AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Quelqu’un pour me sortir d’ici ? [PV : Kaako Kyuuga]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: Quelqu’un pour me sortir d’ici ? [PV : Kaako Kyuuga]   Dim 15 Avr - 17:31

Je ne sais pas depuis combien de temps je suis là. Des jours, des semaines, des mois, voir des années. Je n’en ai aucune idée. Le temps s’écoule sans que je ne m’en rende compte, et je perds le fil des heures. Ils m’ont placés dans une cage trop petite pour moi, je n’ai même pas la place pour me tenir un minimum droite, et l’hygiène y est plus que déplorable. Au début, j’avais du mal à respirer à cause de l’odeur infecte qui emplit le bâtiment, mais j’ai fini par m’y faire. Heureusement, cette odeur n’est pas partout, ce n’est qu’en arrière-boutique, là où je me trouve. De temps en temps, des hybrides vont dans l’autre partie de l’animalerie, et soit ils reviennent avec des bleus sur tout le corps, soit ils ne reviennent pas, ayant sûrement été adoptés.

J’aurais voulu me faire des amis dans ce nouvel endroit, mais ils partent tous un jour où un autre, et je ne veux pas être séparée de quelqu’un a qui je tiens, pas encore. Et de toute façon si on fait le moindre bruit le gérant vient nous réprimander et nous punis. Il a une manière bien spéciale de punir… Nos cages sont en fer, et il envoyé du courant par-là. C’est d’ailleurs pour cela que nous sommes si silencieux, pour ne pas être punis.

J’ai parlé une fois, parce que j’avais faim et froid, et il avait mis le courant. Depuis, je n’ai plus rien osé dire, et lorsque j’ai froid je ne fais que resserrer l’unique vêtement que j’ai sur moi, une chemise, pour tenter de me réchauffer un peu plus. Les manches trop longues me permettent de protéger mes mains en plus de mes bras et je me recroqueville souvent pour passer le reste du vêtement autour de mes jambes.

Pour ce qui était de la nourriture, nous avions une sorte de pâté qui a un goût de chaussettes, enfin c’est-ce que je m’imaginais, car je n’ai bien sûr jamais goûté de chaussettes. Nous devions manger cette bouillie infâme tout les jours, et si on ne mangeait pas on avait droit au courant électrique, car bien sûr le gérant ne voudrait pas que nous mourrions de faim, puisque nous sommes sa marchandise.

De temps en temps il nous laissait sortir, mais il nous attachés et nous n’avions qu’un petit coin d’herbe pour bouger. Il n’y a que là que nous pouvions faire nos besoin, et ce n’était pas du tout pratique car nous étions entassés les uns contre les autres, le gros homme chauve voulant économiser un maximum de place. Ce que j’aimerais dire tout ce qu’il nous fait subir à des clients, juste pour voir la tête qu’il ferait. Mais je ne pouvais pas faire ça, sinon nous serions tous punis dès que les clients auraient le dos tourné, et sûrement plus sévèrement que d’habitude.


Aujourd’hui était un jour spécial pour moi, car le gérant m’emmena dans l’autre partie de la boutique. Il y faisait meilleur et l’alimentation avait aussi meilleur goût, sans doute pour faire croire aux clients que les hybrides y sont bien traités. Mais être bien traité en restant enfermé du matin au soir dans une cage, c’est un petit peu dur ! Lorsque je fus placée dans la cage, le gérant mis une pancarte sur les barreaux, sûrement pour dire ce que je suis avec un prix, mais placée où je suis je ne pouvais pas le voir et ne pouvait donc pas assouvir ma curiosité. La clochette de l’animalerie retentissait plus souvent que je ne l’aurais cru, et souvent des hybrides en sortaient avec leur nouveau maître.

Personne ne me pris, je ne sais même pas si on faisait attention à moi. Sachant que j’aurais à attendre encore un moment, je me recroqueville sur moi-même et ferme les yeux pour me reposer un peu, mais le gérant, voyant ce que je venais de faire, pris une cravache et s’approcha de moi. Il me mit un collier autour du cou et me fit sortir de force. J’avais beau me débattre, je n’arrivais pas à me défaire de son emprise, et il me mit à quatre pattes sur le sol pour me fouetter avec "l’arme" qu’il avait pris sur mes fesses nues. J’aurais donné cher pour avoir quelque chose de plus pour me couvrir… En même temps qu’il me frapper, il me parla d’une voix forte :


- Je vais t’apprendre à te prélasser, feignasse ! »

Plus il donnait de coups, et plus je poussais de cris, ayant toujours plus mal. Tout ce que je désirais, c’était que quelqu’un me sorte de là, n’importe qui…
Revenir en haut Aller en bas
Maîtresse démone
avatar
Fiche personnage
Maître:
Race: Démon
Armes/Objets: /
Kaako Kyuuga

Messages : 118
Date d'inscription : 17/02/2012
Age : 21
Localisation : Là où il fait bon, chaud et moelleux.. Un Lit ~♥

MessageSujet: Re: Quelqu’un pour me sortir d’ici ? [PV : Kaako Kyuuga]   Dim 15 Avr - 20:31

C'était une journée plutôt ennuyante pour ma part, pour commencer par le matin.. J'étais comme scotché au comptoir où je travaillais et servait des boissons aux personnes qui venaient, la majorité d'entre eux étaient des hommes et pas des jeunes mais des vieux pervers quoi de plus répugnant surtout lorsqu'ils se permettent de toucher mes petites fesses qui n'ont rien demander à quiconque. Cela devenait interminable et voyant que j'étais sur le point de foutre un coup de plateau dans l'un des visages des hommes, mon patron m'avait fait terminer plutôt afin que j'aille me dégourdir les jambes. Bien que ma colère ne cessait de croitre à chaque pas que je faisais, je m'étais accidentellement percutée à un petit groupe de jeunes filles beaucoup plus jeunes que moi et elles commençaient à me chercher mais les affichaient une par une au grand public avant de m'éclipser discrètement vers un lieu plus sûre histoire de ne pas montrer que j'étais pas humaine mais je tenais simplement à ne pas avoir du sang sur moi comme autrefois.

Ne sachant pas vraiment où aller, je marchais tranquillement en regardant le paysage qui s'offrait à moi, c'était plutôt horrible car il n'y avait que les grattes-ciels à perte de vue ainsi qu'une masse énorme de gens qui marchaient là en un jour peu ensoleillé voir même nuageux. Observant chaque passant que je croisais, je pouvais voir à quel point certaines personnes étaient étranges que suspectes mais il y avait aussi beaucoup de styles vestimentaires différents. Enfin de compte, j'avais finalement regagné mon chez-moi afin de m'y reposer et d'aller me changer afin de pouvoir aller faire les magasins et pourquoi pas dépenser l'argent que j'avais gagné depuis un moment dans certaines robes et chaussures. Je m'étais donc préparée et j'étais à nouveau sortie pour aller profiter de la journée de congé qu'on m'avait offert. Je portais un manteau à capuche en fourrure avec un gilet et un débardeur, j'accompagnais cela avec un short et des collants noir ainsi qu'une paire de boots de couleur sombre.

Une fois prête, j'avais pris un petit parapluie au cas où il pleuvrait que j'avais mis dans mon sac à main et mon téléphone à la main , j'étais sortie en fermant la porte discrètement. Sur le chemin pour aller faire les magasins, je m'étais arrêtée pour parler avec une voisine et un gérant de supermarché puis je m'étais arrêtée une seconde fois pour m'acheter un sandwich au niveau de la gare de Hosen. J'y prenais le train afin de me rendre à Watari histoire de me changer les idées et d'environnement, une fois de temps en temps cela ne fait pas de mal. Pendant le trajet, je voyais que l'on me regardait d'une façon assez étrange, fixant alors celui ou celle qui me dévisageait depuis un moment, je m'étais aperçue qu'il s'agissait d'une jeune femme d'environ la trentaine qui était assise en face de moi, voyant que je la fixais celle-ci semblait avoir honte et détournait du regard avant de marmonner quelque chose vers la femme assise à côté d'elle et les deux me fixaient alors ensemble. Amusée par la situation, je continuais de les fixer jusqu'à qu'elles n'en pouvaient plus et j'avais fini par arriver à mon arrêt. Me voyant se lever, elles étaient sur leurs gardes mais une fois lever, je me tournais vers elles et leur tirait la langue d'une air amusée avant de ne descendre en ricanant toute seule. Je paressais un peu folle aux yeux des gens.

Ne perdant pas mon temps à la gare de Watari, je m'étais dépêchée pour aller vers le centre-ville par le moyen de plus rapide : Le transport en commun, car la marche n'était pas vraiment mon fort mis à part lorsqu'il s'agissait de shopping. Mais marchant comme un escargot, je voyais passer devant moi le transport qui m'amènerait au centre-ville, soupirant et râlant pendant un petit moment je m'étais résignée à attendre une vingtaine de minutes le prochain, sauf que celui-ci avait prit du retard et j'étais arrivée au centre-ville en début d'après-midi.

Me voilà enfin au centre-ville, je m'étais ruée vers le premier magasin de vêtements qui se trouvait à proximité de là où je me trouvais et y ressortais au bout d'une demi-heure avec un petit sac et je visais alors les prochains magasins assez riches de la ville. Bien qu'au bout de trois à quatre heures de shopping, je commençais à fatiguer et la seule chose que je cherchais c'était un siège. J'avais fini par trouver un banc où je m'étais assise et j'avais acheté un petit rafraîchissement afin de me désaltérer un peu avant de reprendre une marche intensive qui m'attendait. Alors que j'allais repartir faire les magasins, quelque chose m'avait tapé à l'œil, il s'agissait un prospectus parlant d'une animalerie qui vendrait apparemment des espèces exceptionnelles, je me sentais comme intéressée par cette proposition et je voulais alors y jeter un œil afin d'en avoir le coeur net, j'avais donc arrêté certains des passants pour savoir où se trouvait exactement cette animalerie, j'avais fini par la trouver et une fois devant je me demandais bien ce qu'il pouvait bien y avoir tout en repensant à ce que certains passants m'ont dit, certains m'ont dit que le gérant s'occupait parfaitement bien de ses « bêtes » et d'autres le qualifiait comme la meilleure animalerie car elle possédait ''presque'' tout et était comme réputée dans le coin où elle se trouvait.

En entrant, je pouvais voir avec stupéfaction que le gérant maltraitait ses « bêtes » tels que .. De la merde et je me sentais dans l'obligation d'interférer dedans en le voyant donner des coups sur quelque chose dont je ne voyais pas bien. Apparemment, il ne m'avait pas vu du tout et il continuait son action pendant que je cherchais quelque chose sous la main. Trouvant finalement un jouet assez dur, je le lui lançais en plein dans le dos, le gérant s'était retourné et en me voyant il lâchait ce qu'il était en train de battre pour s'approcher de moi avec un grand sourire. Je le regardais de haut et je m'avançais vers lui dangereusement en le menaçant sur ce qu'il faisait. Alors, il me proposait de négocier, j'avais donc jeté un coup d'oeil derrière son épaule et pointait ce qu'il y avait au sol. C'est-à-dire cet hybride.

« Bon. Ne fais pas le con sinon tu risques de prendre cher. Tout ce que je veux c'est cet hybride là. Vend-la moi à un prix abordable. »

Sur mes mots, j'avais insisté sur « prix abordable ». Il hésitait longuement et n'avait pas vraiment envie de me la céder. Je le poussais alors afin de pouvoir tirer l'Hybride par le poignet pour la relever tout en essayant de l'avoir bien qu'il refusait de me la laisser à un prix que je voulais.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mayhem-sanctuary.forumactif.org/
Invité


MessageSujet: Re: Quelqu’un pour me sortir d’ici ? [PV : Kaako Kyuuga]   Dim 15 Avr - 21:02

Une femme était arrivée dans l’animalerie, assez jolie d’ailleurs, et avait lancée un objet que je n’avais pu identifié sur le gérant. Celui-ci lâcha sa cravache et se dirigea vers elle, tandis que je me recroquevillais dans un coin et me couvrant autant que possible avec mon unique vêtement. Je les écoutais de mon coin, et je vis que la fille menaçait l’homme chauve. Enfin quelqu’un qui le remet à sa place ! Quand elle me pointa du doigt, je compris qu’elle était venue pour me chercher, puis elle me tira par le poignet pour me relever. Ma chemise faillit partir et dévoiler mon corps, mais je la retins avec mon autre bras et fis en sorte qu’elle cache un maximum de surface.

Je priais de toutes mes forces pour qu’elle me sorte d’ici, car pour moi-même l’enfer était mieux. Le gérant semblait hésitant, il cherchait sûrement un moyen de me vendre à un bon prix sans pour autant se faire massacrer. Le voyant hésitant, je murmurais à l’oreille de la fille :


- Je serais vous je partirais sans payer. »

Il y avait deux raisons pour lesquelles je disais ça : la première pour voir la tête de l’homme quand une marchandise partirais gratuitement, et la deuxième parce que je voulais partir le plus vite possible sans laisser entrer les négociations. Mais le gérant semblait en avoir décider autrement :

- Je peux vous la vendre à un bon prix, mais ne vous attendez pas à une faveur. Cette hybride m’a coûté beaucoup d’entretien, j’ai une famille à nourrir. »

Je n’en crois pas mes oreilles… C’est le pire mensonge que j’ai jamais entendu ! De une, il ne prenait pratiquement pas soin de moi, et de deux, il n’a pas de famille. Comment il peut oser dire ça ? Il n’a vraiment aucun scrupule. Face à cette phrase j’écarquillais les yeux et ma bouche panda légèrement, mais l’homme me lança un regard foudroyant et je me ressaisis, faisant malgré moi un pas en arrière. Ne faisant plus attention à moi, il continua à parler :

- Mais si vous le désirez nous avons d’autres hybrides en stock, celle-ci laisse beaucoup à désirer. »

En cet instant, je n’avais qu’une envie : lui sauter à la gorge. Mais je ne sais pas pourquoi, je ne le fis pas. Je ne faisais que serrer les dents pour me calmer. Je déteste cet homme, et mon regard ne trahissais pas mes sentiments à son regard. Si mes yeux avaient été des éclairs, il aurait été foudroyé sur le champ. Reprenant mon courage à deux mains, je murmure à nouveau à la fille, essayant de faire en sorte que le gérant ne me voit pas :

- Il ment… Il n’a pas de famille… Et pour le traitement allez voir dans l’arrière-boutique, vous verrez de votre propres yeux ce dont il est capable… »

Le gérant ne semblait pas m’avoir entendu, ce qui est une bonne chose, mais j’espérais qu’il ne faisait pas semblant et qu’il ne m’avait vraiment pas attendu. Sinon qui sait ce qui m’attends… Détournant mon attention de l’homme, je regarde la fille avec une lueur d’espoir dans le regard, espérant qu’elle me croira. Les hybrides autour de nous nous fixaient avec attention, accrochés aux barreaux de la cage, et semblaient attendre la suite de la scène qu’il avait devant les yeux.

Eux aussi semblaient espérer que la fille remette le gérant à sa place et qu‘il cesse de traiter les hybrides d‘une telle manière, et tout nos espoirs semblaient être posés sur elle et elle seule. Encore aucun client n‘avait agit de cette manière, tous trouvaient qu‘il excellait dans son métier, mais s‘ils voyaient la vérité je suis sûre qu‘ils penseraient tout autrement. Mais les gens ne croient que ce qu‘ils voient maintenant et se refusent à imaginer ce qu‘il pourrait y avoir d‘autre, ce qui est bien dommage, car nous aurions peut-être pu être mieux traités depuis le début si quelqu‘un avait agit.


Dernière édition par Mitsuko Kiyomizu le Mar 8 Mai - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maîtresse démone
avatar
Fiche personnage
Maître:
Race: Démon
Armes/Objets: /
Kaako Kyuuga

Messages : 118
Date d'inscription : 17/02/2012
Age : 21
Localisation : Là où il fait bon, chaud et moelleux.. Un Lit ~♥

MessageSujet: Re: Quelqu’un pour me sortir d’ici ? [PV : Kaako Kyuuga]   Lun 16 Avr - 17:14

Alors que je la tenais par le bras, je la voyais se cacher avec sa pauvre chemise sale qui lui servait de vêtement. C'était comment dire .. déplorable pour un vendeur qui se revendiquait comme le meilleur du quartier. J'avais beau insisté pour avoir le prix le plus bas ce vieux gérant hésitait à chacune de mes propositions et essayait à chaque fois de me vendre cet hybride le prix d'une villa ce qui avait le don de m'agacer étant donné que cet hybride était en mauvais état bien qu'elle ait un joli visage. Hésitant encore une fois sur ma dernière proposition que je lui faisais avant un petit silence, l'hybride était venue me murmurer certains mots et je m'étais penchée vers elle afin de mieux l'écouter. À la fin de ses mots, je la regardais et ensuite je réfléchissais, voilà qu'elle me donnait une bonne idée, autant partir avec quelque chose sans rien payer, j'avais donc fait ce choix envers ce gérant mais comme tout vendeur, il répliquait quelque chose qui sonnait faux afin de ne pas perdre une « marchandise » gratuitement, c'est alors qu'il avait commencé son petit discours sur l'entretien de son hybride et sur sa famille. Sincèrement qu'est-ce-que j'en n'ai à faire de sa sale vie privée ? Rien, je m'en contre fiche royalement tout ce que je veux c'était cet hybride, un point c'est tout. Haussant un sourcil et le regardant de haut, je pouvais voir qu'il était intriguée par ce que j'allais lui répondre mais il m'avait devancé en me proposant d'autres hybrides en stock à la place de celle que je tenais par le poignet.

Mon regard s'était posée sur celui de la jeune hybride à mes côtés et je pouvais voir dans son regard une vie de haine et de meurtre envers ce cher petit gérant avant qu'elle ne se rapprochait de mon oreille une seconde fois afin d'y murmurer quelques mots qui me faisait afficher un petit sourire sadique sur mon visage en un rien de temps. Enfin de compte ce n'est qu'un gros menteur qui ne fait que mentir à ses clients afin de gagner de l'argent, belle astuce dis donc mais pas assez belle pour moi et puis elle me donnait une nouvelle idée tiens. Décidément ça me donne encore plus envie de l'avoir celle-là. Je lâchais le poignet de l'hybride avant de m'approcher du gérant qui semblait être effrayé par mon sourire mais il était en train de se frotter les mains comme si j'allais céder à ses belles paroles qui ne valaient pas un sous.

Alors que mon regard s'était une nouvelle fois posée sur l'hybride je pouvais voir qu'elle espérait quelque chose venant de moi et c'était assez frustrant, je devais agir telle une héroïne car lorsque j'ai commencé à faire du remue-ménage dans l'animalerie, il n'y avait eut plus aucun bruit, c'était devenu calme et les hybrides se trouvant de ce côté du magasin assistaient à la scène depuis leurs cages. En les regardant un à un, j'avais l'impression d'avoir une lourde tâche à accomplir maintenant mais comment ? Sincèrement si j'avais su que ça prendrait une tournure comme cela j'aurais.. J'aurais ramené des journalistes avec moi afin de montrer au monde entier qui est ce fou. Alors, je reprenais mon souffle avant de soupirer et d'un ton insistant, je lui répliquais.

« Vous m'avez dit que vous en avez en réserve ? Je tiens à les voir alors si cela ne vous dérange pas. »

J'insistais bien sur le « vous » enfin .. J'avais tout simplement insisté mais il refusait « gentiment » la proposition que je lui avais fait il préférait me les ramener au lieu de m'y emmener. Mais.. Qu'il est agaçant, je ne sais pas d'où vient ce type mais je sens que je ne vais pas pouvoir me contenir assez longtemps. Ce n'était finalement au bout d'une trentaine de minute qu'il avait accepté de me laisser voir très rapidement son stock, ouvrant et fermant rapidement la porte, il m'avait dit que c'était bon alors que je n'avais rien vu. Je m'étais dirigée vers la porte et il m'en avait empêché en se mettant devant, j'avais beau le pousser, je ne faisais pas vraiment le poids contre lui alors ma dernière chance qu'il me laisse tranquille c'était de le frapper là où se trouvait ses « bijoux de famille », une fois qu'il était recroquevillé sur lui-même que j'ouvrais alors d'un coup rapide la porte et devant moi se trouvait une vision assez horrible voir même répugnante au point que j'avais de la pitié pour ces pauvres « choses » qui étaient dans un piteux état. Dans leurs regards ils n'y avaient que du vide et de la souffrance. Je comprenais mieux pourquoi il ne voulait pas que je vois cette partie là du magasin mais faire subir ça c'est quand même inhumain. Moi-même étant non humaine, je sais que je ne ferais même pas cela quoi que .. Cela dépendrait à qui j'ai affaire.

Je m'étais retournée vers le gérant qui avait doucement relevé la tête et je le fixais avec un regard de mépris avant de me rapprocher rapidement de lui et de le prendre par le col. D'un ton amusé, j'avais rétorqué assez fort pour que dans tout le magasin, on puisse m'entendre.

« Oh, la la .. Qu'est-ce-qu'ils seraient ravis vos clients s'ils savaient ce que vous faites subir à vos bêtes. Vous voyez que si on apprenait ce que vous faites là, vous serriez même plus de ce monde? »

Je m'étais mise à ricaner en le voyant effrayé par mes mots, pour encore plus m'amuser je dessinais son si horrible visage avec mon ongle finissant par le poser au niveau de sa gorge. Je m'étais rapprochée de son oreille afin de lui murmurer quelques mots.

« Sincèrement vous ne faites pas le poids contre moi. Donc ne cherchez pas à m'égaliser, vous et moi ne sommes pas du même monde. D'ailleurs, je repasserais souvent histoire de voir comment se porte vos chers hybrides. Si je vois une seule égratignure sur l'un de vos protégés je peux vous le garantir .. Vous êtes mort. C'est compris ? »

Mes mots lui glaçaient donc le sang et il n'osait plus bouger. Le gérant n'avait fait qu'hocher la tête au dernier mot que j'avais murmurer à son oreille. Me relevant en soupirant, je m'étais rapprochée de l'hybride que j'avais vite repéré au départ affichant un petit sourire qui lui était destiné. Passant au niveau de plusieurs cages, je pouvais voir les autres hybrides afficher un grand sourire en me voyant mais mon regard s'était focalisée sur celle que j'avais choisi, elle avait une magnifique chevelure blanche ressemblant à de la neige, c'était vraiment magnifique. Je m'étais donc retournée vers le gérant avec un grand sourire qui lui glaçait de nouveau le sang et je prenais par le poignet celle que j'avais choisi.

« Bon, ce n'est pas tout mais je n'ai pas que ça à faire moi. Je vous prend celle-là ! Tenez quelques sous parce qu'elle vaut quand même cette chère petite Hybride. N'oubliez pas ce que je vous ai dit ! »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mayhem-sanctuary.forumactif.org/
Invité


MessageSujet: Re: Quelqu’un pour me sortir d’ici ? [PV : Kaako Kyuuga]   Lun 16 Avr - 17:49

Cette fois, je suis bien contente de ne pas être à la place du gérant. J’étais moi-même figée par ce que la femme avait fait, et j’espérais qu’elle ne sera pas pareil avec moi. Elle avait insistée pour aller voir l’arrière-boutique, et le gérant semblait ne pas vouloir lui montrer. Mais après que la fille ait insisté et utilisé… un argument frappant, elle était allée elle-même voir dans quel état ce trouvaient les autres hybrides. Je ne vis pas ce qu’elle voyait, car j’étais restée sur place. Je ne voulais pas revoir tout ça, je ne voulait pas voir tout ces hybrides qui vivent la même souffrance que j’avais moi-même subie.

Lorsqu’elle prononça à voix haute une menace au gros homme chauve, je ne pus m’empêcher d’avoir un léger sourire en coin. Non seulement j’allais pouvoir peut-être quitter cet endroit, mais en plus je pouvais être sûre qu’ils seraient tous beaucoup mieux traités. Voilà une bonne chose de faite ! Je ne savais pas comment la remercier, je ne possède rien, à part ma personne. Même le vêtement que je porte sur moi ne m’appartient, il est au gérant de cette animalerie.

Je ferais donc tout mon possible pour la remercier comme il se doit, bien que ce que je ferais ne sera sûrement pas suffisant. Une vie de dévotion et servitude suffirait peut-être… Mais encore là ce n’est pas assez. Et tant pis si pour finir elle ne veut pas de moi, je l’aiderais même si je dois me cacher pour cela. Pour la première fois de ma vie, j’étais contente. Tout ce qui était arrivé aujourd’hui m’enchanté, et les autres hybrides semblaient eux aussi heureux.

Ça dernière phrase m’aurait faite sauter de joie au plafond. Elle me prenait, moi, une simple neko. Je répondis à son sourire en souriant à mon tour, tandis que le gérant restait au sol. Cette journée sera dans le top 10 de mes meilleures journées, il n’y a pas de doute. D’abord le gérant qui se fait remettre à sa place, ensuite les hybrides qui y seront mieux traités, et maintenant moi qui me fait adoptée. Quelle joie ! Je l’aurais bien prise dans mes bras, mais je ne voulais pas l’offenser en osant faire ce geste.

J’aurais voulu libéré tout les autres hybrides en ouvrant les cages grâce à un bouton qui permet de toutes les ouvrir en même temps en cas d’incendie, mais je ne pensais pas pouvoir me le permettre. Je n’y fis donc pas attention et concentra mon attention sur le joli visage de ma nouvelle maîtresse. Ce que j’aurais aimé que d’autres personnes soient là pour qu’ils voient à quel point elle est gentille, en tout cas c’est-ce qu’il me semble.

D’autres personnes auraient été d’accord avec les traitement que nous subissons, mais elle non. Et en plus, elle s’est interposée et à pris la défense des hybrides, des esclaves, ce qui est très peu commun et plutôt extraordinaire. Soudainement, je me rendis compte que j’avais oublié quelque chose de très important et parla aussitôt, prenant un ton calme :


- Merci… Je m’appelle Mitsuko… Mitsuko Kiyomizu… Mais bien sûr vous pouvez m’appeler comme vous le voulez… Maîtresse. »

J’avais faillis oublié ce dernier mot, et jamais je ne me le serais pardonné, je ne pouvais pas me permettre de l’ignorer. Je ne sais pas si j’ai dis mon nom au bon moment, mais au moins c’est fait, bien qu’elle me l’aurait sûrement demandé. Mais peu importe, c’est dit, et on ne peut pas revenir en arrière. Les hybrides semblaient contents que tout ce finisse bien et avaient une véritable admiration pour ma maîtresse, que j’adorais et respectais moi aussi.

Je me demandais ce que nous allions faire à présent. On pouvait rester encore un peu ici, ou sortir, aller se promener, aller voir ce qui est sûrement ma nouvelle demeure ou encore un tas d‘autres choses. Mais c‘est à ma maîtresse de voir pour cela, ma voix ne compte pas pour prendre des décisions, et je n‘ai pas le droit de me permettre de demander quelque chose. Je me demande d‘ailleurs comment est sa maison… Est-ce une grande villa ou un appartement ? Ça peut être n‘importe quoi, et je suis pressée de le découvrir. Voyant sa tenue, elle ne doit pas manquer d‘argent, mais ne doit pas non plus en avoir à n‘en plus savoir quoi faire. Enfin, je ne peux pas non plus me permettre d‘avoir un jugement sur elle, ça ne fait pas partie des choses que je peux faire, en tout cas qu‘on m‘a appris à ne pas faire.

J‘étais aussi pressée de voir comment sera ma nouvelle vie. Vivrais-je heureuse ? Ou bien sa manière d‘être n‘était qu‘une mascarade devant sa véritable identité ? Je n‘en ai strictement aucune idée, mais j‘ai très envie qu‘elle soit tout le temps comme ça. Malheureusement, ce que l‘on souhaite n‘est pas toujours la vérité, alors je ne m‘attends pas trop à ce que j‘ai une superbe vie. Comme ça je ne serais pas trop déçue si j‘apprends qu‘en réalité elle est méchante et je serais encore plus contente si elle est tout le temps comme ça.

Je sentis un frisson me parcourir l’échine lorsqu’un courant d’air frais passa par la porte laissée entrebâillée. Je serais un peu plus la chemise autour de moi et baissa la tête, n‘ayant normalement pas le droit de me plaindre, et par mon frisson je venais de le faire. Je n‘osais pas m‘excuser pour cela, ayant peur qu‘elle le prenne mal, et ne dit donc rien. J‘attendais simplement de connaître sa décision vis-à-vis de moi, ou plutôt de nous.

Revenir en haut Aller en bas
Maîtresse démone
avatar
Fiche personnage
Maître:
Race: Démon
Armes/Objets: /
Kaako Kyuuga

Messages : 118
Date d'inscription : 17/02/2012
Age : 21
Localisation : Là où il fait bon, chaud et moelleux.. Un Lit ~♥

MessageSujet: RP Terminé    Mar 17 Avr - 11:25


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mayhem-sanctuary.forumactif.org/
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quelqu’un pour me sortir d’ici ? [PV : Kaako Kyuuga]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quelqu’un pour me sortir d’ici ? [PV : Kaako Kyuuga]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)
» Pierre Etaix, pétition pour re-sortir ses films
» Demande de l'aide à Jin Kan pour sortir Juliette de prison
» Le bar... Quoi de mieux pour se bourrer la gueule. [Pov Emmy]
» Quand Les Enfers S'Ouvrent Pour Laisser Un Démon Sortir...|| Âme Satanique || Validée.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPs-