AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Une île aux saveurs de chaînes / PV Lisa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: Une île aux saveurs de chaînes / PV Lisa   Dim 22 Avr - 13:20

Alice se réveilla aux aurores au milieu d'une longue cage en fer isolée au milieu d'un vieux hangar dans laquelle dormaient encore plusieurs de ses congénères. La jeune fille reconnut là quelques-une de ses camarade de voyage, attrapées avec elle lors de leur accostage prématuré. Alors qu'elle émergeait d'un sommeil agité, elle essaya de faire le point et peu à peu son esprit se focalisa sur ce qui venait de lui arriver. La veille au soir un homme aux allures presque fantastiques leur avait à toutes tenu un bref discours. Il était question de maîtres, d'esclaves, d’obéissance et de soumission. Un petit homme était ensuite venu expliquer les détails des jours à venir, numérotations en série, registre des noms, différentiations des différents types d'esclaves etc. Alice s'était ensuite très vite vu tatouée un discret numéro au creux de la nuque, dissimulé par ses cheveux. On lui avait ensuite attribué sa future tâche : Esclave sexuel.

Incompréhension. Ce fut le maître mot de cette dernière soirée. Les informations se bousculaient, la peur grandissait, la tristesse aussi. On les avait conduit ligotés les unes aux autres, plus vêtues que de sous vêtements, à travers le grand complexe commercial de Baihan. Sous le regard des gardiens de nuits elles avaient parcouru les rangées de cages parfois pleines d'esclaves. Plusieurs districts séparaient les ventes en fonction du type d'esclave. Il y avait à peu de chose près tout ce qu'un habitant de l'île pouvait chercher. Des esclaves destinés à travailler dans les mines aux mères porteuses, en passant par les objets sexuels, l'imagination des commerçants semblait sans limite. On avait fini par les détacher pour les entasser dans un vieux compartiment qui sentait la javel et les fluides corporels. Exténuées, toutes les esclaves avaient fini par trouver sommeil, faisant fi de l'atmosphère nauséabonde.

Alice émergeait donc, dans cette même cage dont l'odeur s'était intensifiée dans la nuit. C'est avec dégout qu'elle découvrit que sa voisine avait participé à l'émulsion jaunâtre qui s'écoulait sur le sol. Dans un haut le cœur elle se redressa, manquant de vider le contenu - bien maigre d'ailleurs - de son estomac. Jetant un dernier regard autour d'elle, la jeune fille finit par s'effondrer dans une suite de secousses sanglotantes.

Bien vite ses gémissements attirèrent l'attention des marchands qui s'affairaient déjà dehors afin de préparer le stand. L'un d'eux s'approcha de la cage et aperçut la jeune fille.

{Eh bien ma jolie, déjà levée? C'est que le marché n'ouvre que dans une heure, il va falloir t'occuper !

Un sourire sardonique s'afficha sur son visage alors qu'il ouvrait la porte métallique pour en sortir la jeune fille. Il la traîna dehors sans lui laisser le temps de comprendre le sens de ses paroles. Ses sanglots avaient cessé mais ses yeux étaient encore rouges et les larmes continuaient de s'écouler lentement sur les joues. Le marchand arriva au milieu de ses collègues qui lui accordèrent tous une moue approbatrices. A base de "Jolie trouvaille !" et autres "Fais la tourner voyons !" on l'installa contre un poteau de bois au centre de l'estrade auquel était relié deux longues chaînes. On l'y attacha solidement, exposée ainsi face à l'allée le long de laquelle déambulerait bientôt la foule de clients. Pendant une bonne demi-heure Alice subit les railleries des vendeurs qui n'hésitaient pas à lui caresser la poitrine en passant ou à malaxer de leurs mains viriles son pauvre postérieur. Elle finit très vite par se retrouver sans soutien-gorge pour masquer sa poitrine et ses bras reliés entre eux derrière le poteau ne pouvaient rien pour cacher sa petite poitrine dénudée. Par chance on lui évita la honte de lui retirer son bas et elle en fut reconnaissante à ses bourreaux. N'osant pas dire un mot elle se demandait quand tout cela allait s'arrêter, cela ne pouvait être vrai... ça ne pouvait l'être... non...

Finalement, au bout de plusieurs longues minutes on alla réveiller les autres filles et toutes furent enchaînées à la manière d'Alice, le long du stand. Certaines s’époumonaient et criaient à s'en déchirer la gorge, finissant souvent rouées de coup par un commerçant exaspéré, d'autres pleuraient, certaines jetaient des regards apeurés tout autour d'elle... Peu à peu d'autres stands ouvrirent, dévoilant une foule inimaginable de produits et Alice comprit. Elle comprit que sa vie était finie, que plus jamais elle n'aurait le choix de ses actes. A mi-chemin entre le fantasme presque assouvi et la peur de l'inconnu Alice se remit à sangloter doucement mais cette fois l’excitation et la curiosité avait pris la place de la tristesse.

Enfin, alors que les jambes fragiles de la jeune fille commençaient à fatiguer, les grandes portes de la galerie marchande s'ouvrirent et la foule se déversa entre les allées, jetant des regards inquisiteurs à la marchandise, touchant et disséquant du regard chaque esclave. La journée allait être longue...
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une île aux saveurs de chaînes / PV Lisa   Dim 22 Avr - 14:15

    Il n'était pas dans ses habitudes, du moins depuis qu'elle avait atterri sur l'île, de se lever tôt. Son repos s'achevait généralement dans les premières heures de l'après-midi. Elle le faisait souvent dans son ancienne vie, quand elle était en compagnie de ses ami(e)s et amant(e)s de l'agence de mannequin. Toutefois, aujourd'hui, elle se réveilla à une heure qui, pour elle, était considérée comme les aurores. Il était à peine neuf heures du matin mais c'était suffisant à la jeune femme que pour s'énerver. La veille, elle avait passé une nuit bien agitée en compagnie de démons. Elle pouvait s'estimer heureuse d'être tombée sur un démon aussi...arrangeant et attentif au moindre de ses désirs. Grâce à lui, elle put éviter le malheur et la honte d'une condition d'esclave qui, et tout le monde le savait, ne lui convenait pas le moins du monde. Il lui fournissait tout ce qu'elle réclamait, de l'alcool aux esclaves en passant par la drogue. C'était certainement une combinaison des trois qui l'avait conduite à se retrouver nue sur son lit, entourée d'une dizaine de bouteilles de vodka. Se connaissant, il était désormais impossible à la belle de se rendormir. Elle se leva après s'être étirée comme une féline et se dirigea vers sa salle de bain, histoire de faire oublier tous les jeux de la veille.

    Par habitude, elle s'admira dans le miroir accrochée à l'une des armoires de la salle d'eau. Narcissique, elle ne manqua pas de se complimenter. Elle était parfaite. Sous le jet puissant et froid de la douche, elle eut l'idée de mettre son réveil matinale à profit. Pourquoi ne pas aller se chercher un esclave personnel au grand marché des esclaves ? Oui, les hommes et les femmes que lui offrait son démon étaient amusants mais elle s'en lassait très vite et certains ne rentraient pas dans ses critères très strictes. S'essuyant à la va vite, elle revint dans sa chambre où elle eut la surprise de découvrir un homme nu et menotté à terre. Grimaçant, elle rajouta "prévenir le démon pour qu'il vienne chercher son jouet" à sa liste des choses à faire.

    Lançant un regard vers son réveil, elle put constater qu'il était déjà dix heures, elle devait faire vite pour ne pas que tous les jouets intéressants soient pris. Enjambant le corps de l'esclave, elle fouilla sa garde robe. Elle enfila ses sous-vêtements assez rapidement mais le choix de sa tenue pris plus de temps. Si elle allait au marché et que, par miracle, un des jouets à vendre était à son goût, quel sentiment voudrait-elle lui inspirer ? La crainte ? La reconnaissance ? L'envie ? Finalement, elle opta pour une tenue assez simple et innocente : une robe blanche aux bretelles fines lui arrivant un peu au-dessus des genoux. Vêtue de la sorte, elle ne pourrait pas inspirer la peur mais plus le soulagement. Elle aimait cette idée. Elle imaginait déjà la scène d'un esclave heureux d'être tombé sur une personne douce et gentille mais découvrant qu'elle était en réalité bien pire que les autres. Elle sourit à son reflet dans le miroir avant d'enfiler des ballerines et de quitter son immense loft, étant certaines que l'autre esclave n'y serait plus à son retour.

    Le chemin jusqu'au grand marché se fit sans embûche. Après tout, elle commençait à connaître l'île et ses habitants. Au final, les grandes portes du souk à l'humain se dessina sous ses yeux trente minutes après son départ de chez elle. Il devait donc être onze heure. Lisa avançait péniblement entre tous les clients qui s'arrêtaient ça et là devant des cages. Pour Lisa, par contre, il suffisait d'un regard pour savoir si elle était intéressée ou non par la marchandise. Voilà pourquoi, encore aujourd'hui, elle n'avait aucun esclave. Ses critères de sélection se plaçaient vraiment haut. Elle était difficile à satisfaire. Et les marchands ne comptaient même plus le nombre de rejets qu'elle faisait à leurs offres.
    Cependant, aujourd'hui sembla être différent des autres jours. Ses yeux furent attirés par un stand en particulier dans lequel elle put admirer plusieurs jeunes femmes en sous-vêtements. Elles étaient humaines, aucun doute là-dessus car aucune d'elles ne possédaient d'attributs d'animaux. Sans doute venaient-elles à peine d'arriver sur l'île puisque Lisa ne les avait jamais vues auparavant. D'un pas franc, elle se fraya un chemin jusqu'au stand. L'une d'elle avait piqué sa curiosité. Elle était blonde et contrairement aux autres, son haut de sous-vêtements lui avait été retiré. S'approchant de son corps affaibli, elle l'examina de près, notant toutes les informations qui lui paraissaient importantes. Elle lui releva le menton doucement, fixant ses grands yeux bleus. Finalement, elle s'écarta et se dirigea vers le vendeur.

    - Depuis combien de temps la possédez-vous ? Quel est son état ? Combien coûte-t-elle ? Est-elle docile ?, s'enquit-elle d'une voix douce, jouant à merveille la maîtresse aimante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une île aux saveurs de chaînes / PV Lisa   Dim 22 Avr - 15:45

Alice regardait la foule de client qui se pressait devant leur stand. Essentiellement composée d'hommes d'âge mûr - c'était un lot uniquement composé d'esclaves féminines sélectionnées pour leur beauté - la jeune fille craignait de finir entre les mains d'un de ces pervers aux allures de démons *En étaient-ils vraiment?* et de passer le restant de ses jours à servir d'exutoire pour sa semence. Ses joues étaient empourprées par la honte que lui procurait sa position, les seins bien en évidence et les potentiels acheteurs ne se gênaient pas pour l'observer négligemment ou même lui caresser les cuisses. Par chance, les ardeurs de tous les hommes qui s'étaient approché d'elle avaient vite été refroidies par le prix que proposait le marchand. D'après ce qu'elle avait cru comprendre il lui semblait que les jeunes filles fraichement repêchées sur la côte se vendait une belle petite fortune sur les marchés. Et la plupart des acheteurs n'étaient pas prêt à mettre le prix dans l'achat d'un simple objet sexuel. Malgré les mains inquisitrices des badauds, les visages curieux et les remarques avilissantes, Alice ne disait mot, répondant seulement d'une voix timide lorsqu'on lui demandait son nom. Elle préférait en l'état actuel des choses jouer son rôle d'esclave docile à merveille, tant que ça lui permettait de garder un prix élevé qui la protègerait des atroces bonshommes qui grouillait autour d'elle.

Alors qu'elle était perdue dans ses pensées, essayant d'oublier l'agitation malsaine qui l'entourait, elle fut tirée de sa rêverie par une jeune femme qui passa devant-elle. Loin de l'image des hommes dégoutants qui traînaient autour des esclaves, cette fille était magnifique, irréelle. Alice ne comprit pas tout de suite qu'elle s'approchait d'elle, trop focalisée sur la trainée blanche que sa robe légère laissait dans son sillon. Lorsque la femme lui souleva le menton de ses doigts délicats et qu'elle plongea son regard dans le sien, Alice fut sous le charme. Elle n'avait jamais rencontré de fille aussi jolie, aussi tendre qu'elle ne le paraissait. Tout, dans sa démarche, ses gestes, ses yeux et le son cristallin de sa voix insufflait le calme et l’apaisement dans le cœur de la pauvre esclave.

- Depuis combien de temps la possédez-vous ? Quel est son état ? Combien coûte-t-elle ? Est-elle docile ?

Le marchand qui s'était comme beaucoup de monde intéressé à la femme se rapprocha d'elle. Et d'un ton qu'il espérait charmeur répondit avec un sourire horrible à ses interrogations.

- Mademoiselle, c'est une de nos pièces de choix, pêchée hier sur la côte ouest c'est un des meilleurs éléments de notre lot. Concernant son état après un bon repas elle sera bien plus en forme, nous ne les nourrissons pas le premier jour, c'est bien plus facile de mater des esclaves sans énergie. Mais rassurez vous avec elle aucun souci, c'est s'est montrée coopérante sans que nous n'ayons rien à lui demander. Le prix est affiché au dessus, c'est vraiment une occasion unique !

Alice se sentait vraiment gênée, bien plus qu'avec les autres clients. Cette femme représentait tous ses fantasmes mais ne pas pouvoir lui parler comme à une égale, ne pas pouvoir lui avouer son attirance était très frustrant. Être ainsi rabaissée devant la plus charmante créature qu'elle eût rencontré ces dix dernières années la mettait presque en rogne. Elle se risqua un petit regard timide en direction de l'inconnue. Appartenir à cette femme était, malgré l'humiliation que cela représentait, bien plus enviable que d'être bradée à l'un de ces vils démons.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une île aux saveurs de chaînes / PV Lisa   Lun 23 Avr - 10:24

    La réponse à ses interrogations ne tarda pas à être dévoilée. Bien qu'elle trouvait le vendeur répugnant, elle feignit un intérêt bien plus prononcé que ce qu'il ne l'était en réalité. Cet homme, qu'elle devinait humain par l'absence d'aura démoniaque, avait tout pour la dissuader de prendre une esclave dans son stand. Elle imaginait bien quels traitements ses compagnons et lui avaient du administrés aux jeunes humaines. Sur le fond, elle n'en avait rien à faire mais sur la forme, elle n'admettait pas l'idée qu'une autre personne qu'elle ait pu se montrer "cruel" de la sorte avec ses potentiels jouets. Mais qu'importe, elle écouta toutes les explications, hochant la tête à chaque nouvel argument de l'exploitant.

    - Mademoiselle, c'est une de nos pièces de choix, pêchée hier sur la côte ouest c'est un des meilleurs éléments de notre lot. Concernant son état après un bon repas elle sera bien plus en forme, nous ne les nourrissons pas le premier jour, c'est bien plus facile de mater des esclaves sans énergie. Mais rassurez vous avec elle aucun souci, c'est s'est montrée coopérante sans que nous n'ayons rien à lui demander. Le prix est affiché au dessus, c'est vraiment une occasion unique !

    La jeune femme qui avait su capter son attention (ce qui en soit relevait du miracle) avait donc été affamée toute une journée ? C'était une information importante à noter pour de futures négociations. Comme elle l'avait deviné, cette cargaison de marchandise n'était là que depuis deux jours, cela promettait des prix élevés mais ce n'était pas l'argent qui manquait à Lisa. Durant tout le petit monologue du propriétaire de ce stand, la brunette était de dos à l'esclave dont il était question mais elle se retourna en apprenant que celle-ci n'avait guère opposé de résistance face à eux. C'était une information à prendre avec des pincettes mais, par réputation, elle savait que même si les vendeurs étaient abruptes et brutaux, la qualité de leur marchandise ne laissait presque jamais à désirer.

    Désormais face à l'ange blond, elle lui adressa un sourire splendide fabriqué de toutes pièces mais pour le moins plutôt convaincant. C'était une situation étrange quand on y pensait. Sourire à une personne, dénudée contre son gré, prête à être vendu et enchaînée, il y avait dans cette scène une douce cruauté et un cynisme frappant.

    Connaissant les règles de la vente d'esclave, Lisa préféra faire semblant d'aller voir ailleurs, vers d'autres esclaves du même stand. Elle comptait bien baisser le prix un maximum quand bien même le montant de la somme n'était pas un problème. Elle passa entre les autres filles, les examinant un minimum. Aucune ne lui plaisait. Il n'y avait que cette blonde qu'elle voulait, pour une raison qu'elle ignorait, réduire à l'état d'esclave personnelle. Après plus d'un quart d'heure de fausses fouilles, elle réapparut devant la pauvre jeune femme. Cette fois-ci, elle comptait l'examiner sous tous les angles. Elle tourna en rond autour de l'échafaud de l'esclave, notant ses fesses rebondies, les courbes douces et parfaites de son corps. A nouveau en face d'elle, elle caressa son bras du bout de ses doigts et constata avec contentement que sa peau était aussi douce que celle d'un bébé. Un dernier coup d'œil lui permit de repérer ce qui ressemblait à une tâche blanche en forme de croix juste au-dessus de ses seins. Elle n'avait volontairement adressé aucun mot à sa congénère pensant que son silence pourrait faire naître en elle une multitude de sentiments différents.

    Dans sa tête, tout était clair, elle la voulait comme esclave. Et quand Lisa Cromwell désirait une chose, personne n'était capable de l'arrêter. Cependant, elle joua les indécises devant le vendeur, se mordillant maladroitement la lèvre.

    - Je vous en donne la moitié. Elle est là depuis ce matin. Je ne doute pas une seconde que plusieurs hommes aient posé une main sur elle. De plus, elle a un défaut, elle a une cicatrice sur le sternum. Et n'oubliez pas que vous ne l'avez pas nourrie, elle tient à peine debout. Ce sera compliqué de la ramener jusqu'à chez moi.

    Lisa ne plaisantait pas mais elle savait aussi que cela ne convaincrait pas forcément le vendeur de la lui céder à un prix aussi bas. Alors, elle ajouta une information totalement erronée qui n'était là que pour les effrayer et leur forcer la main.

    - Vous connaissez le démon du nom d'Azazel Cross ? C'est lui qui m'a envoyée ici. Vous savez comme il n'aime pas que l'on touche à la marchandise qu'il achète. Si vous baissez le prix, je vous promets d'omettre ce détail quand je la lui ramènerai et...hm. Elle fit mine de réfléchir. Je vous offre un dîner en tête-à-tête avec moi. Ca vous convient comme ça ?

    Ce démon existait bel et bien et il était quelqu'un de craint. Et assez ironiquement, il était son ange gardien depuis qu'elle était arrivée. L'esclave devait déjà se figurer aux mains d'un effroyable démon mais la vérité lui serait révélée tôt ou tard. Bien sûr, il ne verrait jamais ne serait qu'un bout de ses doigts à ce rendez-vous factice mais elle savait qu'il serait tenté par une telle proposition.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une île aux saveurs de chaînes / PV Lisa   Lun 23 Avr - 11:20

La fille brune se retourna face à Alice. Elle ne devait pas être plus âgée qu'elle mais à l'évidence elle était bien plus à l'aise. Elle lui sourit et la jeune esclave n'eut d'autre choix que de le lui rendre - il était tellement sincère. Alice sentit ses joues s'empourprer lorsqu'elle la sentit tourner autour d'elle, l'examinant sous toutes les coutures. Elle avait un instant cru que cette femme était fondamentalement différente des autres mais au final, elle aussi ne semblait la considérer que comme un objet. Malgré tout son allure et les sourires qu'elle lançait par instant à son esclave - sans parler de son physique angélique - rompaient avec la fange de testostérone qui rodait tout autour.

Alice était de nouveau rêveuse, fantasmant à moitié en observant les pans de la jupe blanche qui virevoltait en dévoilant le bas des cuisses lisses et charmeuse de la jeune femme. Celle-ci parlait au vendeur et Alice porta son attention sur ce qu'ils disaient.

- Je vous en donne la moitié. Elle est là depuis ce matin. Je ne doute pas une seconde que plusieurs hommes aient posé une main sur elle. De plus, elle a un défaut, elle a une cicatrice sur sternum. Et n'oubliez pas que vous ne l'avez pas nourrie, elle tient à peine debout. Ce sera compliqué de la ramener jusqu'à chez moi.

Alice ne nota pas la manière dont on parlait d'elle. Depuis l'aube on ne lui accordait pas plus d'importance qu'à un sac de légumes et elle ne s'en offusquait presque plus. Cependant, qu'on parle de sa cicatrice comme d'un défaut la blessait profondément, d'autant plus lorsque cette critique sortait d'une bouche aussi jolie. Enfin, maintenant la seule chose qui importait c'est que le vendeur accepte et qu'elle quitte enfin cet endroit. Cette femme éveillait certes quelques soupçons : elle était bien trop pure pour un endroit comme celui-ci, bien trop gentille mais c'était la première cliente qui au lieu de lui peloter les seins lui souriait vraiment, faisait réellement attention à elle et pas uniquement à ses fesses.

- Vous connaissez le démon du nom d'Azazel Cross ? C'est lui qui m'a envoyée ici. Vous savez comme il n'aime pas que l'on touche à la marchandise qu'il achète. Si vous baissez le prix, je vous promets d'omettre ce détail quand je la lui ramènerai et...hm. Je vous offre un dîner en tête-à-tête avec moi. Ça vous convient comme ça ?


Face à l'hésitation du vendeur, la femme avait ajouter ces quelques mots. Alice qui ne connaissait encore rien de tout ça comprit simplement qu'elle ne serait pas achetée par elle et qu'on lui réservait le même avenir que si on l'avait directement vendue à ces abjects acheteurs... voire pire. Car à l'évocation du nom le marchand fit un pas en arrière. Ce « démon » s'il effrayait le commerçant remplit de peur la pauvre esclave d'autant plus. Ce dernier jugea la proposition avec beaucoup d'attention et finit par lancer :

- Très bien, j'accepte – il avait l'air plutôt forcé en réalité – de vous la vendre moitié prix à condition que nous nous retrouvions ce soir après la fermeture du marché. Et surtout que vous ne disiez rien de... tout ça à monsieur Cross.

En même temps qu'il parlait il s'était rapproché d'Alice et la détachait avec des gestes fébriles. La jeune fille enfin libre se hâta de masquer sa poitrine, éprouvant du même coup un soulagement profond à ne plus être ligotée à la vue de tout le monde. Le marchand passa un collier de cuir au cou de l'esclave et tendit la laisse qui lui était reliée à la femme. Il tendit sa main, attendant le paiement promis et son clin d'œil laissa entendre qu'il attendait autre chose. Alice observait la scène, encore trop effrayée par son geôlier pour parler mais elle attendait avec impatience d'être seule avec la femme pour laisser s'écouler toutes ses récentes émotions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une île aux saveurs de chaînes / PV Lisa   Lun 23 Avr - 12:04

    Très bien, j'accepte de vous la vendre moitié prix à condition que nous nous retrouvions ce soir après la fermeture du marché. Et surtout que vous ne disiez rien de... tout ça à monsieur Cross.

    Le vendeur eut exactement la réaction que la brunette attendait de lui. Il recula d'un pas, visiblement effrayé à l'évocation du démon. Il accepta donc son offre. Lisa ne put que sourire intérieurement à cet idiot. Il avait fait le bon choix car attiser la colère de la jeune femme aussi angélique paraissait-elle était un risque à surtout ne pas prendre. Partout où elle avait à faire à des humains, le seul rappel du Azazel suffisait à ce que l'on se plie à tous ses caprices.

    Les actes suivant les paroles, l'exploitant s'approcha de la blonde qui, à présent, lui appartenait officiellement. Il la détacha enfin, et de manière plutôt...douce ? Sans doute devait-il craindre que le démon se plaigne au sujet de sa marchandise ? C'était très certainement cette épée de Damoclès qui le poussait à agir avec moins de brutalité qu'à l'accoutumée. A peine avait-elle été libérée que la belle blonde entrava la magnifique vue qu'elle offrait en masquant sa poitrine de ses mains. Lisa en sourit presque, amusée.

    Toutefois, la liberté de l'esclave fut de courte durée puisqu'à peine détachée, son geôlier lui passait un collier au cou. Il avait beau être en cuir, Lisa le trouvait affreux et elle nota mentalement qu'elle devrait le lui ôter une fois le marché hors de vue. Presque impatient, le vendeur tendait sa main réclamant son du. La jeune femme prit une partie de l'argent dissimulée dans son soutien-gorge qu'elle compléta avec l'argent de son portefeuille en peau de serpent sorti de son sac à main. Désirant en finir au plus vite avec cette crasse, elle posa la liasse de billet et attrapa la laisse qu'elle enroula autour de son poignet. Pour ne pas qu'il ait de soupçons, elle répondit à son clin d'œil par un sourire équivoque, passant sa langue sur ses lèvres et lui caressant la joue du bout des doigts. Mais dès qu'elle lui eut tourné le dos, son visage reprit un air totalement neutre et elle essuya la main sur le premier passant.

    Maintenant qu'elle était en possession de son nouveau jouet, elle s'éloigna du stand, certaines jeunes femmes tentèrent en vain de lui faire pitié mais elle les nia purement et simplement. Tenant fermement la laisse, elle attendit d'avoir passé les grandes portes du marché pour se retourner vers son esclave.

    - Comment t'appelles-tu ?

    Lui demanda-t-elle d'une voix posée avant de fouiller dans son sac à main et d'en ressortir une chemise qu'elle lui lança.

    - Mets ça, je ne tiens pas à ce que tu attrapes froid.

    C'était la vérité, elle ne tenait pas non plus à ce que tous les passants puissent profiter de la vue du corps de sa propre esclave. Elle s'approcha de la jeune femme et lui retira l'horrible collier de cuir qui cerclait son cou.

    - Nous allons chez moi. Ne tente pas de t'échapper. Je ne pense pas être la pire des maîtresse. Par contre, si jamais tu t'enfuies, tu risquerais très fort de te retrouver sous le joug de démon et ce n'est pas ce que tu désires, n'est-ce pas ?
    Sans ajouter un mot de plus, elle se mit à marcher, lentement d'abord attendant que l'humaine la suive et un peu plus vite dès lors qu'elle le fit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une île aux saveurs de chaînes / PV Lisa   Lun 23 Avr - 12:55

- Comment t'appelles-tu ?

C'était la première fois qu'elle lui parlait directement. Alice qui avait encore la gorge nouée mit un peu trop de temps à répondre et déjà elle lui tendait une chemise. Alors qu'Alice l'enfilait en tremblant - car effectivement il faisait plutôt frais - la femme commença à lui défaire le collier. Surprise et à la fois heureuse de ne plus être ainsi trainée elle trouva le courage de lui répondre.

- Je m'appelle Alice mademoi... euh... madame. Merci beaucoup !

Elle ne savait pas trop pourquoi elle la remerciait, en soi elle n'avait pas fait grand chose pour elle comparé à ce qui l'attendait. Peut être était-ce parce que c'était la douceur incarnée et que malgré un indifférence qui faisait froid dans le dos c'était la personne qui avait été la plus gentille avec elle depuis les derniers jours. La femme lui indiqua où elles allaient et lui rappela que fuir n'était pas une solution, Alice de toute façon n'y avait pas pensé et ce même entre les mains des hommes du marché. Elle finit donc de nouer sa chemise qui se terminait juste au dessus des fesses, laissant dépasser son postérieur rebondi. Celui-ci se dandinait alors qu'Alice accéléra pour suivre le rythme se la jeune femme, ses pieds nus claquant doucement contre le sol.

Ou allaient-elles aller? Le démon à qui elle appartenait maintenant allait-il la traiter avec un minimum de déférence? De nombreuses questions trottaient dans sa tête et elle désirait plus que tout s'asseoir enfin au chaud afin de faire le point. Elle se demandait également si elle aurait l'occasion de revoir cette femme, s'accrochant à elle comme à un oasis perdue au milieu du désert.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une île aux saveurs de chaînes / PV Lisa   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une île aux saveurs de chaînes / PV Lisa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le canard déchaîné - N°1 - 26/02/2012
» [Guide] La pêche à la chaîne ! Comment avoir des shiny le plus rapidement possible
» Chaînes youtube sur l'histoire
» Vase Scellé (Forme déchaîné de Hoopa).
» Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPs-