AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Même dans la neige, les ronces poussent [Pv : Shiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: Même dans la neige, les ronces poussent [Pv : Shiro]    Mer 30 Mai - 11:06

Après quelques heures dans la mer bleu claire et parsemer de taches de profondeur plus sombre qui séparait les îles, les bords de la partie de l’île qui se nommait Horoyuki était visible. Je venais de Novum Britannia, autrement dit, je fus surpris par la différence flagrante de température... Au fur et à mesure que le navire se rapprochait de la civilisation que l'on venait de quitté, ma peau se réveillait sous les frissons de froid et surprise. Je ne m'attendais pas à voire un changement si radical de climat dans ces lieux, c'était comme si nous avions quittés un continent et qu’après un long chemin, nous découvrions un nouveau monde. Bien entendus, cela ne faisait que quelques heures que j’étais dans ce navire de transport.


Pourquoi étais-je parti de Novum ? Tout simplement, en deux mots : mon travail. Je devais rechercher un maître connu pour son sadisme et sa réputation de chaud lapin pour l’envoyer dans le monde des enfers auquel il appartenait. Cette penser me fit rire mentalement, cette personne aurait pu mériter mon respect si je ne devais pas jouer la petite révolutionnaire modèle qui se bat pour des idéaux fausser. Je ne devais pas, aussi, perdre mon objectif de domination de l’île… Ah la la la, je sentais déjà l’odeur des cadavres à mes pieds ainsi que celle de la victoire, mais cela avait un prix que j’étais déjà en train de payer. Durant tout ce temps de réflexion, mon corps était resté sans bouger contre les barrières de protection du navire, mes yeux rouge restant sans cligner, mes cheveux porté par le vent glacer, ma robe faisant de même mais sinon, je n’avais aucun mouvement. A ce moment précis j’entendis un espèce de soit disant champion de force brute s’approcher de moi, posant ses coudes sur la barre que je tenais entre mes mains avant qu’il ne me regarde…

« Que fais une tel beauté sur un navire froid comme celui-ci ? Vous ne voulez pas venir au chaud… avec moi ? »

Aucun mouvement comme réponse, pas même un regard, je restai tels les statue de glace de ces terres inexplorées de ma personne, je n’avais jamais montrée les sentiments qui passaient en moi… En ce moment c’était le dégout et la colère, mais pourtant en regardant mon visage, on eut dit une poupée de porcelaine. Le gros porc de démon qui m’avait proposé cette offre plissa ses yeux avant de serrer les poings, en envoyant un vers mon visage associable.

« Répond trainée ! »

Le poing qui m’était destiné s’heurta violemment contre des ronces noires et rougeâtres, parsemées d’épine affuté et une étrange aura de destruction… Ces dernières venait de poussé depuis ma joue, formant un bouclier contre la main du démon. Ce dernier hurla de rage et de douleur mais une autre ronces poussa, sous ses pieds, s’enroulant autour de lui avant de l’envoyer par-dessus bords… je murmurai alors

« Un idiot à la mer… »

Les imbéciles comme ce démon mouillé étant légion sur cette île, mais ceux qui possédaient une réelle puissance n’était que très peu nombreux. Enfin, cet énergumène à au moins le mérite d’avoir fait accélérer le temps qu’il restait, en effet, le bateau arrivait au port, et j’entendis alors un hurlement de douleur… je pensai alors que le démon venait de rencontre les pierres du port et la coque du bateau en même temps. Mes mains lachèrent alors la rambarde de sécurité, les ronces revenant sous ma peau comme si rien n’était. Je descendis alors lentement sur la terre ferme et mes yeux sans pupilles regardèrent la ville… Maintenant je devais chercher ce démon… Que la traque commence.

(Thème : Lucifer)
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Même dans la neige, les ronces poussent [Pv : Shiro]    Mer 30 Mai - 12:25

Les choses changent si vite... on ne le voit pas forcement et pourtant ça peut nous arriver juste sous le nez au moment qu'on attend le moins. Il y a des choses qui changent pour le bonheur de certains, pour d'autres cela peut se révéler être une véritable malédiction. Pour moi je peux éventuellement dire que les deux cas me correspondent bien. Ma vie jusque là si paisible et calme avait prit un tournant que je ne pourrais peut être plus changer... Peut être me demanderez vous pourquoi... ou peut être pas... mais dans les deux cas je ne vous en direz pas d'avantages, tout ce que je peux dire c'est que c'est d'ordre personnel. Bref revenons à nos moutons, la journée s'annonçait plutôt bien, un temps adéquat pour moi, pas trop de soleil et donc pas de canicule, mais pas un ciel trop sombre annonçant la pluie, bref une petite éclaircie plus ou moins annonciatrice de belle journée. Heureusement d'ailleurs que le temps était au rendez vous, je venais de recevoir une lettre du poste général du port de l'île d'Hiroyuki. Apparemment un bateau venant de Novum Britannia devait accoster dans l'après midi. Eh merde comme si j'avais que ça à faire.... Les gardes côtes s'occupent des bateaux arrivant de l'extérieur d'Aijou... Mais là quand il s'agit d'un navire provenant d'une autre île du continent, je dois aller vérifier par moi même au cas où une invasion surprise se présenterait. Surtout que Novum Britannia... son empereur, Raito... Ce type ne m'inspire pas la plus grande confiance du monde, je dois même dire que je m'en méfie assez. Bref je verrais bien les passagers et la cargaison de ce bateau une fois là bas. C'est quand même assez chiant que ça soit à l'autre bout de mon île...

Je marchais un peu à l'étage de la demeure, passant par le dojo pour accéder au balcon qui donnait sur le jardin et sur la forêt de cerisiers. L'atmosphère était fraîche, mais en même temps l'air est parfois si frais sur toute l'île qu'on pourrait dire que c'est l'hiver toute l'année. Je regardais droit devant moi en posant mes mains sur le garde corps en bois du balcon, fermant les yeux pour prendre une grande bouffée d'air frais, puis je levais la main pour créer un dragon de glace afin de monter sur sa tête. mettant mes mains dans mes poches en le laissant prendre de la hauteur et s'envoler à toute vitesse. Le vent frais devint glacial à cause de la vitesse, mais ça ne m'affectait pas vraiment plus que ça, l'air faisait voler mes vêtements vers l'arrière ainsi que mes cheveux.

Finalement, se fut très rapide et j'arrivais au port en une bonne dizaine de minutes... En même temps vu la vitesse à laquelle j'allais c'est pas si étonnant. je souris en coin en voyant l'entrée du port, j'avais oublié à quel point c'était un bien bel endroit. L'entrée qui séparait l'océan de la baie était délimitée par un magnifique portail de glace de la taille d'un aqueduc, au centre de celui ci et au sommet se trouvait la sculpture d'un dragon de glace sur lequel était aussi marqué "AIJOU". Les remparts en glaciers longeaient les côtés du port pour éviter toute entrée clandestine. Je bondis sur le toit d'un bâtiment, puis sur un autre, et ainsi de suite avant d'arriver sur le haut de la tête de la sculpture de dragon sur l'immense portail. Je m'accroupis en joignant mes pointes de pieds sur cette surface très très étroite avec un grand équilibre, admirant l'horizon à perte de vue d'un regard sans la moindre expression.
Finalement le bateau entra au port, je le suivais du coin de l’œil en baissant peu à peu la tête au fur et à mesure qu'il passait sous le portail de glace géant.

Une passagère me semblait louche parmi tout cet équipage plutôt banal. Cheveux violets, yeux rouges sang sans la moindre présence de pupilles, longues oreilles inhabituelles... Et cet air sans la moindre expression comme le mien... ouais pas de doute cette femme là était étrange. J'hésitais à l'interpeller directement ou à faire durer le plaisir et à la suivre discrètement... pour l'instant je penchais surtout sur la deuxième option... mais pour le moment, je me contentais toujours d'observer du haut de mon perchoir glacé, le moindre de ses mouvements pour en voir peut être un de suspect ressortir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Même dans la neige, les ronces poussent [Pv : Shiro]    Mer 30 Mai - 15:13

Après quelques pas dans ce port magnifiquement décorer il faut bien l’avouer, je m’arretai en plein milieu. Je me sentais espionnée, je sentais un regard lourd sur moi, comme l’aigle qui regarde le serpent depuis les cieux avant de plonger dessus, le saisissant entres ses cers. Non je n’aimais vraiment pas cette sensation, pourtant rien ne se laissait voir sur mon visage. Dans cette partie de l’île de glace, je gardais mon visage figé, comme les glaciers colossaux centenaire. Mon visage tourna légèrement de droite à gauche, comme une machine, aucun geste n’est inutile, chaque mouvement est froid, sans ame. Pourtant je ne voyais rien, juste des passant, des maitres et des esclaves et quelques curieux qui me regardaient. Je devais effectivement capturer la vision de beaucoup de monde habillée comme je l’étais. Ma robe rouge plaquée sur mon corps, ne couvrant pas mon ventre et s’arrêtant légèrement au-dessus de mes seins attirait les regards des pervers. Ma longue robe rouge couvrant mes jambes, deux ou trois ronces étant dessus au cas où une attaque rapide est envisagée.

Après quelques minutes a réfléchir dans mon esprits, je repris ma route froidement. Mes talons frappant le sol bruyamment, lentement et en rythme. Les personnes qui auraient du me barrer la route par le présence s’écartait devant moi, les gros porcs sentant la vinasse, les esclaves craintif et même un garde de du port. Je ne sais pas si c’est par ce que je ressemble à un monstre du néant, à mon aura malsaine ou encore par galanterie mais j’appréciais qu’on s’écarte devant moi… Oui et quand je dominerais les îles tout le monde fera cela. J’hurlais de rire dans mon fort intérieur, alors que c’était un silence pesant en dehors. Je devais vraiment me concentrer sur ma mission, sinon je m’éloignerai de mon objectif principal…

Je poussai porte d’une espèce de bar, le brouhaha provenant de l’intérieur s’étant immédiatement estomper quand je passai la porte… Les hommes me regardaient certains me sifflaient, d’autre ne firent pas à attention et reprirent leur discussion… C’était vraiment étrange, n’y avait-il personne de puissant ici ? Es ce que tous ces poltrons ne sont ici que pour éviter les combats ? Pfeuh… J’allais m’installer tranquillement dans un coin du bar, a une table proche des autres, le meilleures endroit pour récolter des infos c’est bien ici… Mais j’hésitais, devais-je les faire parler de force ou attendre que quelqu’un parle de ma cible ? Dans le doute, quelques ronces sortirent du plafond et s’enroulèrent sur le poutre, prête a l’emploie et surtout a détruit le bâtiment si il le fallait
Maintenant il fallait attendre et être patiente… La patience s’acquière par la patience… et j’en ai jamais eu…
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Même dans la neige, les ronces poussent [Pv : Shiro]    Jeu 31 Mai - 5:46

Elle restait immobile un certain temps, regardant tout autour d'elle sans montrer la moindre expression sur son fin visage. Je continuais de la scruter sans relâche, tentant sans arrêt de la discerner, restant aussi assez méfiant, à l'affût du moindre geste suspect. Son accoutrement était assez osé je dois dire, une robe rouge laissant apparaître son ventre et s'arrêtant juste à sa poitrine. Pourtant ça ne me déconcentrait pas du tout, j'avais d'autres choses à faire que de mater ses formes généreuses. Non ce qui attirait surtout mon attention, et attisait également ma curiosité, c'était la présence de lianes noires à épines rouges... comment on appelle ça déjà..? Ah oui des ronces, des ronces sombres qui dégageaient une aura pas des plus rassurante. Non en fait c'est la femme elle même qui dégageait cette sensation obscure. Je plissais les yeux en la fixant, la suivant du regard alors qu'elle s'éloignait petit à petit des quais. Je pris appui sur mes genoux pour me redresser, pieds joints sur la pointe de glace sur laquelle j'étais. Puis je disparus en l'espace d'une seconde, me déplaçant instantanément sur le toit du bâtiment d'en face. Puis je me laissais tomber le long de la façade jusqu'à une petite ruelle sombre et vide de monde, calme comme tout.

Je m'adossais au coin du mur, ayant pris de l'avance sur l'étrange femme, croisant les bras en fermant les yeux, l'ombre des bâtiments me cachant complètement dans la pénombre. Je pouvais très bien aller directement lui demander ce qu'elle faisait là et pourquoi elle dégageait une aura si meurtrière, mais je préférais d'abord tâter le terrain avant d'envisager de foncer dans le tas. Je l'entendis se rapprocher peu à peu et bruyamment, puis le son dévia et s'éloigna, suivi d'un grincement de porte. Je rouvris les yeux avant de fixer le bâtiment du coin de l’œil qui n'était autre qu'un bar. Ironie du sort c'était l'un des bars où j'allais souvent pour me détendre après avoir surveiller les bateaux entrant dans le port.

Je la suivit donc dans le bar, et en ouvrant les portes, les gens me regardaient d'un drôle d’œil. Certains détournaient vite le regard car ils savaient qui j'étais, d'autres ne disaient rien... bref accueil froid comme je les aime. Pendant que je me dirigeais au comptoir, je repérais discrètement du coin de l’œil la femme aux longues oreilles, restant toujours méfiant. Une fois assis sur l'un des tabourets devant le comptoir, le Barman arriva avec un verre en main qu'il nettoyait avec son chiffon.

"Tiens, Hitsugaya-Sama, qu'est ce que je vous sers aujourd'hui?"


"Comme d'habitude Ibiki tu le sais très bien, et je t'ai déjà dis d'arrêter de m'appeler ainsi... Il peut y avoir des oreilles indiscrètes dans le coin..."


Sur ce, le serveur s'éloigna et revint une minutes plus tard avec un verre et une bouteille de saké en main. Il me servit rapidement et me laissa la bouteille sur le comptoir. Je pris le récipient entre mes doigts avant de le porter à mes lèvres en savourant le goût fort de la boisson. Toujours à observer la demoiselle de loin, et discrètement, de manière à ce qu'elle ne se rende pas compte que je l'observe... Tout du moins en espérant réussir à y parvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Même dans la neige, les ronces poussent [Pv : Shiro]    Jeu 31 Mai - 6:11

C’était vraiment étrange, dans ce lieu de glace, de froid inhospitalier, des êtres vivant y habitait… Bien plus que je ne le croyais en tout cas. Sur Novum la population est bien plus dense, les bars comme celui-ci sont légion et le nombre de client exponentiel… Mais cela restait quand bien même étrange. Pourquoi vivre dans un lieu comme celui-ci ? Rien ne doit pousser, donc ils doivent importer ce qui coute plus chère et fais augmenter les famines et les repas des esclaves sont encore moins nombreux… Une seconde… Pourquoi je pense à ça ? Je n’en ai rien à faire que ces idiots de faiblard meurent de froid ou de faim… Je ne dois pas me laisser déconcentrer. Pour ne plus penser à cela, je me saisis de la carte posé sur la table, regardant les alcool que possédait cette endroit avant de regarder un espèce de serveur… On aurait dit qu’il avait perdu un pari à voir comment il s’approche avec méfiance… Dans le fond c’est amusant… et Pathétique en même temps. Mon visage de glace et d’ombre ne silla pas, mes cils se fermèrent doucement comme pour dire » approche je ne te tuerais pas… » Bien que cette idée m’effleurait l’esprit… Calme toi tu dois être une « rebelle »… Je vais finir par avoir un trouble de la personnalité puissant si ça continue encore longtemps.
Quand le serveur arriva à porter il me demanda :

« B ..Bienvenue chez… nous… que puis… je vous servir ? »

Quel idiot faiblard trouillard… Il empestait la peur et la terreur, c’était vraiment pitoyable. Surement un esclave du patron… enfin j’espère pour lui, sinon il à aucune excuse pour être aussi lache. Je levai la main doucement avant que cet idiot ne se précipite en arrière et tombe… Il croyait que j’allais l’attaquer ou quoi ? Mon visage froid resta comme tel, mes yeux rouge se posant sur la carte et de mon doigt je montrai un des alcools qu’il avait : Liqeur. Le serveur me regarda… puis se releva vissiblement gêner avant de partir chercher la commande. Mais quel île de trouillard.


Seulement, malgré tout le bruit qui reprenait dans la taverne, mes oreilles se dressèrent un peu… Hitsugaya-Sama ? Ce nom me disait quelque chose… Avait-il un lien avec la personne que je recherche ? Ou peut-être avec le dirigeant de cette partie de l’île ? Je ne savais vraiment plus… Mon visage tourna lentement, comme les humains qui arment un canon avant de tirer. Mes yyeux roulèrent vers le dénommez Hitsugaya sans discrétion, le seul moyen qu’il ne remarque aps que je le regarde était qu’il soit aveugle. Je murmurai doucement d’une voix froide et sifflante

« Hitsugaya… »

Suite à cela le serveur arriva, il me posa doucement le verre sur la table pour ne pas que je fasse un auttre geste brusque, comme si il devait nourrir un animal enragé… Des ronces sortir doucement de la table, prenant le verre et l’amenant à mes lèves violet, vidant cul sec la boisson avant de me lever. Me dirigeant vers le bar, et peut-être vers cette Hitsugaya… Quand je passais à côté d’une table, je sentais les émotions conviviale devenir sinistre, peur et froideur rien qu’a ma présence. Oui c’était vraiment bon de le sentir. Je me posai a côté de lui, regardant le barman, ma voix emplis de haine et de froideur sifflant encore

« Barman… Ou puis-je trouver un maitre nommé Dèlvora… ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Même dans la neige, les ronces poussent [Pv : Shiro]    Ven 1 Juin - 16:04

Je ne pouvais m'empêcher de sourire en coin, amusé et presque moqueur en voyant le jeune serveur perdre ses moyens devant l'étrange femme, il semblait si effrayé, si fragile.... si faible comparé à elle. J'étais loin de m'imaginer que sur mon île, il pouvait y avoir de tels êtres froussards à de point là. Bah, ça m'importait vraiment peu que la moitié des gens vivant à Hiroyuki soient des poules mouillées, je m'en foutais complètement pour dire la vérité en fait. J'étais assez compréhensif sur le fait qu'on ne pouvait tous pas être fort, certains ne sont pas des brutes mais ont un sens de la logique et de la réflexion comme nul autre n'en possède. Ceux qui n'ont pas les muscles ont au moins le cerveau, c'est pas pour rien que je suis le dirigeant de l'armée stratégique de Aijou après tout. Bref, après que le serveur ait finalement servi la femme sombre, je ne pus m'empêcher de plisser les yeux en voyant les racines pousser sur la table, prendre le verre et le porter aux lèvres de celle ci. Elle semblait avoir là un pouvoir fort intéressant, c'est comme si... ces ronces obéissaient au doigt et à l’œil à sa volonté, mais je dois dire que cela ne m'étonnerait guère si tel était le cas. Je me contentais de l'observer, constatant qu'elle tourna aussitôt le regard dans ma direction, me fixant de ses yeux rouges sang... inexpressifs... le genre de regard à vous glacer le sang. Seulement dommage pour elle, si elle cherchait à m'intimider elle s'est ratée, si la mort elle même ne m'effraie pas c'est pas elle qui y parviendrait.

Bref, je finis par détourner le regard pour me concentrer sur mon verre de saké, je le portais à mes lèvres en le buvant doucement, savourant chaque gorgée comme il se devait. Je sentais le regard du barman se poser sur moi et ensuite sur la femme dans le coin de la salle, et vice versa. C'est alors que je sentis l'aura sombre de cette étrange créature très près de moi, pour tout dire elle avait prit place juste à côté. Elle posa une étrange question au barman qui me laissa perplexe... Elle semblait chercher un maître du nom de Dèlvora. Bizarrement ce nom ne me disait rien, jamais entendu parler d'un démon ayant ce nom sur Hiroyuki. L'homme hésita longuement à répondre, en train de réfléchir à la question. Je restais froid, semblant désintéressé par le sujet mais y portant pourtant une oreille attentive, savourant toujours mon saké en me resservant un troisième verre. Je fermais les yeux, un petit sourire au coin des lèvres en buvant cette fois ci cul sec la boisson. Et quand le barman allait ouvrir la bouche, je levais soudainement la main devant lui comme pour lui dire "stop, ne dis pas un mot". Toujours silencieux, je finis pas tourner très lentement le visage vers la femme aux cheveux indigo, ouvrant doucement les yeux en même temps.

"Je m'excuse de répondre à sa place.... et aussi de répondre à votre question par une question... Mais peut on savoir pourquoi une étrangère à Hiroyuki viendrait elle rencontrer un maître...? Je trouve ça un chouïa suspect..."


je pris une position plutôt décontractée suite à ces mots, me tournant complètement vers elle en utilisant le tabouret pivotant. Je posais mon coude sur le comptoir, ma joue contre mon poing en la fixant soudainement plus froidement, fronçant les sourcils très légèrement, mais suffisamment aussi pour lui montrer ma méfiance. Je dois dire que son pouvoir était assez intéressant sur le plan qu'il m'intriguait particulièrement. Mais la réelle question qui trottinait le plus dans ma tête... Était elle une ennemie ou une "alliée"? Faisait elle parti de la rébellion...? Peut être qu'elle pouvait être une maîtresse elle aussi... ou alors dans le cas extrême une espionne au service de quelqu'un pour récolter des informations sur cette île... Je dois dire... que cela m'intriguait bien plus que n'importe quoi d'autre en ce moment même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Même dans la neige, les ronces poussent [Pv : Shiro]    Ven 1 Juin - 17:03

Ce temps de réponse commençait à m’énerver au plus haut point… Ce n’était pourtant pas compliqué, s’il ne connaissait pas le nom de la personne qui se prénommait Dèlvora alors il n’avait qu’à me le dire, sans perdre mon temps. Et si il la connaissait alors je lui ferais cracher les vers du nez à coup de ronce si il ne voulait pas parler. Mais malgré tout, malgré le fait que je bouillonnais d’impatience envers le barman, malgré que cet endroit soit des plus désagréables, mon visage ne reflétait aucune émotion. De l’extérieur, on eut dit que j’étais une simple statue, de cire, de glace et d’une grande cruauté dans le fond du regard. Sur le bar où mes doigts étaient posés des ronces commençaient a poussé, allant s’emmêler entre ses doigts.

Si moi je ne montrais aucun signe, mes ronces semblaient horriblement impatientes. Certaines commencèrent à aller vers le barman, pourtant je ne leur avais rien demandée, comme si elle réagissait à mes émotions… Franchement très intéressant, mais pour le moment je devais me concentrer. Puis… une voix se fit entendre, es yeux restèrent d’abord fixer sur les lèvres du barman, mais au fil des mots qui s’enchaînaient je ne les vit pas bouger. Alors suit à cela, mes yeux rouge sang roulèrent vers l’homme à côté de moi, ce Hitsugaya.

« …Mais peut on savoir pourquoi une étrangère à Hiroyuki viendrait elle rencontrer un maître...? Je trouve ça un chouïa suspect... »

Je ne savais ce que cet homme me voulait, ni même qui il était. Bien que son nom m’indiquait que ce n’était ma cible, je n’aimais pas qu’on se mêle de ce qui ne nous regarde pas. Mes yeux restèrent sans aucune réaction à son discours, mais il avait attiré mon regard déjà. Sans bouger mes yeux, je le détaillais, ses yeux bleu glace, ses cheveux blanc neige et sa… petite taille était vraiment spécial. Son aura était froide, presque autant que la mienne, non. Pour être excate, il était la froideur incarnée, mais la froideur au sens propre du terme, comme un iceberg. Moi j’étais froide comme la mort…
Après ce léger monologue personnel, je clignai pour la première depuis mon arriver ici. Mes ronces était revenus en moi, avant que ma voix cinglante, et froide ne prenne peu à peu la palce qui lui était dû dans ce lieu bruyant.

« Vous vous mêlez de ce qui ne vous regarde pas Hitsugaya… Mes motivations quant à la rencontre de cette personne ne regarde-moi et uniquement moi. De plus, même si vous trouvez ça suspect, je doute que vous demandez la raison de leur présence a toute personne ici. Je suis là seule que vous avez interrogée… Car je sors de l’ordinaire. Mais si vous voulez savoir si je vais commettre un meurtre… J’aurais pas été si facile a remarquer si je voulais »

Je ne dis plus rien, retournant dans mon silence… Ce barman ne me dirait rien à propos de ma cible. Alors comme la statue de haine et de terreur que je suis-je me retournai et commença a avancer, j’entendis quelques sifflement de démon regardant mon décolleté ou encore mes fesses. J’aurais bien voulus les tuer et me nourrir d’eux, mais avoir cette chevelure de glace qui me surveillait était assez. Je sortis donc, laissant des ronces pousser légèrement derrière chacun de mes pats. Une légère odeur de roses et de mor sortait de mes cheveux et imprégnait la salle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Même dans la neige, les ronces poussent [Pv : Shiro]    Sam 2 Juin - 6:11

Je continuais de la fixer sans relâche, ne prêtant même pas attention aux ronces sombres qui s'éparpillaient sur le comptoir, j'étais loin d'être effrayé par ce genre de chose, raison pour laquelle je gardais mon sang froid, pour ne pas dire glacial tellement j'étais neutre et indifférent dans le regard. Pourtant, même si je ne le montrait pas, je restais méfiant. Comme elle je restais sur mes gardes, prêt à contre attaquer au cas ou une agression soudaine se ferait. Mes yeux bleus émeraude dégagèrent alors une lueur bleue azur, leur donnant une apparence pure. Mon corps lui même dégageait une fine aura bleue de la même couleur, presque blanche, est complètement glaciale. La fraîcheur qui se dégageait de mon corps changeait relativement l'atmosphère, la rendant pesante sur tout ceux qui s'y trouvaient. Il semblerait que les seuls à ne pas souffrir de cette ambiance lourde et froide, c'était moi et cette étrange femme assise en face de moi. Je souriais discrètement en coin, sans la quitter des yeux, son petit discours m'avait assez amusé je dois dire. Elle connaissait mon nom mais apparemment cela ne lui rappelait rien... Bof ça à la limite c'était pas grave, je ne cherchais pas à être reconnu de tous, mais je voulais quand même lui mettre les pendules à l'heure.

Je faisais glisser mon index sur le bord de mon verre de saké vide, faisant sans cesse des rotations dessus en penchant la tête doucement sur le côté. Peu à peu, les bords du comptoirs se givrèrent, le sol en fit de même à certains endroits, et quelques verres gelés finirent par se briser à cause de la pression glaciale.

" Disons qu'en tant que dirigeant de cette partie de l'île, je me permets de poser des questions à qui je veux et quand je le veux... surtout quand cette personne est louche et me fait penser qu'elle n'apportera sûrement rien de bon..."

Même si la plupart des ronces noires à épines rouges de la femme aux yeux sang se repliaient sur elle et, je ne sais comment, semblaient fusionner avec son corps. Je ne pus m'empêcher de poser mon doigt sur l'une d'elle et de la geler instantanément avant qu'elle se brise en mille morceaux. Admirant sans la moindre expression faciale, à quel point cela était beau de voir quelque chose se geler et disparaître dans la même seconde en plusieurs petits fragment glacés. La plupart des gens dans le bar finirent par s'en aller rapidement, tellement l'atmosphère était intenable entre elle et moi. Soit c'était le froid de mon aura glaciale qui leur faisait froid dans le dos, soit c'était la confrontation mentale qu'elle et moi nous nous efforcions de garder pour voir lequel finirait par craquer. C'était assez amusant, nous étions tous les deux inexpressifs dans notre regard, pourtant les sensations psychologique devaient se bousculer à l'intérieur.

"En revanche nous ne somme pas à égalité sur un point... Vous connaissez mon nom et j'ignore le vôtre... Libre à vous de ne pas me le donner... mais dans ce cas je vous suspecterais déjà plus que c'en est le cas actuellement..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Même dans la neige, les ronces poussent [Pv : Shiro]    Sam 2 Juin - 13:19

Cette fraicheur, ce froid de glace qui semblait se propager dans le bar, ce souffle d’air froid qui me recouvrait doucement d’un frisson, je la haïssais vraiment. Sans doute mon coté dryade, sentir que ma peau se refroidissait, que l’atmosphère devenait presque congeler… Par quelqu’un d’autre que moi, c’est surtout cela qui m’énervais. J’aurais voulus lui faire connaitre ma véritable force, mais je ne fis rien laissant son auras peu à peu dominé là mienne. Même si je haïssais perdre face à quelqu’un que je ne connais pas, s’il voyait que ma force n’était si grande que cela, il ne me ferais plus cet espèce d’interrogatoire dissimulé. Mais qu’es ce que je fous ? Pourquoi je laisse volontairement ma force diminuer ? Serais-je capable d’aller aussi loin juste pour cette rébellion ? Mais si je ne le faisais pas, je pourrais dire adieu à mon destin… Tss… Mais quelle situation ennuyeuse. Durant tout ce temps, rien n’avait bougé, que ce soit mes yeux, mes cheveux ou mon visage, je restais comme une pierre qui subit la morsure des flammes. Le bruit cristallin des verres se détruisant peu à peu était un son assez doux et apaisant, je devais l’avouer.


Seulement, je ne m’attendais pas à là phrase qui suivait ces bruits, je ne pensais pas que cela soit réellement possible. Que lui, soit ici. Devant moi. Enfin c’est surtout sa faible auras qui m’étonnait, car après tout, les dirigeants de l’île y sont car ils ont battus un peuple faible… Quel exploit… Ce qui me fit hurler de rire dans mon fort intérieur c’était que ce petit bout d’homme, L’empereur de cette partie de l’île semblait être un enfant gâté. Qui je veux quand je veux, phrase type des enfants pourrit gâté. Mais même ça, mon corps sut l’encaisser, restant de marbre, mes yeux rouge sans pupilles roulant alors vers la porte de sortie.

« Je ne sais pas ce que vous espériez obtenir en me disant que vous êtes le dirigeants de ces lieux, mais n’espérer aucun respect de ma part . Face au Dirigeant Raito, vous n’êtes rien. »

Je connaissais seulement l’empereur Raito de réputation, mais rien que ma phrase pouvait mettre le feu aux étincelles. Mon but étant de lui faire croire que je suis bien ici en tant que maitresse qui cherche vengeance, ou même une agent de Raito. Peut-être qu’ils sont en froid, mais je m’en moque, pour le moment, je ne devais pas grillez ma couverture.
Alors que toutes mes ronces rentraient dans mon corps, j’entendis un autre bruit cristallin, mais celui-ci était différent, plus sombre… Plus… aigus… Mes yeux rouges bougèrent pour la prmeière fois, regardant ce que l’homme venait de faire, puis la personne en question. Je bouillonais de rage, je ne supportais pas qu’on touche à mes belles ronces obscur. Chaque personnes ayant osés faire cela se sont fais déchiqueter et enterrer vivant par ces mêmes ronces. Cependant, mes yeux ne disaient rien… Pourquoi ? Tout simplement car les morceau de ma ronces brisée suintèrent d’une aura démoniaque, maléfique… Ces morceaux prirent la forme d’une nuage noir, une lueure violatre par endroit avant de se reformer à l’endroit où la ronces venait d’être détruite. Puis elle vint ramper vers moi, rentrant aussi en moi.

« Il est vain d’essayer de m’effrayez… Mes ronces ne craignent pas le froid… Elles ne vous craignent pas. Mais comme vous avez un semblant de forces, je vais vous répodnre. Je Danya, la dryades maudite. »

Je ne savais pas si il me connaissait, il semblait jeune et comme je suis une légende mythologique, peut de personne aussi jeunes me connaitrait. Après quelques secondes à le regarder en détaille, je repris donc ma route, poussant la porte du bar, et retournant dans le port de glace. Cherchant un nouveau lieu de regroupement, ayant encore besoin d’information sur ma cible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Même dans la neige, les ronces poussent [Pv : Shiro]    Dim 3 Juin - 15:49

Plus les minutes passaient, et plus cette femme me tapait sur les nerfs, pourtant mon calme olympien était difficile à briser, mais si elle continuait comme ça j'allais pas tarder à devoir changer de ton. Ce n'est pas le fait qu'elle n'avait pas l'air de me prendre au sérieux, alors que je lui ai révélé être l'empereur de cette partie de l'île qui m'agaçait le plus, encore moins quand elle mentionnait le nom de Raito. Ce qu'elle disait était vrai, face à Raito j'étais probablement un niveau en dessous, mais je me foutais complètement d'être inférieur à ce démon, même être comparé à lui m’importait vraiment peu. Non ce qui m'énervait intérieurement, c'était que malgré le fait qu'elle ne changeait pas d'expression, je sentais dans ses yeux du mépris, je sentais qu'elle me sous estimait clairement. Après je ne peux prétendre savoir à quoi elle pensait exactement à propos de moi, mais en tout cas, c'était une évidence que cette peste me regardait de haut... La pauvre... si elle savait que tout ceux qui ont osés faire cette erreur sont à présent six pieds sous terre... Pourtant malgré son manque de respect, son orgueil sans bornes et sa vanités plus qu’agaçante, je ne ressentais pas l'envie de la tuer, enfin si, l'idée m'a vite traversée l'esprit mais j'y renonçais pour éviter de causer du grabuge inutile dans un lieu comme celui ci.

Si elle croit qu'évoquer le nom de Raito allait me faire sortir de mes gonds, si elle pensait parvenir à me provoquer avec cela, alors elle était encore plus naïve que je le croyais, et c'était bien triste à voir. Son regard inexpressif mais froid de haine qu'elle me lançait après que je m'en sois pris à une de ses ronces, il m'amusait je dois avouer, il en faudrait plus que ça pour m’intimider ma petite, t'as pas trouvé mieux qu'un regard à la con? C'est alors qu'elle me donna son nom, rajoutant que ses ronces ne craignaient pas le froid, et qu'elle ne me craignaient pas non plus. Oh ça je n'en doutais pas, là je lui donnais volontiers raison, car si ces machins qu'elle appelle des ronces craignaient mon pouvoir, ce serait pas amusant... "Semblant de pouvoir"... Voilà qu'elle se remettait à me sous estimer, parfois ça m'arrivait de maudire mon physique plutôt jeune pour mon âge. Faut dire que quand on est à moitié démon, on a une espérance de vie un peu plus prolongé qu'un humain normal, mais moins long qu'un démon pur sang. Il fallait quand même que je la mette en garde, je ne cherchais pas à l'effrayer, juste à la prévenir que si elle me sous estimait, elle pourrait s'en mordre les doigts.

"Alors sachez, mademoiselle Danya, que le froid est bien plus dangereux que vous semblez le croire... Je ne doute pas que votre pouvoir peut résister au mien... Mais un petit conseil à l'avenir, si vous sous estimez la puissance de la glace... vous pourriez bien vous retrouvez submergée bien plus tôt que vous ne le pensez. Ah et dernière chose, cette petite démonstration que je viens de faire... n'était même pas le dixième de ce que je suis réellement capable de faire..."

Je me servis un autre verre de saké, juste un dernier fond pour quand même garder les idées claires. La dryade elle, même si j'ignore ce que c'était que ce genre de bestiole, se leva pour se diriger doucement vers la sortie. Elle partait sans payer sa boisson, vraiment sans gêne celle là. Et au moment où le barman allait lui faire la remarque je lui refis mon geste de la main pour lui dire de la fermer. L'aura maléfique de cette femme me laissait penser qu'elle finirait par tuer quelqu'un si une autre personne que moi lui faisait une remarque. Je sortis alors un billet de ma poche pour le poser sur le comptoir, indiquant au barman qu'il y avait la somme pour ce que j'avais bu, ainsi que pour la boisson de cette Danya, si tel était bien son nom. Mais sur ce point je doute qu'elle m'est menti, c'était à coup sûr son vrai nom. Bref, je fermais les yeux doucement, souriant en coin en haussant la voix, m'adressant à la dryade avant qu'elle ne pousse la porte.

"Oh... une dernière chose..."

En une fraction de seconde j'étais arrivé devant elle, d'un déplacement extrêmement rapide de mon tabouret qui était pourtant à bonne distance d'elle. D'un geste rapide, furtif, ne lui laissant même pas le temps de réagir, je saisis mon sabre dans mon dos et le dégaina pour porter un coup à sa gorge, arrêtant la lame juste à un centimètre de sa peau. J'étais un peu décalé sur le côté par rapport à elle, mon visage à côté du sien en fixant l'intérieur du bar, regardant à l'opposé d'elle, un regard sérieux.

"Je te laisse tranquille.... mais si tu apportes des ennuis sur cette île... Je te chercherais, je te trouverais... et je te tuerais! Sois en sûre...!"

Puis sur ces mots je baissa ma lame pour la rengainer dans mon dos, me tournant ensuite pour prendre le chemin inverse au sien, un léger sourire en coin sur les lèvres malgré le fait que je restais très sérieux à ce que je lui avais dis. Après tout, quand je fais une promesse, je la tiens jusqu'au bout.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Même dans la neige, les ronces poussent [Pv : Shiro]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Même dans la neige, les ronces poussent [Pv : Shiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LES CHEVREUILS DANS LA NEIGE / GUSTAVE COURBET
» Pique-nique dans la neige [PV]
» Un souffle dans la neige... [Syndrell, Snow]
» A l'abris de la neige. [Privé]
» Deux bonshommes de neige plus tard...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPs-