le contourna avec excitation. Mais, je fus une fois de plus déçu. C’était tout ce qu’y ne ressemblait pas à un lac ! C’était un petit chalet en bois, légèrement abimé...Mais, le bruit venait bien de derrière ce chalet, sauf que, le seul moyen d'y aller était de rentrer à l'intérieur. Je m'avançais donc, ne pouvant bien sûr pas reculer maintenant que j'étais perdu et puis, même si le soleil allait bientôt disparaitre, j'avais bien profité de l'ombre que m'avait offert ces arbres. La porte était pleine de poussière, c'était vraiment dégelasse... En plus elle n'était pas facile à ouvrir mais, en donnant un bon coup de pied, elle fini par céder. Je restais bouche bée quand je vis la beauté de l'endroit... C'était de magnifique sources chaudes, avec une petite cascade qui s'achevait dans le bassin, il y avait un parquet en bois et quelques rochets pour que ça fasse plus vrai, c'était vraiment un miracle. Je n’attendis pas plus longtemps pour enlever mes vêtements, commençant par le haut, puis le bas et enfin les sous-vêtements que j’abandonnais sans pitié sur le sol avant de m’asseoir sur le parquet, mettant les pieds dans l’eau, levant les yeux pour regarder la cascade.

    Je fini par me laisser tomber dans l'eau, nageant pour me dégourdir, appréciant comme jamais l'eau de cette source. Je me mis debout, souriant au toucher de mes cheveux sur mes fesses, comme à mon habitude. Je me dirigeais vers la petite cascade, faisant comme si je prenais une douche, c'était vraiment trop bon... Je passais mes mains sur ma poitrine pour la malaxer, passant également mes mains sur mon ventre et sur mes fesses, sans gêne, je les passais aussi dans mes longs cheveux doux et violets. Je voulais vraiment rester là toute la semaine si je le pouvais mais, je me dis que toute seule, c’était peut-être trop long... Se fit à cet instant là que j’entendis un bruit provenant de la forêt... Je me rendis compte que sur mon visage, s'affichait un sourire... Mais, si c'était un maitre ? Je pense que j'étais prête à le tuer, ça ne me ferais pas de mal après tout, d'avoir de la compagnie, faudrait peut-être éviter que ce soit un mort dans ce cas...


Mmm... Y a quelqu’un ?!
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Rien qu'une goute d'eau. {Pv: Ayumi ♥}   Jeu 23 Aoû - 6:32

*Début Flashback*

- Je te laisse une journée et une seule, mets le toi bien en tête ! Pendant cette journée tu pourras aller ou cela te chante, tu n'appartiendras à personne en particulier. Cependant.... Son ton devient sévère et sec, Je t'INTERDIS d'essayer de t'enfuir ! N'y penses même pas ou je te promets que tu le regretteras tout le reste de ta misérable vie d'esclave !

Hochant imperceptiblement la tête en signe d'accord, Ayumi vit apparaître un léger sourire sur le visage de son maître à qui elle appartenait depuis déjà bien top longtemps selon elle. Esclave ? Pour toute la vie ? Cela était une injustice totale. Qu'est-ce qui faisait en sorte que certaines personnes naissaient sous une bonne étoile tandis que d'autres devaient se voir réduit à répondre aux attentes et demandes des premiers ? Oui... Injuste mais obligatoire. Elle l'avait entendu une fois, cette expression si véridique: "La loi du plus fort, l'Homme est un loup pour l'Homme." Hobbes

Trêve de Philosophie, c'était pour la toute première fois de sa courte vie, sa première vraie journée ! ... Oui, mais... qu'allait-elle faire ?

*Fin Flashback*

Elle sortit lentement de la demeure qu'elle devait appeler "Maison" et regarda à droite, puis à gauche. D'autres bâtiments se dressaient en face et sur les côtés projetant leurs ombres déformés sur le pavé sombre de la rue. Elle était dehors... Pouvant respirer l'air frais du 'dessus'. Sentant avec un plaisir non dissimulé le vent fouetter son visage pâle. La jeune fille ferma les yeux un instant se concentrant sur les bruits nouveaux qu'elle percevait, ces odeurs soit si alléchantes qu'elles lui donnaient faim, soit si répugnantes qu'elles lui retournaient l'estomac. La tête légère de tout ce qu'on avait peu lui apprendre, ni les Sciences, ni les Maths et à ce moment même là ni la Danse elle-même n'aurait pu la rendre si joyeuse.
Elle déambula quelques heures parmi les boutiques fourmillant de monde, se faisant aborder par telles ou telles personnes mais sachant à chaque fois quoi répondre pour qu'on la laisse tranquille. Les odeurs sortant des restaurants en plein coeur du Centre Ville lui faisaient comprendre sadiquement qu'elle ne connaissait rien à cette vie gustative et qu'elle devrait surement rester ignorante tout le reste de sa vie dans ce domaine précis. Pas d'invitation dans ces grands établissements pour une esclave si fragile et gringalette, cela va de soit.

En début d'après-midi elle remarqua sur un panneau un nom qui attira toute son attention "Le Lac des Songes". Un nom qui laisse à rêver c'en était certain. Forte d'une nouvelle volonté elle prit le chemin de ce fameux lac qui elle la faisait rêver.
Elle marcha quelques temps, puis se figea sur place lorsqu'elle aperçut, enfin en face d'elle, un paysage qu'elle appréciait enfin à sa juste valeur: une vague d'arbres se tenait face à elle, telle des épées vertes et touffus brandis vers le ciel.
D'un pas décidé, elle redoubla son allure pour s'enfoncer profondément dans cette rivière d’arbres et d’arbustes.
De nouveau, une multitude de sons inconnus virent frapper à ses oreilles, craquements divers, oiseaux en folie, bruits de bêtes pas forcément très rassurants... Mais avant tout, une joie intérieur pour Ayumi qui, à présent, rêvait de vivre dans un endroit comme celui-ci. Suivant les panneaux au fur et à mesure qu'elle s’enfonçait au coeur de cette jungle, elle entendit un vague murmure quelque part sur sa droite. Laissant la raison de côté, elle sortit du sentier pour assouvir sa curiosité.

Le sol était jonché d'épines de sapin encore vertes et piquantes comme des aiguilles, les arbres se ressemblaient de plus en plus et bientôt, elle se retrouva à tourner en rond, passant quatre fois devant le même tilleul dont les fleurs blanche et jaune émanaient une odeur suave et légèrement soporifique. Elle se laissa choir contre cet arbre, se disant qu'elle avait du se perdre, belle idiote qu'elle était ! Et le Maître qui voulait qu'elle soit rentrer demain matin à la première heure ! Décidément, elle n'avait pas de vaine....
Alors qu'elle allait s'assoupir, le chuchotement de tout à l'heure se fit de nouveau entendre, comme l'appelant cela presque indiscernablement.
tendant l'oreille, la jeune fille se releva de son coussin de racines et fermant les yeux, essaya de distinguer de quels côtés venait ce bruit étrange... Tout droit ! Ayumi marcha, marcha et marcha encore jusqu’à ce que ses pieds l'amènent devant un arbre d'une beauté époustouflante. Toutes les couleurs de l'arc-en-ciel semblaient en émaner, Ayumi ouvrit de grands yeux lorsqu'elle cru voir une pluie de minuscules étoiles dorées tomber de ces feuilles qui paraissaient à la fois gigantesques mais pourtant infinitésimal.
Que se passerait-il si elle le touchait ? Non, juste si elle l'effleurait ? La tentation était grande mais la raison l'emporta et, alors que sa main n'était plus qu'a quelques centimètres de ce tronc si particulier, elle fit un pas en arrière.
Dans sa tête, elle se rappela cette expression qu'on lui avait appris au Centre Scientifique : "C'est l'arbre qui cache la forêt". Il valait peut-être mieux regarder la forêt dans son ensemble et ne pas s’attarder sur seulement un de ces arbres, cela pourrait-être dangereux. La jeune fille tourna les talons, se promettant au fond d'elle-même que quoi qu'il arrive, de toute façon, elle reviendrait.

Un bruit vint alors aux oreilles de la jeune fille... De l'eau qui coulait ? Une cascade se trouvait apparemment dans les environs. Méfiante cette fois-ci, elle se dirigea lentement vers le murmure de l'eau qui n'était qu'a quelques mètres d'elle, derrière une rangée d'arbres aux feuilles orangées. Elle tomba alors face à un chalet, crasseux et rongé par les mites, qui ne semblait tenir debout que grâce à la volonté divine. La porte était ouverte, comme enfoncée, des toiles d'araignées la recouvraient.
Ayumi s’enfonça doucement vers l’entrebâillement de la porte et entendis soudain une voix en sortir.
Ne sachant si elle devait répondre ou prendre ses jambes à son cou, elle retient sa respiration quelques secondes avant d'opter pour la première issue.

Elle passa la tête dans la pièce et ne pu répondre tant la vision qui s'offrait à elle la surprise: Une femme magnifique se tenait dans un petit bassin d'eau chaude, la vapeur cachait la partie inférieur de son corps, mais sa poitrine et son ventre plat s'offraient aux yeux d'Ayumi. Ses longs cheveux violets se plaquait contre son dos. Derrière celle-ci, une cascade semblait tomber de quelque endroit merveilleux.
Comme hypnotisée, Ayumi entra complètement dans la pièce et rougissant légèrement répondit à la femme au regard d'acier:

- Bonjour.... Je.... Elle baissa les yeux, rougissant davantage, J'espère que je ne vous dérange pas ?
Revenir en haut Aller en bas
 

Rien qu'une goute d'eau. {Pv: Ayumi ♥}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» Quand Steven Bénoit ne trouve rien à dire
» Rien pour écrire à sa mère...
» Plus rien, ni personne. (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPs-