AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Une rencontre aussi marquante qu'incongrue (Pv Shiro ~)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: Une rencontre aussi marquante qu'incongrue (Pv Shiro ~)   Mar 20 Mar - 5:37

Une nuit douce, un tantinet fraiche mais qu'importe le temps qu'il fasse sombre ou que le ciel dégagé, d'ordinaire Gabrielle profitait de chaque instant de sa vie à jouir de la liberté luxueuse qu'elle s'offrait au nez et à la barbe des maitres dont la convoitise n'était plus à faire. C'est pour cette raison et parce que le soleil tapait trop fort en journées qu'elle s'était permise une sortie pour cette fois. En effet, Gaby avait pris l'habitude, ces derniers temps, de sortir la nuit sans se faire remarquer des gardes avoisinant afin de profiter au possible de la fièvre des rues de l'ile dans leur débauche la plus complète. Ce n'était pas pour assister à ce spectacle désolant qu'elle sortait. C'est surtout qu'à ces heures perdues, les gens étaient bien moins méfiants et bien moins réactifs. Comportement idéal lorsque vous souhaitez vous faire un nom et que votre instinct ordonne le meurtre de ces êtres qu'elle haïssait tant. Pourtant... elle n'aurait jamais deviné que cela puisse se finir ainsi... La jeune hybride était actuellement en plein coeur des vestiges avoisinant la ville de Watari. La vieille ville dont les restes semblaient menacer de s'écrouler à chaque moment. Et Gabrielle était là, dans une tour en ruine, enfermée dans un ancien casier, épuisée... Encore une fois, elle avait eu plus gros yeux que de ventre... cette situation mérite quelques explications.

La jeune Kitsune, avait arpenté la ville toute la soirée, son long rifle à l'épaule, vêtue d'un short léger, un haut plus que léger en voyant les deux triangles de tissu couvrir à eux seuls sa poitrine généreuse, ses longs cheveux rougeoyant était attachés, relevés sur le haut de son crane où un petit insigne en forme de tête de mort semblait narguer l'ennemi sur ses intentions, le tout réhaussé de bottes remontant jusqu'à ses cuisses d'un blanc impeccable. Étrangement la présentation comptait beaucoup à ses yeux. . Comprenez que la jeune femme était fière de ce qu'elle était et de sa liberté. Elle menait dur la vie des maitres qui croisaient son passage et portait déjà le poids de plus d'un meurtre de petits maîtres dont les frasques étaient récompensées d'une balle calée entre leurs deux yeux. En effet, ses sorties nocturnes ressemblaient de plus en plus à des parties de chasse. Il fallait faire les recoins des sorties de bar, quand les "maîtres" sortaient ivres, rien n'était plus simple que de se débarrasser d'eux. Si elle aurait préférait les affronter et les battre dans les règles de l'art, la situation actuelle ne le permettait pas... ils étaient trop nombreux... Certes cette façon de faire enlevait tout honneur à la plupart de ses victoires mais au moins sa quête avançait. Il était si difficile d'approcher les êtres dit "supérieurs" de nos jours...
Jouant de son physique cette nuit encore elle entrepris d’entraîner deux jeunes démons imbibés d'alcool à l'écart de leurs amis, le promettant tout ce qu'il demandait. Une fois qu'elle jaugeait la distance des autres suffisante c'est de sang froid qu'elle se retournait pointant son arme vers eux. L'un d'entre eux perd la vie dans une détonation mais... le second n'est pas la... elle fronce le regard, le cherche... Mais rien... elle perdit de longues minutes ainsi... voilà qui n'allait pas aidé à calmer les avis de recherche qui commençait à foisonner aux quatre coins de Watari... Petite esclave rebelle, connue de tous devait se vendre à bon prix...

Après quelques minutes à flâner dans cette atmosphère lugubre parmi les ombres et les gémissements d'inconnus, Gaby remarqua s'être éloignée de la ville. Tant pis... De toute façon pas moyen de remettre la main sur cet idiot... Son "QG" était établi dans la vieille ville, les décombres cachaient encore des armes et des munitions pour qui prenait le temps de les chercher, et au moins, là-bas, on ne risquait pas d'aller la chercher. Certes ce n'était guère luxueux, un vieux générateur peinait à illuminer le studio de luxe qu'elle s'était offert pour quelqu'un de sa condition, rassemblés ici et là traînaient cartons de balles récupérées ici et la, armes à rénover, dagues, épées, un vieux canapé, un réchaud... de quoi survivre en somme... Et c'est exactement vers cet endroit qu'elle filait, pourtant... trois hommes vinrent s'interposer, lui barrant le passage ouvertement, sourires aux lèvres... L'un d'entre eux lui explique qu'ils sont la pour elle... Sa manière de faire avait été comprise. Ils étaient là pour y mettre fin... et sans doute s'amuser un peu si on en croit leur regard... Gaby agit instinctivement, elle dégaine son arme, vise approximativement, vise, tire puis profite de cette diversion pour s'enfuir à toute jambe à l'opposé, cherchant un abri tout en les semant. Dans sa course acharnée, regagnant sa 'demeure' au pas de course, occupée à surveiller ses arrières elle ne prit même pas attention en heurtant une personne qui trainait à un recoin de cette ville. Elle se redresse, le repousse froidement.

" Bordel... j'ai pas de temps à perdre pauvre idiot... Dégage de mon chemin !! "

Des bruits de pas non loin résonnait. Elle panique légèrement, ne prêtant aucune attention à cette personne à qui elle était rentrée dedans. La pluie commence à tomber... décidément ce n'était pas le jour... La kitsune adorait voir la pluie d'ordinaire... mais la elle se vit contrainte de rentrer dans un batiment inconnu... En effet, que ferait elle si ils la suivaient jusque chez elle ? Si elle ne comptait pas perdre la vie si facilement, il ne fallait pas qu'il s'en prenne à sa petite demeure... Au premier étage elle trouva un vieux casier abandonné où elle s'enferma en hâte.

Voici donc comment elle était arrivée là et elle y resta enfermée de longues minutes mine de rien avant de juger avoir assez attendu... La porte était bloquée, elle fut obligée de la faire décoller pour en sortir, plus exténuée encore alors que la lune laissait entrevoir cette ligne de sang qui coupait la pâleur de sa joue, surement une trace de son méfait de la nuit, à moins que ce ne soit une blessure dont elle ne se serait pas rendue compte... elle n'y prête pas attention, reprenant son souffle, les yeux clos, appuyée contre la cloison de l'ancien meuble.[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre aussi marquante qu'incongrue (Pv Shiro ~)   Mar 20 Mar - 14:25

Les journées s'enchaînaient toutes les unes après les autres, et pourtant elles ne se ressemblaient pas, il y avait toujours un petit quelque chose qui faisait que le lendemain était différent de la veille. Remarque je ne m'en plains pas, au contraire c'était plutôt intéressant, toujours vivre les mêmes journées en boucle sans arrêt, cela doit être d'une lassitude que même le dieu de la paresse lui même ne pourrait décrire. Si toutefois une telle divinité existait au delà de ce monde dans lequel nous vivons... Je ne crois déjà pas en l'existence de Dieu lui même, donc de ce point de vue là, pas la peine de s'attarder. Dans ce monde, nous sommes parfois amenés à ne croire qu'en nous même, la confiance n'est pas à donner à n'importe qui...au risque d'un coup de couteau dans le dos. Enfin, je peux parler moi... J'ai récemment libéré Yuki de l'esclavage, la laissant vivre avec moi et faire ce qu'elle veut de ses journées. Même si je doute que celle ci veuille ma peau, il est évident qu'elle n'a pas une confiance encore totale en moi...de mon côté je me fichais un peu de tout ça, allez savoir pourquoi. D'ailleurs puisqu'on en parle, en cette journée incroyablement ensoleillée, la jeune fille était sortit à son aise. Où était elle allé? Pas la moindre idée et j'avais pas l'intention de chercher à le découvrir, elle fait sa vie de son côté, et moi je mène la mienne et comme ça tout le monde est content.

Ce beau temps... il faisait beaucoup trop chaud, pas du tout des températures qui me feront sortir le nez de la demeure. Pourtant j'avais pas beaucoup pris l'air ces derniers temps, à croire que même en ayant le temps, j'avais aussi la flemme de sortir comme ça sans raison précise... Cette journée, je la passais comme une journée classique. Rien que ce matin je m'étais offert une grasse matinée du diable. Quant à cet après midi, je l'ai passé dans mon dojo à l'étage, m'entraînant trois longues heures d'affilées, sans la moindre interruption, au maniement de mon sabre. Que voulez vous...? Quand je m'ennuie c'est peut être bien la seule occupation que j'ai, et puis si je n'entretiens pas mes talents aiguisés je risque fort de rouiller, chose dont j'aimerais déjà éviter la pensée. C'est vrai que j'ai la télé aussi, mais comme d'habitude, pas le moindre film intéressant, pas la moindre série avec un minimum d'intérêt. A la place j'avais droit aux vieux feuilletons à la con, les émissions commerciales où on essayait de te faire composer un numéro de téléphone pour acheter une babiole qui casserait en deux jours... Des Chaînes proposant ce genre de programme débile, je pourrais vous en citer un paquet, alors autant vous dire que j'ai vite éteint le poste avant que mon cerveau ne finisse par être grièvement atteint de ce genre de connerie profonde.

Bon, le soir commençait à tomber, incroyable ce que le temps passe vite quand on se trouve une occupation plus ou moins intéressante. Et je pris une grand décision, pas question de rester à l'intérieur pour la soirée, j'étais bien décidé à aller faire un tour en ville, ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vue de nuit. De plus j'en profiterais pour faire une petite ronde, au cas ou il y aurait des crimes que je me verrais obligé d'empêcher. Quoique obligé...non pas vraiment, c'était surtout ma propre fierté qui me l'imposait. Pour ma fameuse sortie de ce soir, niveau fringue j'allais pas faire original, j'allais même m'habiller de ma tenue de journée habituelle. Je me vêtis donc de mon kimono noir avec doublure légère blanche, style samouraï. Je le surhaussais ensuite de mon long manteau blanc sans manches qui m'arrivait au niveau des chevilles, je le laissait ouvert à l'avant, comme d'habitude, de toute façon y'avait pas le moindre fermeture dessus donc bon. J'enroulais mon écharpe bleue verte autour de mon cou, celle ci était surtout d'un tissu fin, déchirée sur les bords, donc on pourrait pas qualifier cela d'écharpe en fait. Enfin, la petite touche finale, la chose sans laquelle je ne quitterais jamais cette maison, à savoir mon fidèle Katana, que j'attachais à mon dos, dans son fourreau en bois bleu marine soutenu à mon torse par une bandoulière verte.

J'étais fin prêt pour ma "promenade", et de ce pas, je quittais la demeure afin de m'engager sur les longs chemins qui me menèrent petit à petit au centre de la ville. La soirée était déjà bien entamée mine de rien, je ne savais pas quelle heure il était mais ça devait pas être seulement le début de la nuit. Les rues étaient toujours animées comme pas possible dans les quartiers bars/boîtes de nuit, toute cette foule m'exaspérait beaucoup trop. Nul besoin de vous expliquer en détail ce pourquoi j'ai préféré un chemin plus en "hauteur". Oui bon, je sais que c'est plutôt original de sauter de bâtiment en bâtiment, parcourant les toits l'air de rien...normal quoi! J'arrivais sur le bord de l'un d'eux, prenant un pause en me penchant vers le vide. Je plaçais mon pied sur le rebord en béton légèrement surélevé, posant mes coudes sur mon genoux pour admirer l'activité là en bas. La vue aérienne était la meilleure pour repérer les éventuels délits, susceptibles d'être mis en œuvre par des types peu recommandables.

L'ambiance de joie dans l'air fut brisée par un son que j'aurais préféré ne pas entendre, à savoir un coup de feu retentissant qui fit frétiller mon tympan. Je fronçais les sourcils en prenant un air très sérieux, me dirigeant à pleine vitesse vers le lieu d'où provenait le bruit de la détonation. Je saute de l'immeuble pour atterrir en bas dans une petite explosion d'énergie bleutée qui s'échappait de mon corps. L'endroit était désert, pourtant ça ne m'empêchais pas de percuter quelqu'un de plein fouet au carrefour d'une ruelle. L'inconnue en question me poussa violemment en me m'adressant des mots qui n'étaient pas de première politesse. Puis elle déguerpit aussitôt, j'ai même pas eu le temps de l'arrêter que trois hommes arrivèrent en courant dans ma direction. Je posais le regard sur eux, avant de le détourner à nouveau dans la direction de la personne non identifiée. Faudrait être idiot pour pas comprendre que ces mecs en aient après elle. Je leur fais donc face, croisant les bras en les fixant d'un regard noir et glacial au point d'en faire frissonner la colonne vertébrale de n'importe lequel d'entre eux.

"Votre petite course poursuite se termine ici.....retournez d'où vous venez ou je m'occupe de vous personnellement..."

Ils éclatèrent de rire avant de sortir un couteau chacun, me disant de retourner chez ma mère...en bref j'étais un gamin à leurs yeux. Alors là, grosse erreur de leur part, car non seulement ils venaient de me dire la chose que je détestait le plus au monde, mais en plus ils osaient mentionner ma mère qui n'était plus de ce monde. Mes yeux disparurent dans l'ombre de mes cheveux, et ma main saisit doucement mon sabre dans mon dos. Le seul son qu'on pouvait entendre était celui de l'acier de la lame frottant le bois du fourreau.

"Je vous aurez donné votre chance.... Tant pis pour vous.... Qui que vous soyez, vous venez de faire une monumentale erreure qui va vous conduire à votre perte..."


Une minute plus tard, la pluie se mit à tomber, et le tonnerre se mit à gronder dans le ciel. Je rengainais mon sabre en laissant sur place les trois piliers de glace qui enfermaient les individus. Eh non, je ne les ai pas tués si vous voulez tout savoir... Ils ne le méritaient même pas, je n'allais pas me salir les mains pour des ordures de leur niveau, autant garder ça pour un adversaire plus coriace. Je me mis en tête de retrouver l'inconnue qu'ils étaient en train de poursuivre. Pour ça, rien de plus simple, je n'avais qu'à suivre les petites tâches de sang qui m'indiquaient le chemin qu'elle avait emprunter. Elle devait s'être sûrement blessée après m'avoir percuté, je ne voyais que ça comme explication.

La piste me mena dans un bâtiment en ruine, complètement abandonné. La pluie tombait de plus en plus, heureusement je n'étais pas fort trempé. Je suivais avec méfiance les tâches de sang qui se faisaient de plus en plus rares, et de moins en moins visibles, jusqu'à arriver dans une pièce à l'étage. L'électricité ne marchait plus, il faisait plutôt sombre donc, je ne pouvais pas voir grand chose si ce n'est la silhouette de quelqu'un devant moi, à quelques mètres. Je restais silencieux quelques secondes, la fixant sans la lâcher du regard, croisant les bras. Le tonnerre gronda à nouveau, suivit en même temps d'un éclair blanc qui fit s'illuminer la salle pendant une fraction de seconde. Je pus distinguer avec plus de précision une femme, mais je ne pus en apprendre d'avantage. Je restais sur place, lui adressant la parole d'un air glacial.

"Inutile de te cacher....cela fait un bout de temps qu'ils ne sont plus à ta poursuite... "

J'étais bien décidé à savoir qui elle était, le coup de feu que j'ai entendu, je sentais que c'était lié à elle d'une manière ou d'une autre, en tout cas, ses poursuivants eux, n'avaient pas d'armes à feu sur eux... Tout me laissait penser qu'elle était la responsable de tout ce grabuge, je restais sur mes gardes, au cas ou elle tenterait quelque chose. Bien que je préfèrerais discuter calmement avec elle pour entendre sa version des faits...

Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre aussi marquante qu'incongrue (Pv Shiro ~)   Mer 21 Mar - 9:30

Elle entendait des bruits étranges, le lieu semblait plus froid soudainement sans qu'elle ne put l'expliquer. La porte de l'armoire où elle se cachait tombait lourdement au sol dans un fracas assourdissant, résonnant dans cette pièce immensément vide. Les gens se cantonnait dans des villes et on délaissait des espaces immenses comme ceux ci, vestige d'une ancienne vie. Elle tenait les démons responsables de cette désolation ... qui d'autres qu'eux... ? Ils avaient sans doute poussé la ville à se concentrer en son centre pour mieux gérer la populace... Sans compter toutes ces vies brisées que l'on avait poussé à l'esclavage. Dans le fond, ça semblait logique toute ces habitations désolées quand on comparait le nombre d'esclaves actuels à Watari par exemple. Elle eut un frisson en repensant à son arrivée impromptue en cette ville. Dans un soupir elle se souvenait de la douleur, la peur qui l'avait étreinte...

L'air semblait s'adoucir un moment. Un moment très court pendant lequel seul la pluie et les éclairs qui vrombissaient dans le ciel se faisaient entendre. Alors qu'elle pensait être enfin tranquille, des pas résonnèrent dans le batiment... était il possible que l'un d'eux l'ait suivie ? Son sang ne fit qu'un tour. S'il était seul, elle n'allait pas fuir. Gaby n'aimait pas détaler... mais elle avait aussi conscience qu'à trois contre une... ses chances de survie étaient inexistante sans compter le traitement qu'ils pouvaient lui réserver... Mais à un contre un, l'affrontement ne lui faisait pas peur, sans attache réelle, solitaire et bien que résistante à ses heures, elle n'était pas indispensable. Si elle devait mourir face à un ennemi elle l'acceptait simplement. Certes c'était un destin cruel, mais qu'est ce qu'une vie de terreur ? Si elle ne pouvait pas tuer un monstre, autant en finir dans un combat acharné, c'était sans doute plus digne de finir ainsi qu'asservie à la botte d'un tyran.

Les pas approchaient, elle n'avait plus aucun doute, cet inconnu, c'est elle qu'il cherchait... que ferait il d'autre dans ce bâtiment sinon... ? Pile à l'étage ou elle se trouvait... Le hasard a ses limites et elles étaient plus que dépassées. De dos face à cet inconnu, elle arme son fusil, restant immobile de longues secondes, les yeux clos... C'était stupide... totalement. Pourquoi fallait il toujours que ces hommes ne connaissent aucune limite... Sans même le connaitre elle le haissait déjà du plus profond de son coeur. Cela pouvait sans doute paraître injuste mais tout chez lui respirait la noblesse, nul doute qu'il était un maître aux yeux de la kitsune dont les attributs animaux étaient savamment dissimulés. Bah... Disons que même si c'était plus plaisant de vivre oreilles et queues déployées librement, au rythme de ses déplacements elle aurait été démasquée depuis bien longtemps déjà. La voix de l'inconnu résonnait dans l'espace vide qui les englobait, rythmé par le torrent qui s'abattait dehors et la lumière du tonnerre qui déchirait les cieux. A ses paroles elle ne put retenir un rire, un rire de ceux qui semblent obstinément se moquer de vous. Lentement, bien que gracieusement elle se tourna vers lui doucement. Sa joue encore marquée par sa victime de la soirée, cependant, celui qui s'écoulait légèrement le long de son bras gauche était bien le sien... Elle ne savait pas où ni quand elle s'était blessée dans l'action... Seulement, maintenant que l'adrénaline baissait, la douleur se faisait plus vive à chaque mouvement. Se retirer pour une petite plaie ? Hey... Tu as affaire à Gabrielle et crois moi, cette petite n'a que faire de ce genre de détail... Sur un ton froid et sec elle finit par lui adresser la parole.

" tseuh... Faut croire que je ne suis pas partie assez loin... Tu n'aurais pas du me suivre... Donne moi ton nom ... "

Tout en parlant, son arme prenait place sur son épaule, il n'était pas aisé de viser dans l'ombre avec un bras blessé. Il lui faudrait sans doute plus de temps que d'ordinaire pour ajuster son tir et du temps... c'est exactement ce qu'elle cherchait à gagner en ce moment, juste un instant, une seconde encore... Un sourire gagne ses lèvres une fois sa cible verrouillée. Elle se cramponne comme elle peut à son arme, prenant plus d'appui sur ses jambes, avec cette blessure, le recul de l'arme sera plus difficile à contenir, surtout quand on manie une arme de cette taille. Sanguine, une conversation simple était déjà difficile à entretenir avec elle, si en plus il s'avérait que c'était un maître... du moins selon ses déductions et croyez le ou non, les renards ont du flair en général et elle préférait amplement avoir l'ascendant sur un maitre que l'inverse. Se sachant en désavantage elle préférait en finir rapidement et proprement pour ne pas avoir à subir leurs pouvoirs et c'est exactement ce qu'elle comptait faire envers cet inconnu. Elle visait son coeur, simplement, ainsi si elle n'y arrivait pas du premier coup, l'impact lui permettrait sans doute de réarmer et de tirer une seconde fois... Sans aucune hésitation... La solitude, la haine et la rancoeur l'avaient endurcie à ce point. D'un ton hautain, elle ajouta cependant.

" Je ne sais pas ce que tu espérais trouver en montant ici... mais ce fut sans doute ta plus grosse erreur... Je suis ici pour débarrasser la ville des gens comme toi... Un par un... Si tu ne bouges pas ce sera moins douloureux petit gars... "

Elle ne lui laisse pas plus de répit, une nouvelle détonation résonne dans le batiment alors qu'elle encaissait le recul en grimaçant de douleur. Par mécanisme elle retire la cartouche usagée de son arme, cherchant à réarmer aussitôt seulement elle fut surprise de la douleur fulgurante qui l'étreint soudainement au niveau de l'épaule. Elle en lâche sa cartouche qui rebondit au sol avant de rouler. Gaby hésite une seconde, puis en pioche une nouvelle, armant son long rifle le plus rapidement possible malgré le stress de cette erreur... Le doute un peu aussi, ça ne lui était jamais arrivé... Néanmoins elle était tout aussi consciente que ce n'était pas le moment de penser, il fallait agir. La jeune femme enclenche la seconde cartouche dans un laps de temps assez court au final... meme si pour elle, ça lui avait semblé une éternité, geste qu'elle menait à la perfection d'ordinaire.

" Idiot... "

Elle ne comptait pas lui laisser de répit, ce serait lui offrir une chance de se retourner contre elle, voir s'enfuir... même si elle doutait de la seconde alternative... fuir devant une jeune femme serait indigne ne croyez vous pas... Elle était toujours tombée sur des démons prétentieux dont sa nature agressive l'avait protégée, lui permettant de les vaincre par rapidité... Pas vraiment d'ennemi d'envergure... ils s'étaient tous pour la plupart laissé berné par sa silhouette svelte et ses formes harmonieuses. On ne se méfie jamais assez d'un joli minois aussi innocent parait il... Elle pensait que ce serait comme d'habitude... ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre aussi marquante qu'incongrue (Pv Shiro ~)   Mer 21 Mar - 15:34

Le tonnerre ne cessait donc pas de faire parler de lui, les puissantes détonations qu'il provoquait était presque aussi terrifiantes que le rugissement d'un lion affamé. Le son de l'eau battante tapait les vitres rayées et sales de la pièce, résonnant ainsi jusqu'au plus profondes entrailles désagrégées de ce vieux bâtiment en ruine. Quant aux éclairs, ils ne cessaient d'ouvrir brusquement le ciel noir de nuages dans des rapides apparitions lumineuses blanches. Leur tombée était si violente, si surprenante et inattendue, qu'on pourrait croire que c'était Zeus en personne qui déchainait toute sa colère sur l'île. La foudre....quel élément merveilleux, rapide et magnifique à la fois, on a beau ne pas avoir le temps de la voir, on reste émerveillé par la beauté qu'elle dégage durant le très court laps de temps de son apparition. Moi pour le moment, ce n'était pas sur cela que j'étais focalisé, mais sur la femme qui se trouvait devant moi. Car oui, c'était une femme, les éclats de lumières blanche me laissait apercevoir peu à peu les courbes de son corps qui ne laissait pas penser autre chose. De plus sa voix, bien que froide et un poil provocatrice, était bien trop efféminée pour sortir des lèvres d'un homme. Comment je pouvais affirmer qu'elle avait un ton provocateur? Suffit juste de remarquer la fin de la première phrase qu'elle daigna m'adresser: "Donnes moi ton nom...". Alors à moins que ceci ne soit pas un ordre, j'ignore ce que ça peut bien être. Comme si j'allais obéir à cette inconnue comme ça sans la moindre raison...

Elle ne manquait vraiment pas de toupet celle là, et c'est pas non plus le respect et la politesse qui devait l'étouffer à mon avis. En principe quand on demande le nom de quelqu'un, on se présente en premier, là est le symbole des présentations qui valent la peine d'être qualifiées de "justes". Enfin bref, je vais pas m'attarder sur ce détail, car je restais silencieux à sa "demande". Tout ce qu'on entendait, tout cela se passait dehors, l'orage et la pluie...rien de plus. Pourtant, au bout de plusieurs secondes, un son moins naturel s'en mêla, celui du métal qui bougeait doucement et librement dans l'air. Je fermais alors les yeux en tentant d'analyser ce bruit, certitude était qu'il venait de la jeune femme en question. J'avais beau réfléchir, je ne voyais vraiment pas ce que cela pouvait être. Même l'orage ne pouvait pas me déconcentrer, autant dire que là pour réfléchir, j'y allais pas doucement. Ce fut à nouveau sa voix qui me sortit de mes songes, mais ce n'était pas son doux son qui m'interpella, surtout le contenu de sa remarque.

Quelle bonne blague, le sang qu'elle avait laissé derrière elle laissait clairement penser qu'elle était blessée...et pourtant elle prétends encore que j'ai fais l'erreur de la suivre. L'erreur venait plutôt d'elle pour m'avoir traité de "petit gars" si vous voulez mon avis. Toutefois, je n'allais pas m'emporter comme je l'ai fais avec les trois types de tout à l'heure, au contraire je gardais mon calme, l'air toujours aussi glacial dans mes yeux bleus émeraudes. C'était une femme fatiguée et blessée, aucune raison pour moi de lui faire plus de mal qu'elle n'en a déjà. Après tout, quel honneur y aurait il à en venir à commettre un tel acte? Déjà qu'une femme, ce n'était pas mon genre d'en combattre, mais une femme blessée encore moins. Que voulez vous, je suis comme ça c'est tout, pas la peine d e chercher à comprendre, vous risqueriez fort de vous jeter dans un débat sans fin. Ce qui m'a surtout attiré dans sa phrase, c'était qu'elle mentionnait les gens comme moi...mais que voulait elle dire par là? Car là il faut que je fasse un point sur ce que je suis.... L'empereur de Watari, on est que deux empereurs sur cette île pour le moment donc c'est pas à cause de ça qu'elle m'en veut.... Je suis mi humain mi démon...ah peut être...mais non, j'en doutais fort...mon instinct me disait que c'était autre chose qui traversait l'esprit de la jeune femme en pensant cela.

Je rouvris lentement les yeux en ramenant mon attention sur elle, la pénombre ne me permit pas une grande visibilité, tout ce que je voyais, c'est qu'elle était dans une position différente, semblant tenir quelques chose entre ses mains. Je laissais mon bras gauche retomber le long de mon corps, empoignant mon sabre de ma main droite sans pour autant le dégainer. Je fléchis ensuite les jambes très légèrement, prêt à esquiver la moindre attaque venant de sa part... Elle avait beau être blessée, ma règle d'or était de ne jamais sous estimer quelqu'un lors d'un affrontement. Je ne préfèrerais vraiment pas avoir à me battre contre elle, mais si elle s'en prenait à moi, pas le choix je devrais répliquer. Un autre éclair empli la salle d'une lueur blanche, me laissant brièvement voir un grand fusil pointé sur moi. Mes yeux s'écarquillèrent soudainement de surprise, et je ne cache pas que l'adrénaline monta en flèche soudainement. Ses yeux....pas de doute elle n'hésiterait pas à faire feu. Par pur réflexe, au moment où je vis son doigt presser la détente, je fis un rapide pas de côté quant le coup de feu se fit entendre. La balle siffla en fendant l'air dans une effrayante détonation. Par chance j'ai été assez prévoyant et agile pour l'éviter, et celle ci alla s'encastrer avec fracas dans le mur juste derrière moi.

Je tournais à nouveau mon regard vers l'inconnue, fronçant les sourcils avec sérieux, dégainant doucement mon sabre alors qu'elle, semblait se dépêcher de recharger son arme. Rien que les différents sons qui venaient d'elle le laisser clairement penser. Une fois ma lame à l'air libre, je la brandis devant moi, la pointe dirigée vers la jeune femme. Je voulais éviter ce genre de conflit, intérieurement je cris que je priais même pour qu'elle baisse son arme afin que je puisse ranger la mienne. Soudain, la pluie cessa soudain, l'orage...le tonnerre disparaissait lui aussi... Et les nuages noirs s'éclipsaient doucement les uns après les autres pour laisser place à la lune. La lueur de celle ci éclaira la pièce en continue, et je pris un air surpris en pouvant enfin voir le visage de celle qui me faisait face depuis le début. Inutile de cacher qu'elle était d'une beauté sans pareille, son doux visage laissait clairement penser qu'elle devait avoir le même âge que moi, si ce n'est peut être un an de moins que moi...mais je ne pouvais pas le certifier. Niveau vêtements....c'était quand même vachement osé ce qu'elle portait, et même si je restais neutre dans mon regard, je me sentais un peu gêné. Je pus voir son bras saigner, voilà donc où se trouvait cette fameuse blessure qui a trahit la demoiselle en me révélant sa cachette. Je baissa doucement mon sabre avant de me décider à le rengainer dans son fourreau, dans mon dos.

"J'ignore de quoi tu parles quand tu mentionnes les gens comme moi.... Toutefois saches que je ne te veux aucun mal, je n'ai rien de personnel contre toi, même si toi ça semble être l'inverse...."

Je gardais un air très sérieux, m'approchant doucement d'elle. Elle avait déjà rechargé son fusil et dirigeait à nouveau le canon de celui ci vers moi. Bon sang qu'elle semblait être têtue celle là... ça n'allait pas être une partie de plaisir d'essayer de discuter calmement avec elle. Je m'arrête ne cours de chemin, me résignant à approcher d'avantage, car si je faisait un pas de plus, je serais bien trop près pour esquiver un autre tir si l'idée lui traversait l'esprit. Prudence est mère de sûreté comme on dit, et je préférais ne pas prendre de risques inutiles. Elle avait beau être d'une beauté divine, ce n'était pas le moment de baisser ma garde, je ne peux me permettre de me laisser envoûter par sa beauté ensorceleuse, car je pouvais voir dans ses yeux qu'elle était du genre à profiter de la moindre seconde d'inattention... Cela ne m'empêchais pas de croiser les bras pour la fixer d'un air froid à nouveau, reprenant mon souffle doucement.

"Tu voulais mon nom pas vrai?..... J'attends de toi que tu me dises le tiens en premier... après tout c'est à celui qui demande de se présenter avant pas vrai?"


J'essayais de faire dévier notre différent sur une une discussion un peu plus calme, pour ça je n'hésitait pas à répondre, un peu tardivement certes, à sa question de tout à l'heure. Que voulez vous, je n'avais pas envie de me battre contre elle sans la moindre raison....et puis je n'en avais aucune sous la main en ce moment même... Étrangement je me préoccupais de sa blessure... Attendez un peu là qu'est ce que je suis en train de dire....? Elle a essayée de me tuer et voilà que je me préoccupes de ça...décidément me voilà tombé bien bas. Je secouais alors vivement la tête pour me remettre les idées en place, plongeant on regard froid et sérieux dans le sien.

"Pourquoi essayes tu de me tuer.....? Est ce que j'ai fais quelque chose de mal à tes yeux? As tu la moindre explication à tes actions à me donner?...."


En fait, qu'elle ait des explications ou pas, qu'elle ait envie de me les révéler ou pas, cela m'importait peu en fait, c'était juste mon côté curieux qui venait de s'exprimer librement. Je fixais son arme sans broncher, scrutant le moindre mouvement de son doigt qui pourrait presser la détente une seconde fois, je devais faire très attention....une seule seconde d'innatention et je pouvais bien signer mon aller simple pour l'au delà...
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre aussi marquante qu'incongrue (Pv Shiro ~)   Jeu 22 Mar - 5:01

La pluie semblait s'être stoppée soudainement... comme si le ciel voulait à son tour leur laisser tout le loisir de discuter... Une choses était certaine... La lune lui offrait enfin la vision qu'elle convoitait sur la pièce vide et sans attrait. Les murs étaient tapissés de fissures qui ne demandaient qu'à lâcher. Des graffitis vantant la liberté dessinés fièrement ici et là. Si la jeune kitsune trouvait cela totalement abjecte de la part de leurs auteurs... n'était il apte qu'à ça ? Même elle, jeune esclave se débattait comme un beau diable chaque jour de sa vie, jouant avec la seule chose précieuse qui lui restait, se rebellant contre un système injuste avec la folie d'être seule... Même la rébellion se méfiait d'elle à dire vrai, si elle était d'une utilité grandissante pour ses connaissances des armes et ses aptitudes à les remettre en état rapidement, jamais on ne lui avait attribué de binôme... On ne connaissait que trop bien son caractère impétueux... et on préférait laisser sa folie déraisonnable à elle même, pensant qu'un jour sans doute... Elle finirait par prendre conscience d'elle même que prudence est mère de sureté... C'était mal la connaitre. Rien ne la faisant fléchir, son esprit n'appelait plus qu'à deux choses : La vengeance et la liberté étaient les seuls à lui guider.

Ce fut la seconde choses qu'elle remarqua une fois que la lune, perchée haut dans son firmament consentit à éclairer ce bâtiment de sa lumière bleutée et intense, cet homme. Elle put enfin le discerner. Il était beau... très beau. D'une beauté que l'éclat lunaire relevait délicieusement alors que son regard d'un bleu cristallin brillait de mille feux. En d'autres circonstances elle n'y aurait sans doute pas prêté attention mais là elle ne pouvait nier que malgré sa grande prestance; sa tenue, sa posture... tout respirait le luxe dont elle et d'autres étaient privés. Il resplendissait de cette aura qui semblait imposer le respect à chaque fois rien que de par son assurance. Pourtant... C'est aussi le calme qu'elle lisait sur son visage qui la fit douter une seconde... comment pouvait on rester ainsi alors qu'on vient de faire feu en votre direction, que le tireur était de nouveau armé et que ... visiblement... il n'était pas novice de la première heure... Elle ne comprenait pas, vraiment pas... elle en vint meme à secouer la tete doucement de désaccord, semblant chercher à se reconcentrer... finalement... il n'était sans doute pas si idiot que ça...

En effet la lumière de la lune se reflétait intensément sur la lame de Katana qui se détachait dans la pénombre. Elle déglutit péniblement en serrant les dents, serrant son arme plus fermement. Elle était téméraire, obstinée, mais lucide... que pourrait elle avec son fusil, aussi bidouillé soit il s'il l'engageait au corps à corps... Si elle ne doutait pas de parer son premier coup, son arme n'était pas des plus maniable, sans compter son poids, et pire encore, sa blessure... Le choc serait trop fort pour sa constitution. Non en fait... elle savait que s'il ouvrait le bal c'était fini... aussi... quelle ne fut pas sa surprise de le voir rengainer son arme... voir cet éclat magique disparaître dans le dos de l'ennemi sans qu'elle n'en comprenne la raison... Il ne semblait pas idiot... il devait savoir qu'il avait le dessus... Alors pourquoi ne prenait il pas l'avantage une fois pour toute... Elle eut un frisson une seconde... Dans son optique personnelle une seule raison pouvait pousser à ce comportement des plus étranges : il était de ces maîtres sadiques qui jouent longtemps avec leurs proies et qui les tue une fois qu'ils s'en sont lancés. Elle osait à peine imaginer ce qu'il pourrait lui faire si elle tombait... mais ses pensées furent interrompue par la voix de ce même inconnu. Son ton était presque doux à côté de ceux qu'ont les autres habituellement... Et ses paroles...

" Idiot... Oserais tu nier que tu fais partie de ces maitres qui sont privilégiés et privent les peuples pacifistes de leurs terres et de leurs habitants !? "

Son ton était toujours aussi froid et détaché, elle se forçait à peine, depuis la perte de ses parents elle était longuement restée seule. Elle s'était forgée d'elle même et chaque déplacement de sa part n'avait été que pour voir une nouvelle atrocité de ces dirigeants sans foi ni loi dont les idées étaient à chaque fois plus ravageuses pour les autres. Pourquoi serait ils les seuls à décider tiens... ? Gaby avait bien compris que certaines personnes, bien qu'elle ne le conçoive pas, aimaient cette situation, obéir à un maître... Elle ne voulait pas non plus forcer les gens à se défaire de leurs vies... son seul but était de pouvoir offrir aux "esclaves" la possibilité de choisir entre une vie rangée sous le joug d'un maître, soit la liberté et les moyens de les laisser reconstruire leur vie d'avant... d'avant tout ça... C'est avec nostalgie qu'elle eut une pensée pour ses parents, ses frères... ces vies perdues sans qu'elles n'aient rien à se reprocher... Perdue dans ses divagations, son envie de vengeance devint plus marquée encore et comme on pouvait s'y attendre le deuxième coups de feux partit comme pour se protéger elle même... il fallait qu'il reste à distance absolument... sinon elle était finie... Elle prit cependant le temps de lui répondre alors que la douille vide tombait au sol dans un cliquetis agréable pour la jeune femme.

" J'm'appelle Gabrielle... mais je doute avoir un nom... peut on encore porter le nom d'une tribu que les gens comme toi ont éradiquée de la carte sans qu'elle n'ait rien fait ? Alors... à toi... ton nom ? "

Si elle insistait autant c'était par pure curiosité... aussi macabre soit il, Gaby entretenait un carnet où elle couchait à chaque occasion et avec soin le nom de ses victimes. Elle ne faisait pas vraiment ça par fierté... juste que dans son optique, toute vie même mauvaise ôtée méritait qu'on se souvienne qu'on l'a achevée. Ce n'était pas tant par respect pour ces hommes, au contraire mais plutôt à leurs enfants... Ainsi si un jour l'un d'entre eux venait lui faire face en énonçant être venu venger son père elle pourrait accepter son châtiment le sourire aux lèvres... après tout elle même connaissait cette situation et donnerait tout au monde pour pouvoir retrouver l'assassin de ses parents... pourquoi infliger à d'autres ce que vous reprochez à certains de vous faire ? Compliqué tout ça... Néanmoins son arme était déjà rechargée et épaulée malgré la douleur terrible qui lui dévorait l'épaule un peu plus à chaque fois. Son viseur reprenait sa place, attendant une opportunité quelconque d'en finir avec lui... Pourtant... Ses dernières paroles la font rire. Si sa vie n'était pas en jeu elle se moquerait plus ouvertement des paroles de l'homme face à elle. Il ne manquait pas de toupet à faire l'innocent ainsi. Elle ricane plus nerveusement, tachant de ne pas perdre sa cible.

" Les tiens ne sont pas doués pour les explications... malgré tout leurs massacres... tout leurs captures... Ils n'ont jamais rien justifiés... Tu vois petit gars... je vaux mieux que vous parce que je vais te dire moi... Déjà... je n'essaierai pas seulement de te tuer, je compte y arriver... Aussi je ne m'occuperai pas seulement de ton cas n'ai crainte mais de tout les tiens. Certes me diras tu que tu n'as sans doute rien fait contre nous et je n'ai aucune preuve impliquant que tu as participé à tout ceci mais... laisser les autres faire le sale boulot n'est pas un motif d'innocence... Tu es complice... Rend toi ça vaut mieux... "

Cette fois ce fut deux coups de feux qui furent tirés à intervalle assez court, elle voulait le décontenancer au niveau du rythme de ses tirs. Ses balles de gros calibre se plantaient dans le mur derrière lui qui lui même soutenait le reste d'un plafond, délabré ici et là. Espérons que la structure soit encore assez résistante car Gaby n'est pas du genre à s'occuper de ce genre de détail. Son arme fut rechargée à nouveau mais cette fois elle fut incapable d'appuyer sur la gâchette... elle se mordait la lèvre pour ne pas gémir malgré le supplice qu'elle vivait actuellement... pourtant elle ne se dégonflait pas, même ... elle le cherchait presque, le provoquait.

" Pourquoi... pourquoi as tu rangé ton Katana... ? Je te tuerai si tu ne te défends pas... Ou as tu la prétention d'essayer de te débarrasser de moi autrement ? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre aussi marquante qu'incongrue (Pv Shiro ~)   Jeu 22 Mar - 14:39

Elle avait un regard des plus profond, ses yeux dont la lumière lunaire faisait ressortir la belle couleur noisette, me fixaient sans même se détourner de moi. Toutefois, je pouvais lire de la froideur dans ce même regard qu'elle me jetait, comme si elle avait une dent contre moi. J'ignorais si c'était une affaire personnelle qui la perturbait au plus profond des on esprit, ou si sa colère se jetait sur une généralité, et que, manque de bol, c'est moi qui suis finalement tombé dessus. Décidément, il semblerait que ma malchance ne soit pas décidée à me foutre la paix de sitôt, mais bon, à présent les faits étaient là, et je ne pouvais plus vraiment retourner en arrière... plus maintenant. Mon regard se portait toujours sur son doigts qui était prêt à presser la détente, pourtant, ce n'est pas faute de dire que mes yeux se penchèrent avec plus de précision sur l'inconnue en question. La lumière produite par la lune se reflétait parfaitement sur la peau claire de la jeune femme, faisant ressortir ses courbes qui étaient, il faut bien l'admettre, très généreuses. Je crois bien que si je n'étais pas du genre méfiant et prudent, je serais déjà tombé sous son charme comme un bleu. Bon...peut être que quelque part, sa beauté m'avait déjà atteinte, mais je parvenais à me concentrer sur mon objectif actuel, c'est à dire rester en vie, tout en m'assurant que cela ne se termine pas dans un bain de sang.

Elle n'était pas décidée à lâcher son arme j'ai l'impression, pourtant, et cela était à peine perceptible, elle avait du mal à tenir le coup. Sa blessure devait beaucoup trop la lancer pour qu'elle puisse se tenir debout afin de me viser avec précision. A quoi cela était visible? Quelques uns de ses mouvements fatigués qui prouvaient bien qu'elle croulait déjà sous le poids de son arme. Toutefois, elle ne la lâchait vraiment pas, comme si sa détermination lui permettait de prendre le dessus sur la douleur. Si c'était le cas, je dois avouer que je pourrais lui tirer mon chapeau, c'est pas tout les jours qu'on rencontre quelqu'un avec ce type de qualité. Pendant quelques secondes, l'arme tremblait entre ses mains, avant de se stabiliser. Elle semblait reprendre son calme, secouant la tête à son tour comme si elle cherchait à s'ôter une pensée de la tête. J'étais en train de me demander à quoi elle pouvait bien penser pour se déconcentrer aussi vite. C'était assez drôle de voir qu'elle venait de faire pareil que moi, mais je ne sais pas si nous pensions à la même chose. Quelque part, malgré son air froid, décidé à m'ôter la vie, elle avait un petit quelque chose qui m'amusait dans son comportement. Mais je ne le montrais pas, le sourire....le rire, c'était des expressions qui ne se voyaient que trop rarement sur mon visage. Après tout, vivre sept ans dans la solitude, sans le moindre ami, sans la moindre famille, on finit par oublier les joies de la vie elle même, nous poussant à arborer un éternel regard neutre qui n'est pas prêt de nous quitter.

Pourtant moi, suite à ma rencontre avec Yuki, peu à peu je me suis mis à sourire à nouveau, c'était rare c'est vrai, mais cela arrivait déjà plus souvent que quand je vivais en solitaire. Bref, je me sortit me sortis de mes songes, me remettant à marcher lentement, je gardais la même distance de sécurité entre elle et moi, mais je tournais très doucement autour d'elle afin de la scruter du regard. Mes yeux ne la lâchait pas, aussi bien éblouis par son physique mit en valeur par la lune, qu'attentionné sur son arme qui me suivait elle aussi lentement. C'était bien beau tout ça mais moi je voulais une réponse à ma première question, ben ouais, ça m'arrangerait un tantinet de savoir de quoi elle parle quand elle mentionne les gens "comme moi", c'est peut être bien la chose qui m'intéresse le plus dans ses propos. Qu'est ce que j'étais à ses yeux...? Elle ne me connaissait pas et je ne la connaissait pas, pourtant cela ne l'empêchait pas de divaguer des choses dont elle ne savait pas grand chose. Moi un maître privilégié? J'étais pas du genre à rire mais cette remarque m'arracha un ricanement tellement je trouvais cela pas mal comme blague. Certes si on prend en compte que je suis l'empereur de cette ville, le "privilégié" peut peut être trouver sa place, et encore j'ai bien dis peut être. Quant au terme de "Maitre", cela ne signifiait rien pour moi, c'est comme celui employé pour ceux qu'on appelle des êtres inférieurs, à savoir les "Esclaves". A croire que l'un est supérieur à l'autre, que sa vie a plus d'importance. Mais sachez bien une chose, à mes yeux, une vie, qu'elle soit humaine ou non a de la valeur, aucune vie n'a plus de valeur qu'une autre, et de ce fait, les termes de 'maitres" et "esclaves", je trouvait cela....puéril.

Avant même que je puisse lui donner clairement mes pensées comme réponse, je la vis perdue dans ses pensées, puis quand elle revint à elle, son index pressa à nouveau la détente dans une détonation aussi violente que la première. Même réflexe était pour moi de l'esquiver, mais cette fois ci, tout en gardant mon air calme et froid, les bras croisés, je penchais juste un peu la tête sur la droite. Laissant ainsi la balle sifflante frôler mes cheveux, en emportant quelques un sur son passage avant d'aller s'encastrer dans le mur déjà sacrément fissuré. Juste après avoir tiré, elle me révéla avec un grand naturel son prénom, comme si il ne s'était rien passé. Gabrielle...mais pas de nom de famille d'après elle, de toute façon son prénom me suffisait. Par ailleurs il lui allait plutôt bien, son visage et même son caractère bien trempé faisaient pleinement honneur à un tel prénom. Je restais toujours d'un calme olympien, plongeant mon regard bleu émeraude dans le sien. Le silence se fit maitre de la salle pendant plusieurs secondes alors que la lueur de la lune se déplaçait très très lentement dans la pièce. Et quand sa lueur arriva à nouveau sur mon visage, je me décidais à lui donner le mien.

"Toshiro Hitsugaya, empereur, responsable et protecteur de cette ville... Et si tu sembles croire que je suis l'un des responsables qui ont annihilé ton clan...tu te trompes, je ne suis devenu empereur que récemment.... Voire même trop récemment pour pouvoir oser commettre un acte aussi monstrueux..."


Oui vous avez bien entendu, j'ai dis "Monstrueux"... Il n'y a que des monstres sans émotions et sans cœur pour aller détruire une tribu innocente pour le plaisir. Si cette jeune femme disait vrai, alors je ne pouvais qu'éprouver une pointe de compassion pour elle, mais sûrement pas de culpabilité. Après tout, en quoi serais je coupable des actes des ordures qui lui ont fait ça? Je ne l'étais pas c'est sûr. Sa famille est morte...son clan a disparut... de la main des maitres, et à présent elle retournait les armes contre tout ceux qui leur était semblables à ses yeux. D'une part on pourrait comprendre ses intentions, mais d'un autre côté, contrairement à ce qu'elle disait, elle ne valait finalement pas mieux que ceux qu'elle tuait pour se "venger". Elle osait même aller jusqu'à me conseiller de me rendre... Elle ne manquait pas de toupet celle là... Elle était face à l'un des empereurs de cette île, blessée et presque incapable de tenir son arme fermement, et elle osait encore me provoquer... Je répondis à cette provocation en avançant calmement vers elle, toujours les bras croisés en la fixant de de mon air froid et inexpressif.

"Tu me parles des autres maîtres comme si je les considérais comme mes frères....Seulement laisses moi te contredire sur ce point...Je n’appellerai jamais quelqu'un "mon frère", ou je ne considérerai jamais une quelqu'un comme étant "des miens", une personne qui fait couler le sang d'innocents pour le plaisir, comme ceux qui ont exterminés ton clan et ta famille... Tu veux me tuer parce que tu crois que je suis responsable de la situation actuelle des choses.....?"


Je ne lui laissais pas le temps de répondre, elle, elle répondit par deux autres coups de feu encore plus mal placés que les précédents, signe qu'elle faiblissait d'avantage. Les deux balles passèrent à côté de moi sans me toucher, et je n'avais même pas besoin de bouger un cil pour faire mine de les éviter. Comme leurs petites sœurs de plombs, elles allèrent s'encastrer dans le mur derrière moi, il était déjà en mauvais état mais cette Gabrielle semblait ne pas s'en soucier... Erreur car en levant le nez au plafond, je pouvais voir que des morceaux de celui ci commençaient à s’effriter et à tomber sur le sol... A ce rythme là le bâtiment allait nous tomber dessus... Je me décidais finalement à continuer ma phrase précédente, ne lui laissant toujours pas l'occasion de me répondre... Je dégainais mon sabre à nouveau, le faisant tourner sur lui même das ma main avant de faire un grand geste vertical de bas en haut. Je lâchais alors mon sabre qui, après plusieurs rotations dans les airs alla se planter dans le sol juste à côté de la jeune femme. Je m'arrête ensuite là où je suis, à une dizaine de mètres d'elle, puis j'écartais les bras en la fixant d'un air déterminé, sans peur, sans même le moindre doute, j'étais on ne peut plus sérieux. Mes yeux fixèrent les siens avec sincérité.

".....Alors vas y tues moi.....parce que finalement tu ne vaux pas mieux que les sois disant maitres que tu abats de sang froid...Des gens qui ne sont pas mauvais dans l'âme et qui n'ont rien fait de mal malgré leur rang social dont tu prends la vie pour les punir d'un crime qu'ils n'ont pas commis!!! Je t'offre l'occasion de recommencer....Vas y appuies sur la détente et vole une nouvelle vie qui n'est aucunement responsable de ton malheur....Pour résumer...tu es aussi cruelle que ceux qui ont abattus les tiens.... "

Mon regard ne se détournait pas, il faillirait pas, je la regardais toujours avec détermination, prêt à mourir si elle venait à décider d'appuyer sur la détente. Car cette fois je n'esquiverais pas...si elle voulait m'abattre de sang froid...alors c'était maintenant.
Seulement le destin semblait en décider autrement. Les balles qu'elle avait précédemment tirées ont finis par faire un sale boulot sur les murs du bâtiment. Et c'est un grand craquement qui me fit me retourner brusquement, une fissure d'une taille monumentale était en train de se former et la vieille bâtisse se mit à tomber en ruine, le sol tremblait et s'effondrait ainsi que le plafond. Pas le temps de réfléchir, je courus à pleine vitesse en direction de la jeune femme, une fois à sa hauteur, je saisis mon sabre de ma main droite, et passa mon bras gauche sur son ventre, la saisissant à la taille pour l'entraîner avec moi à travers l'une des fenêtres encore intacte de l'endroit. Nous devions être à une trentaine de mètres du sol, et avec elle qui occupait l'un de mes bras, je dus invoquer un dragon de glace juste au dernier moment pour amortir notre chute. Je n'ai pas eu le temps de rectifier la trajectoire du lézard glacé, et il se crasha contre le sol avec nous dessus.

Le bâtiment s'effondrait derrière nous alors que je posais mes avants bras contre le sol pour me relever, une fois debout, je remarquais qu'un éclat de verre de la fenêtre s'était encastré dans mon épaule droite. Je le saisis à pleine main pour l'extraire sans hésiter, ne sentant presque aucune douleur. Javais toujours mon sabre en main, je ne l'avais pas lâché depuis tout ce temps, je le rengainais alors dans mon dos, me tournant vers Gabrielle qui était encore affalée sur le sol. je la regardais d'un air toujours aussi froid, mais je lui tendis quand même la main.

"Si j'étais comme ceux que tu m'as décrit....je t'aurais laissé crever là dedans sans la moindre hésitation. Mais saches que la vie d'une personne est précieuse à mes yeux, et encore plus celle de quelqu'un dont je ne souhaite absolument pas la mort..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre aussi marquante qu'incongrue (Pv Shiro ~)   Ven 23 Mar - 6:24

C'était troublant... Sans qu'elle ne le comprenne vraiment quelque chose chez lui, dans son attitude, son physique, peut être même sa manière d'être... Il y avait quelque chose qui ébranlait ses convictions... Puis, elle ne savait pas si c'était la couleur de ses yeux voir la façon dont il la guettait mais il ne semblait pas mentir... De là à dire qu'elle lui faisait confiance serait sans doute exagéré. Bien au contraire. Les maîtres avaient tout les défauts du monde à travers ses yeux... Il pouvait lui mentir lui autant qu'un autre. Elle était exténuée, autant par sa course poursuite précédente... faut pas croire, ils étaient obstinés ces démons... Si elle aimait courir... Essayez avec tout un armement sur le dos, sans pouvoir espérer ralentir meme légèrement de peur d'être capturée. Ses jambes semblaient lourdes, son épaule rouge de sang ne cessait pas de la lancer... c'était intenable... Gaby en était presque à penser fuir. Presque... Si sa raison le lui intimait, son obstination comptait bien en finir. Dans un sens ou dans l'autre... de toute manière s'il était vraiment mauvais, il ne la laisserait pas s'échapper vivante... Pas question de laisser son arme derrière elle, il finirait par la rattraper...

Ses coups de feux sifflent l'air vainement. Soit il les évite avec une aisance presque évidente... soit elle échouait ses tirs... et c'est sans doute cette seconde option qui l'agaçait en tout point. Gaby n'était pas prétentieuse mais s'il y avait bien une chose sur laquelle elle admettait ses compétences... c'était sans doute les armes à feu et chaque tir échoué l'enfonçait dans une rage plus profonde encore. Comment pouvait elle échouer dans son domaine de prédilection ? Et n'espérez pas lui faire croire qu'avec une telle blessure c'était normal... Elle avait cessé de bouger, son arme toujours pointée vers lui alors qu'elle gardait cet air neutre même si au fond d'elle, le doute avait fait son chemin. Si elle mourrait ici... La jeune kitsune se surprit elle même à penser ainsi. C'était impossible, totalement... Pas sans s'être vengée ... Pas sans avoir assisté à la libération de cette ile de malheur... Il y avait ce petit écho au fond d'elle qui ne cessait de susurrer " Faut croire que t'étais vraiment bonne à rien... tu vas mourir de la main d'un maitre sans l'avoir blessé, tu te croyais forte mais t'es d'un pathétique j'te jure ". Alors que la fatigue la faisait divaguer c'est bel et bien la voix du jeune homme qui la ramenait à la réalité.

Elle n'en revenait pas... Là, face à elle... Un des quatre grands empereur... Si seulement elle pouvait l'abattre, le bruit se répandrait comme une traînée de poudre, la rébellion n'en serait que mieux vue, on hésiterait plus à la rejoindre ou non par peur des représailles... Et pourtant... Si prêt du but... elle en était incapable. Elle n'avait plus qu'une envie : Hurler... Hurler à en pleurer de cette ironie seulement... Pas question de se laisser aller au sentimentalisme. Pas face à un inconnu... plus particulièrement face à lui...Sans comprendre pourquoi elle ne voulait pas perdre la face devant ce regard cristallin, tout donner, toujours plus, encore plus... Il niait être coupable dans l'annihilation de son clan. A cette remarque c'est un sourire à consonance ironique qui marquait ses lèvres. Elle se retenait de rire aux éclats visiblement... Pourtant... aussi banalement que cela puisse paraitre elle ne prit pas la peine de l'appeler par son patronyme, optant pour un surnom. Une manie qu'elle avait qui avait souvent du mal à passer.

" Shiro... Tu penses que... parce que tu es arrivé après le coupable tu es lavé de tout... ? Tu n'as pas lutté contre eux... Nous n'avions aucune défense... ! Même aujourd'hui... Comment peux tu tolérer l'esclavagisme dans ton secteur si tu étais si bon... ? Tu es comme les autres, à souffler de belles paroles mais à faire le beau pour garder privilèges et pouvoir ... ! Monstrueux... ? te considères tu comme un monstre Shiro ? Parce que c'est ce que tu es ! Tu as les moyens de les protéger meme partiellement mais tu ne bouges pas... dans le fond... t'es leur complice ni plus ni moins... "

Elle avait reculé d'un pas, semblant vouloir abdiquer, enfin... Elle pensait surtout à feinter une sortie pour mieux le surprendre mais n'eut pas vraiment le temps de mettre son plan à l'oeuvre. Son arme pesait lourd... au fil de la conversation ses forces diminuaient... Garder cette position dans cet état était un réel supplice. Pourtant les paroles du jeune homme la surprirent sans qu'elle ne le montre. Il était un maitre... mais pas de ceux qui se vantent... au contraire. Il semblait dénigrer tout appartenance commune avec eux. Elle eut une nouvelle seconde de doute... vraiment... ce Toshiro n'était pas de tout repos... Son sang ne fit qu'un tour lorsqu'elle le vit sortir son sabre. " C'est la fin... " C'est tout ce que son esprit put lui avouer. Pourtant elle ne bougeait pas, au contraire... une mort digne où elle ferait face à l'ennemi, personne ne le saurait mais au moins elle même serait fière d'elle. Gabrielle n'eut pas le temps de répondre que la lame s'était plantée au sol, à ses pieds. La jeune femme leva son regard vers lui sans comprendre réellement... Ses paroles étaient claires pourtant...

Son fusil armé, elle visait de plus belle, tachant de stabiliser sa trajectoire. Si elle était décidée à le tuer malgré tout ce n'est pas la même conviction qui conduisait son geste... Occupée à viser elle ne vit pas le toit se désagréger.. Et c'est avec surprise qu'elle sentit le bras musclé du jeune homme la capturer par la taille. Dans le vacarme assourdissant elle se surprit même une seconde à se presser contre lui. Il y eut cette sensation glacée avant retomber au sol. Elle ne comprit pas vraiment ce qu'il s'était passé... Quand elle ouvrit les yeux elle ne voyait que son long rifle gisant un peu plus loin, ces petits cristaux de glaces qui s'étaient répandus ici et là... Elle l'entend parler... Son regard se pose vers lui... Le détaille doucement avant qu'elle ne se relève difficilement mais par ses propres moyens. Elle n'en revenait pas qu'il l'ait sauvée. Elle passe rapidement ses lunettes de soleil aux verres jaunes fumées pour se cacher de son regard.

" Tu aurais mieux fait de me laisser mourir là dedans... Néanmoins pour te prouver que j'ai du coeur... je te laisse la vie sauve pour aujourd'hui... Sache juste que si on se revoit... j'n'hésiterai pas la prochaine fois... "

Elle appuie son index sur le front du jeune homme, gardant au mieux cet air neutre qui la caractérisait. La douleur semblait plus vive encore... Elle espérait que la chute n'ait pas été plus préjudiciable qu'elle ne pouvait le ressentir... " bang" dit elle en mimant un coup de feu. Pourtant sa main descend, caresse sa joue, maintient son menton doucement alors qu'elle se penche pour l'embrasser du bout des lèvres timidement, le relâchant une seconde après, marchant lentement vers son arme, gisant un peu plus à l'écart au sol. Elle prit malgré tout le soin d'expliquer son geste de ce ton adouci depuis qu'ils avaient quitté le bâtiment. Pas qu'elle lui faisait plus confiance, mais elle savait qu'il ne la tuerait pas, pas aujourd'hui du moins...

" T'emballe pas... j'devais te remercier et j'ai rien d'autres sous la main. que ça n'influe pas sur notre prochaine rencontre Baka... tu risquerais de perdre la vie bêtement... "

Alors qu'elle se penche pour ramasser son arme, ses jambes flanchent... Voulant cacher sa peine elle s'assoit au sol, son épaule blessée à l'opposé de Shiro qu'elle toise longuement avant de faire la moue. Elle baisse ses lunettes sur le bout de son nez, fronçant le regard. Son regard ambré fixait directement le sien, profitant de l'atmosphère douce de la nuit pour se reprendre. Son air impassible avait repris place. Gaby n'avait qu'une envie, s'allonger... cette étendue d'herbe plus loin lui faisait envie mais ça paraitrait comme un signe de faiblesse. Elle ne put s'y résoudre. La jeune femme cachait au mieux tout signe de fatigue alors que l'air les entourant empestait le sang... Elle ne voyait pas quand il avait pu se blesser... était il possible qu'en prenant la peine de la sauver... Non, c'était un maitre... on attend rien de ces gens la...

" Rentre chez toi... tu vas me faire repérer idiot... Il ne me semblait pas t'avoir touché... qu'est ce que cette plaie sur ton épaule... ? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre aussi marquante qu'incongrue (Pv Shiro ~)   Ven 23 Mar - 17:27

Même si ma blessure à l'épaule droite n'était pas profonde, le sang en coulait en toute petite quantité, encore sur mon haut de kimono noir, ça ne se voyait pas, c'est surtout sur mon fin manteau blanc qu'une tâche rouge se formait. A première vue on pourrait croire que c'est une blessure plutôt grave, et ce serait mentir de dire que je ne ressens aucune douleur qui en émanait. Disons que c'était comme un petit picotement, mais rien de plus, après tout j'en avais vu des autres et des bien pires par le passé... Pour tout vous dire, actuellement ce n'était pas ma préoccupation première, mon attention se portait sur la jeune femme qui me fixait comme une bête curieuse. Quoi? c'était si étonnant que ça que je lui tende la main pour l'aider à se lever? Je ne faisais pas ça par pitié de la voir dans son état, au contraire je le faisais par respect envers elle. Mais pourquoi aurais je du respect pour ce genre de personne qui a essayée à maintes reprises de m'ôter la vie? La réponse était déjà précise dans mon esprit, elle et moi, nous pensions pareil, à quelques détails près... Il est vrai qu'elle était vraiment bornée faut l'avouer, j'avais beau faire tout ce que je pouvais pour la convaincre de ce que j'étais réellement, et pas ce qu'elle pensait, elle s'obstinait à me jeter toute la misère du monde à la gueule... Si j'étais pas du genre à rester calme et à garder mon sang froid, je lui aurais peut être déjà collé ma main en pleine figure pour lui remettre les idées en place. Mais seulement, en venir à faire ça lui donnerait raison, et je ne vaudrait pas mieux que les maitres qu'elle déteste....même si en fait, dans la situation actuelle des choses, elle semblait tous les haïr du plus profond de son être.

Encore, si seulement elle était juste bornée, encore je dirais que ça passe, on peut laisser couler sans en faire un drame. Mais voilà, il semblerait que ce n'était qu'un de ses nombreux défauts en terme de caractère. Pourquoi je dis ça? Parce que sa prétention et son orgueil me faisait plutôt marrer intérieurement, même si mon visage restait quant à lui stoïque, froid, et toujours aussi vide d'expression. Me laisser la vie sauve.... Encore une fois elle était vraiment prétentieuse de croire pouvoir me tuer avec un jouet comme son espèce de long fusil dont je ne pourrais même pas citer le nom exact puisque ce n'est pas mon domaine... Quoique, si elle me prenait par surprise, elle pourrait bien y arriver...seulement, et c'est pas pour me vanter, je suis assez difficile à entraîner dans une embuscade, je suis bien trop méfiant pour ça. Et puis après tout ce n'est pas pour rien que je suis l'empereur de cette ville, faut quand même pas l'oublier... Quant elle mentionna le fait que la prochaine fois elle n'hésiterait pas à me tuer, je ricanais doucement, je ne cachais pas ce petit rire, mais je tiens à préciser qu'il n'avait pas pour but de la vexer.

"Ah parce que tu hésitais tout à l'heure? Ne me fais pas rire... J'ai bien vu dans tes yeux que tu avais la détermination nécessaire pour m'abattre. Aussi fine tireuse sois tu, tu ne peux pas nier le fait que pour un coup tu as raté ta cible, et à plusieurs reprises qui plus est..."

Je fermais le poing avant de le coller devant mes lèvres, comme pour toussoter doucement, signe que finalement je la taquinais un peu ouvertement. Son sale caractère me plaisait bien et je ressentais l'envie de la titiller un peu histoire de rendre les choses un poil plus amusante. Puis je cessais cela, croisant à nouveau les bras en fermant les yeux tout en lâchant un long et profond soupir. Je regardais ensuite la fameuse Gabrielle, reprenant mon air neutre. Celle ci pressa son index contre mon front, sa main représentant un flingue, comme si elle était assurée d'avoir un jour ma peau... Elle pouvait essayer, mais le jour de ma mort est pas prêt d'arriver parce que je ne suis pas décidé à mourir aujourd'hui ou même plus tard...
Ce qui me surprit un tantinet, c'était qu'elle me prit le menton avant de coller rapidement ses lèvres aux miennes. Un baiser... Ça signifiait quoi pour elle à ce moment? Pour moi ça ne voulait rien dire c'est sûr, raison pour laquelle je restais de marbre, mes yeux ne se fermèrent pas et aucun mouvements dans mes lèvres ne présageait une infime parcelle de désir. Certes elle était d'une beauté rare, presque divine c'est vrai, j'ai rarement vu des femmes de cette beauté. Pourtant je ne me laissait pas déconcentrer par cela. Dois je donc vous rappeler que les roses sont des fleurs magnifiques et qui sont pourtant pourvues d'épines? Eh bien voilà à quoi je pouvais comparer cette jeune femme au regard miel et à la chevelure rouge écarlate... Pour elle ce baiser n'était qu'un simple remerciement pour l'avoir sauvée, c'est en tout cas ce qu'elle prétendait. Je me demandais toutefois si au plus profond de son âme, elle pensait tout ce qu'elle disait, j'étais assez intrigué par cela au début, mais je repris vite mes esprits pour me concentrer sur elle. Sa question me fit hausser un sourcil d'étonnement, et je tournais doucement mon regard sur ma plaie, haussant doucement les épaules avant de tourner à nouveau mon attention sur elle.

"Un morceau de la fenêtre par laquelle nous sommes passés pour que je t'évites une mort sans honneur... De toute façon ce n'est qu'une blessure mineure, j'en ai vu d'autre.... En fait je crois que ce serait plutôt à moi de m'inquiéter pour toi. Tu peinais à tenir ton arme tout à l'heure, et maintenant tu tiens à peine sur tes jambes.... Honnêtement si il y a bien une personne qui a besoin d'aide ici, c'est toi..."

Quelle ironie, voilà que je me fais du soucis pour une fille qui a tué bon nombre de maitres, mais qui en plus a attenté à ma vie sans réussir à y parvenir fort heureusement. Que voulez vous....quand je tombe sur quelqu'un en difficulté, je ne peux m'empêcher de l'aider, c'est dans ma nature... Je me savais "justicier" dans l'âme, mais à ce point là même moi ça finissait par m'étonner grandement. Je baissais le regard sur le sol, me penchant doucement pour aller y ramasser un morceau de la glace que j'avais utilisé pour créer mon dragon de glace. Je fixais mon reflet à l'intérieur, toujours aussi neutre dans le regard, puis je le lâchais ensuite, le laissant se fracasser en un millier de minuscules fragment glacés. Je poussais un large soupir, me tournant dans sa direction avant d'avancer doucement.
Allez savoir, je me demande moi même ce qui a bien put me passer par la tête pour qu'une telle idée fasse soudainement surface. Vous iriez peut être même penser que c'était son rapide baiser de tout à l'heure qui m'encourageais à lui faire cette proposition, détrompez vous, si j'en viens à lui proposer une telle chose, c'était pour lui éviter des ennuis. Tout ce boucan allait rameuter les forces de l'ordre illico presto et on devait faire vite. Moi, empereur de cette ville qui faisait son possible pour garder un semblant d'ordre allait aider une jeune femme responsable de plusieurs meurtres à s'échapper...quelle ironie!!! Je lui tendis une nouvelle fois la main, la fixant d'un regard on ne peut plus sérieux... Les hurlements des agents se faisaient déjà entendre pas très loin d'ici....elle devait décider maintenant.

"Choisis....viens avec moi et on verra ce qu'on peut faire pour ta blessure.... Ou restes ici avec ton entêtement et ton orgueil et tu finiras dans une cellule froide et humide pour un bon bout de temps....peut être même pour le restant de ta vie! A toi de décider de ton destin.... fais moi confiance...ou pas."
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre aussi marquante qu'incongrue (Pv Shiro ~)   Lun 26 Mar - 0:12

Gaby n'en revenait pas d'être là... Face à l'un des quatre empereurs... ça l'irritait d'être incapable de le descendre mais cette fois, ce n'était pas son mental qui ne suivait pas... C'était son corps. Elle avait eu beau se débattre comme un diable, la fatigue, la fin... Et le peu de résistance qu'un corps humain offrait ne semblaient pas coller à sa détermination ni à ses plans de folie... Pourtant elle refusait de baisser les bras. Certes elle consentait à avouer que sans lui elle serait sous les décombres ... à cet instant, assise sur l'herbe elle aurait presque préféré... Se retrouver là, à la merci d'un autre... Le tissu sensé stopper le sang s'écoulant de sa plaie en avait déjà pris la couleur. Il en était surement trop imbibé pour remplir la fonction qui lui avait été attribuée...

Exténuée elle se demandait déjà ce qu'elle allait faire. Relancer l'assaut de suite était impossible, rien que tenir debout lui demandait un effort conséquent. Il fallait se rendre à l'évidence. Si l'occasion était trop belle il lui serait impossible d'en profiter. Ses paroles. Elle eut tout d'abord envie de saisir son arme pour les lui faire ravaler... Mais lorsque sa main étreint son fusil l'intense douleur le fit retomber à son emplacement. Elle rougit, grogne avant de rattacher son fusil dans son dos, évitant soigneusement le regard cristallin d'où elle craignait lire de la pitié. Oui Gaby était bourrée d'orgueil et de fierté malgré son statut ... Si c'était un défaut très marqué ce n'était pas le seul qu'elle avait et ça lui avait plus d'une fois sauvé la vie. C'est vrai... les remarques de Shiro l'ébranlaient malgré les intentions évidentes du jeune homme... C'est vrai, elle avait voulu le tuer. Elle n'y était pas arrivée malgré ses multiples occasions. Si la jeune Kitsune se cachait derrière ses frasques, elle n'était pas stupide... Son maniement de l'arme était sans doute son seul atout... Ce pourquoi elle n'avait pas encore été capturée, elle ne pouvait pas le laisser dénigrer toutes ces choses ainsi...

" Je... Ferme la Baka ! J'rattraperai ça sous peu tu peux me croire... Tu ravaleras tes paroles... "

Elle détournait le visage, offusquée bien que légèrement calmée en voyant la réaction du jeune homme. Il ne semblait pas agressif... C'était assez étonnant ce coté calme qu'il gardait alors qu'elle était tout l'inverse. Elle ne se gênait pas pour passer ses nerfs sur lui... Et ça ne le gênait pas... Elle soupirait doucement, dépassée par ce caractère hors norme. Ce baiser, gage de remerciement, était un peu une coutume étrange bien familière à sa tribu... Comprenez que ce ne sont pas les complexes qui la gênent, elle en a quasiment aucun et pourtant, la faire rougir est chose aisée quand on la connait. Toujours assise au sol ses doigts cherchaient mécaniquement quelque chose au sol. Une fois trouvée, elle usa de ce fragment de glace contre le sol, laissant apparaître un message éphémère que l'homme face à elle ne devait pas voir encore. Cette blessure... Si elle s'en sentait coupable, pas question pour elle de l'avouer ou même d'y penser. Après tout... lui avait elle demandé quoi que se soit ? S'il avait voulu jouer les preux chevaliers qu'il assume non ? Si ça semblait clair dans son esprit, son coeur était en conflit total avec ça. Quelqu'un qui vous sauve la vie mérite le respect... Elle se masse les tempes doucement, se disputer avec elle même... elle ne pouvait pas frapper ni crier... c'était complexe à gérer. Gaby leva son regard vers lui lentement.

" Tu ne manques pas de toupet... Tu dirais presque que tu as été blessé par ma faute ... ? Pour ta gouverne... Je ne t'ai strictement rien demandé... loin de là. Ensuite. Si tu n'étais pas maladroit ça ne serait pas arrivé. Moi ? Besoin d'aide ? J'm'en suis toujours sortie seule, aujourd'hui ne fera pas exception... Je manque juste de repos... c'est tout. Dans une petite heure je serais en pleine forme . "

Elle semblait convaincante dans ses paroles. Mais soyons réaliste... c'était impossible de guérir aussi vite pour une Kitsune... Ce n'était pas son premier mensonge, et surement pas le dernier. La Proposition de l'empereur de l'aider à fuir alors que les lieux seraient bientôt contrôlés l'étonnait au plus haut point. Comment un homme dont on venait d'attenter à la vie, ce même homme, dirigeant du district... pouvait aider une demoiselle responsable de bien des soucis pour lui alors qu'il venait de la rencontrer... C'était d'une idiotie ... vous ne trouvez pas... Pourtant il n'avait pas tord... si elle restait la... capturée... elle pourrait avoir à subir bien des choses... Elle en frémit. Non en fait, pas question pour elle de se laisser capturer... plutôt mourir, c'était certain. Mais... n'ayant pas encore accomplit sa vengeance elle prit sa main doucement, faisant la moue, usant de cet appui pour se relever, fermant les yeux une fois debout.

" Monsieur l'Empereur aide une fugitive à prendre la fuite en connaissance de son statut et du raffut qu'elle est capable de faire... N'est ce pas ironique mon petit Shiro ? Néanmoins tu te trompes sur un point... je ne finirais jamais en prison ou sur le marché. Si cette arme n'est plus suffisante pour me protéger je n'hésiterai pas une seconde à la retourner contre moi. Ce ne sera pas une mort glorieuse... mais j'serais libre jusqu'à la fin... "

Elle vint se tenir à lui doucement, bien que gênée. Une fois debout, un message glacé, qui disparaîtrait sous peu pointait le bout de son nez. Ecrit avec un petit cristal de glace, quelques lettres s'étalaient les unes à coté des autres. Le message était on ne peut plus clair... Effacer le peu de remords qu'elle avait pour ne pas être gênée par ça plus tard. " Désolée... et Merci " . Elle fit comme si de rien était, peu à l'aise avec tout ça, venant tirer sa manche doucement.

" Arrête de bailler aux corneilles, ils arrivent, mettons nous en route... ou il sera trop tard... "

C'était intenable... son honneur bafoué, elle en était à dépendre d'un autre pour préserver ce pourquoi elle se battait. Il lui fallait encore trouver le responsable de la mort de ses parents... Mais compter sur un maitre, elle qui était fière de s'être toujours débrouillée seule trouvait ça dégradant... seulement, on ne peut pas dire qu'elle ait réellement le choix. Sous peu ils seraient là sans doute en nombre conséquent vu les dégats... en pleine possession de leurs moyens et mieux armés qu'elle. La raison finissait par l'emporter. autant profiter de cette aide provisoire. La suite serait différente puis... ainsi elle pourrait rester proche de cet homme à abattre. Et oui, elle n'abandonnait pas cette idée, il devrait périr tôt ou tard...
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre aussi marquante qu'incongrue (Pv Shiro ~)   Lun 26 Mar - 12:41

Je ne cherchais même plus à la convaincre de reconnaître ses erreurs, j'étais pas du genre à abandonner facilement mais là.... Cette Gabrielle était d'un tel entêtement que même le plus sage des sages finirait par vite péter un fusible à essayer de la raisonner. 'Fin la raisonner, c'est pas vraiment le mot, rien ne me dit que j'ai forcement raison et qu'elle est en tord et vice versa. Je me dis juste qu'elle a sa façon de penser, et que moi j'ai le mienne, après tout le liberté d'opinion est là pour ça non? Qu'elle aille jusqu'à m'insulter va un peu loin quand même, mais bon....je suis pas du genre à faire attention à ce que les gens pensent de moi...si c'était le cas je peux vous dire que j'en aurait battu des centaines. Les réflexions du genre "Ce gamin? l'empereur de Watari? quelle blague!!", ou bien d'autres encore dans le même type, c'était exténuant. Mais je considérais que ceux qui les prononçait ne valait même pas la peine que je leur réponde, car ils n'ont même pas le courage de me le dire en face.
Cette fille était bien différente sur ce point, son regard était déterminé malgré son corps qui ne pouvait même plus suivre sa volonté. Je pouvais le lire, dans ses yeux... la sincérité, aussi brusque soit elle. Ça me plaisait bien qu'elle ait eut le cran, et qu'elle l'ait encore, de me faire face et tenter de me provoquer vu la situation dans laquelle elle se trouvait. Son caractère combattif et froid m'attirait autant que sa beauté divine, même si son orgueil et son entêtement étaient peut être les deux choses principales qui me plaisaient moins... Bah que voulez vous, chaque être, humain ou non, à ses défauts et ses qualités, on peut pas être tout noir ou tout blanc.

Alors que j'étais juste en face d'elle, toujours debout à la regarder, elle semblait réfléchir, et je me demandais à quoi elle pouvait bien penser en ce moment même. Ses gestes, le fait qu'elle se frottait les tempes, me laissait clairement penser qu'elle avait comme un doute au plus profond d'elle. Bien sûr ce n'était qu'une hypothèse, moi et la psychologie ça fait deux. Elle avait raison, elle ne m'avait rien demandé c'est vrai. J'aurais pus m'en aller tout seul et la laisser mourir sous les décombres sans me soucier d'elle. Mais quel genre d'homme laisserait une femme blesser mourir de cette façon? A part les monstres dont elle m'a parlé je n'en voyais pas d'autre, et j'étais loin d'être comme ces hommes là. Mon honneur, c'était ça qui me dictait d'agir pour le bien des autres, de ne pas faire de différence entre amis ou ennemis, car dans les deux cas, ils mériteraient une mort honorable. Si je la tuais, si je la laissais mourir....Que pensera alors ma mère une fois que je la rejoindrais dans l'au delà...si toutefois un tel lieu existe. Elle n'en verrait en moi qu'un monstre, indigne du fils qu'elle a eut jadis, elle ne serait pas fière de mes actes, bien au contraire... J'ai fais le serment de protéger des vies, pas d'en ôter sans raison, c'est là ma philosophie...
Revenons à nos moutons, car je dois dire que sa vantardise me fit bien ricaner elle aussi, mais je me reprenais en toussotant légèrement pour pas la vexer.

"Tu as raison...tu m'as rien demandé, et je n'avais pas de raison de te venir en aide et de sauver la vie...Mais alors justement, demande toi justement pourquoi je l'ai fait...alors que rien ne me l’obligeait...."


Je ne fis aucune remarque sur sa prétention de pouvoir reprendre des forces en une heure, car il faut bien l'avouer, elle était beaucoup trop amochée pour récupérer en si peu de temps. Ah la la, des filles prétentieuse j'en ai pas mal rencontrée, mais elle c'était la meilleure dans ce domaine. Alors que je lui tendais la main pour l'aider à se relever, lui ayant proposé mon aide. Les hurlements des forces de l'ordre se rapprochaient peu à peu de nous, et pourtant je pouvais voir son regard hésitant, seulement là, le temps n'était pas à l'hésitation! Si elle refusait de prendre ma main, deux solutions s'offraient à moi, soit je la laissait ici aux mauvais soins des individus qui arrivaient en nombre, soit je l'emmènerais de force. Tel que je me connais, je serais capable de choisir la seconde possibilité....non en fait c'est même certain que c'est celle ci que je choisirai. Mais bon, finalement, pas besoin d'aller jusque là puisque sa main prit la mienne avec douceur mais hésitation. De toute façon peu importe la manière dont elle la prend, ça voulait dire qu'elle acceptait et c'était la seule chose qui comptait à présent. Pourtant elle n'hésitait pas à rouvrir le bec pour me sortir un discours assez inutile. Elle aussi s'était mise à m'appeler "Empereur"...bien sûr j'ai compris qu'elle l'avait dit avec ironie, pour se moquer de moi, mais bon... il va vraiment falloir que je lui dise ma façon de penser à propos de ce statut. Mais pas tout de suite, pour l'instant l'immédiat était de se tirer de ce piège à rat. Alors qu'elle s'accrochait à moi timidement, mon œil fut attiré par une petit lueur reflétée par la lumière lunaire, je jetais un rapide dessus, pour voir que c'était juste un message de trois mots. C'est donc ça qu'elle faisait sans que je ne m'aperçoive de ses actions? Je me demandais bien à qui ce message était destiné....je doutais fort que c'était pour moi, mais je ne lui posais pas la question, ce n'était qu'un détail sans importance. D'un geste de la main je fis fondre tout les fragments de glace qui restaient sur le sol, histoire de pas attirer de soupçons et d'accusations contre moi, j'ai vraiment pas besoin de ça en ce moment.

Nous nous mirent en route, traversant la première ruelle devant nous. Seulement je m'arrêtais net en entendant les voix des forces de l'ordre qui s'approchaient plus en plus de nous et vers l'avant. Je pris alors Gaby' par le bras délicatement, ah oui c'est vrai, moi aussi je venais de lui trouver un petit surnom. Ben après tout elle s'est pas gênée pour m'en donner un, je vois pas pourquoi je devrais m'en abstenir. Bref reprenons, je lui prenais le bras donc, l'amenant avec moi dans le sens contraire...et là devinez quoi... d'autres voix s'approchaient de nous, en fait nous étions cernés, la ruelle n'était que très étroite, et pas une petite bifurcation ne pouvait nous permettre de nous échapper. Je devais vite trouver une solution avant qu'on ne soit coincés pour de bon. Je n'eus qu'une seule idée en tête, car c'était la seule possible... Je rougissais légèrement en détournant le regard pour faire style de rien, mais ça me gênait assez rien que d'imaginer la chose. Bon au diable tout ça, j'avais vraiment pas le choix cette fois ci.

"....Semblerait qu'on ait pas le choix....excuses moi à l'avance pour cette petite déconvenue..."


Alors sans demander l'avis de la jeune femme, je passa mon bras gauche derrière son dos, et mon bras droit juste sous ses jambes pour la porter. Je me tournais vers le mur pour courir à pleine vitesse dans sa direction, faisant un petit bond avant d'appuyer mon pied sur la parois bitumée pour me jeter en direction du mur d'en face, et vice versa je montais les murs en sautant de l'un à l'autre avec la jeune femme dans les bras...tu parles d'une situation plutôt gênante...
Nous arrivâmes au sommet du bâtiment, je reposais alors Gaby' sur ses pieds, me dirigeant prudemment vers le bord avant de me pencher un peu pour regarder la ruelle où nous étions. Le moins qu'on puisse dire c'est que c'était tout juste, une vingtaine d'hommes se rassemblèrent juste en dessous. Je fis un léger sourire en coin de satisfaction, avant de revenir vers elle, passant mon bras dans le sien en lui montrant une espèce de porte métallique du doigt.

"Voilà un escalier de secours....si on descend les marches jusqu'en bas on devrait pouvoir arriver dans la rue voisine, après ça on va partir vers l'Ouest histoire de ne pas nous trouver dans leur périmètre de recherche. Seulement, ça c'est le cadet de nos soucis.... Ils te recherchent activement maintenant, toutes les forces de l'ordre de la ville vont être sous alerte et tu passeras pas les mailles du filet sans mon aide.... Je vais t'emmener chez moi, c'est le seul endroit où tu ne risqueras rien le temps qu'on s'occupe de ta blessure..."


Eh ouais vous m'avez bien compris, j'allais l'emmener à la demeure dans le but de lui éviter des problèmes. Je ne sais pas comment elle prendrait cette proposition...Non en fait ce n'en était même pas une, pour le coup je ne lui laissait pas le choix, car c'était la seule solution qu'on avait. La ville allait être fouillée de fonte en comble, le seul endroit où les forces de l’ordre n'iront pas vérifier, c'est l'habitation de l'empereur. Comme quoi ça peut vachement aider de posséder ce statut, mais parfois c'est assez lourd à porter aussi...suffit de voir comment la jeune femme me cause pour le comprendre... N'empêche elle avait raison...l’empereur de cette cité qui se met à aider la fugitive qu'elle est... c'était d'une ironie que je n'aurais jamais pus imaginer. Mais bizarrement ça me plaisait bien, cette soirée qui s'annonçait comme banale a tournée de manière à ce que je ne m'ennuie pas du tout, plus tard je devrais peut être remercier Gaby' d'e^tre tombé sur elle... Mais bon, on verra ça plus tard.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre aussi marquante qu'incongrue (Pv Shiro ~)   Mar 27 Mar - 9:46

Le soucis de Gabrielle était sans doute qu'en toute situation elle se permettait de se dire qu'elle a raison. Aucun compromis n'était envisageable, essayez de la contraindre... Les menaces ou même la force auront du mal à faire craquer cet esprit de contrariété qu'elle possédait. Du plus loin qu'elle se souvienne il en a toujours été ainsi. Faut dire... L'avantage dans la solitude c'est qu'il n'y a personne pour vous contredire. Au moins... Elle n'avait pas eu d'ennuis à la maison mais de cette période... elle n'était pas restée des plus sociable. Loin de là. Elle craignait trop la trahison pour se permettre de s'attacher, surtout quand on sait la douleur que cause la perte d'un être cher. Gaby avait eu le droit à tout... La séparation avec sa famille... La perte de ses parents, ses seuls proches... Elle s'était retrouvée seule du jour au lendemain. Si jusqu'à présent cette vie lui avait suffit elle n'en revenait pas d'avoir à se reposer sur les épaules d'un maître...
Il ne semblait pas méchant, il était presque même agréable. Dans le fond il inspirait une certaine sympathie... C'est ce point même qu'elle lui reprochait le plus sans doute. Gaby s'en voulait de ressentir un tel sentiment envers un maitre... Ne pouvant se gifler d'elle meme, elle reportait cette frustration sur le jeune homme. Sans doute ce pourquoi elle n'arrivait pas à être objective à son égard et aussi pourquoi elle se montrait si hargneuse envers cet homme qui ne cessait de lui tendre la main, à tel point qu'elle avait réussi à se convaincre qu'il le faisait par intêret. Lequel ? Allez savoir... C'pas vraiment dans l'esprit de l'hybride de trop penser à dire vrai. Vous savez, cette manie de foncer dans le tas, de tout défoncer puis de ne se poser pour réfléchir qu'en dernier recours ...

Quand il lui exposait justement sa non obligation de la secourir elle n'en vint qu'à détourner son regard vers la lune, affichant une moue boudeuse en gonflant légèrement les joues comme le ferait une gamine. Avouons le, si elle était d'une certaine manière implacable, sérieuse et responsable quand elle avait son arme, dans la réalité elle était toute autre. Adulte n'ayant pas pu profiter de son adolescence elle gardait un côté enfantin sous ses airs impartiaux et détachés, elle a conservé un côté très capricieux... Et être face à Toshiro lui posait bien des problèmes... Il ne cédait pas aussi facilement que les autres mais en plus il était prévoyant et plus fort qu'elle... Il faudrait la jouer fine... Une idée germait déjà dans son esprit rendu obscur par la solitude et l'errance perpétuelles de ces dernières années. Certes elle n'avait pas un mauvais fond et voulait oeuvrer pour le bien mais... à ne côtoyer que personnes avides de vengeance ou maîtres exubérant statut et clamant leur supériorité à tout va, inlassablement. Tous connaissaient les règles de l’île et pourtant... ces être abjectes passaient leur temps à le répéter, encore, toujours, à nouveau, sans fin...

En effet, elle avait cédé. Sa main dans la sienne elle vint doucement le suivre. Elle s'appuyait parfois plus sur lui quand la douleur se faisait plus insistante, plus poignante. Mais elle ne pouvait se résoudre à abandonner... Et lui, il la faisait rougir d'en être réduite à ça... Cantonnée à dépendre réellement de lui cette fois...Encore ! Elle était vraiment au pied du mur pour en arriver là... Et sans mauvais jeu de mot, c'est ce qui finit par arriver. Gaby s'était remise à ce jeune homme. Elle le suivait presque sagement, surement que la douleur la tempérait... à moins que ce ne soit pour pouvoir la dissimuler ? Franchement, la seconde option semblait la plus probable. Il y eut un soudain changement de direction de la part de son compagnon puis un ralentissement. Elle ne comprenait d'abord pas... Lui vint un éclair de génie... si on peut dire... Ils étaient encerclés. Loin de paniquer, la jeune humaine s'apprêtait à s'asseoir au sol... Elle ne put rien en faire. Elle n'arrivait pas à suivre les paroles de ce Toshiro... Et ce n'est qu'une fois dans ses bras qu'elle comprit. Si elle aurait aimé se débattre mais fut stoppée dans son mouvement par sa raison. Le déséquilibrer causerait sa propre perte... Et une chute dans son état... Il était certain que le plus intelligent serait de rester contre lui, bien qu'elle détourne le visage, les yeux clos.

" Baka... comment as tu pu te permettre de me toucher... ? "

Une fois sur le toit elle vint à soupirer... Terminées les journées monotones avec lui...Elle vint à faire quelques pas vers lui dans le but de le faire basculer dans le vide quand il se penchait dans le vide mais visiblement... Ses mouvements étaient bien trop ralentis pour y parvenir... Elle fit une moue de déception en le voyant revenir vers elle. Son membre prend le sien jusqu'à la porte de service. Elle le lache, le repoussant avant de gonfler les joues. Son plan n'était pas mauvais, elle comptait l'adopter. Partir à l'Ouest donc... La kitsune semblait au moins confiance sur ce point. En temps qu'empereur il devait connaitre leurs stratégies, leur manière de penser... Pourtant quelque chose la gênait dans ses propos... Il l'invitait... chez lui ? Elle n'en revenait pas... C'était tellement impensable pour elle. Elle agrippe la rambarde doucement, descendant les marches une à une avec assurance. Pour elle... il était clair que vivre chez un maître... aussi gentil et agréable qu'il semblait... Gaby en était restée à sa première hypothèse. : il jouait la comédie c'est certain... Elle s'arrête au palier inférieur, se tournant vers lui, regard froncé malgré son air impassible.

" Ecoute moi idiot... J'n'ai pas besoin de toi, de ta pitié ou de ta compassion. Dans ses deux cas j'aurais très bien pu m'en sortir seul...Si tu attends de la reconnaissance rend toi utile ou trouve un animal de compagnie dépendant de toi mais... ne compte plus m'aider... j'te l'interdis... j'n'ai pas le temps de me reposer. De plus il me suffira de changer d'identité, d'apparence et le tour sera joué... La plupart des forces ne sont pas très futées... "
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre aussi marquante qu'incongrue (Pv Shiro ~)   Ven 30 Mar - 15:32

Gabrielle n'avait vraiment pas le contact facile, et cela, que ce soit aussi bien psychologiquement que physiquement. Elle aurait beau râler encore et encore à mon égard pour avoir "oser" poser les mains sur elle, cela ne changerais rien, et je ne m'excuserais sûrement pas d'avantage à ce propos. Pourquoi le ferais je alors que j'ai été forcé de le faire pour nous éviter des ennuis...? Encore j'aurais pus la laisser dans la rue et se faire arrêter...comme j'aurais pus la laisser crever dans ce bâtiment qui n'était à présent plus qu'un tas de gravats. Mais voilà où nous en étions à présent, au sommet d'un immeuble, je pourrais dire que j'étais tombé bien bas en aidant cette fille... mais la seule chose que j'en tirerai c'est un jeu de mot pourri...Que voulez vous, j'étais pas bien doué pour tout ce qui est blague ou humour... en même temps c'est pas tellement dans mon caractère, surtout en compagnie d'une personne qui ne fait rien d'autre que de vous rembarrer sans cesse alors que faites votre possible pour l'aider. Je ne pointerais personne du doigt, je suis persuadé que vous voyez très bien de qui je parle.
C'est vrai qu'à part son étrange message gravé dans le sol précédemment, et qui ne m'était peut être pas destiné, Gaby' n'avait pas fait mine de me remercier clairement. Peut être l'a t-elle pensé....mais j'aurais bien aimé entendre le mot "merci" sortir de ses lèvres. Je suis pas du genre exigeant mais quand même, un empereur qui protège une fugitive, lui évitant la mort et ensuite la prison à la suite, c'était quand même pas demander la lune que de demander un simple remerciement, aussi infime soit il... Ah ben merde non j'oubliais, elle m'avait déjà exprimé sa "gratitude" avec son baiser de tout à l'heure. Rien que de repenser à cela si soudainement me fit légèrement rougir, et je détournais le visage pour ne pas qu'elle le remarque.

Cette pensée me trottait toujours dans la tête... Ce baiser était il juste un simple "merci", ou bien s'accompagnait il de pensées plus lointaines... Hum non, le remerciement c'était bien en fait, la seconde option me paraissait trop peu plausible étant donné qu'elle et moi venons de nous croiser par le plus grand des hasard. Pour le peu qu'en plus on a eu des échanges plutôt...mouvementés j'ai envie de dire.... Mais qui sait, peut être que sous cette carapace de froideur et de violence dont elle faisait preuve, elle cachait une jeune femme pouvant exprimer des sentiments...chose assez difficile à croire quand on a affaire à elle pour la première fois, et je sais de quoi je parle.

Bref, quoiqu'il en soit je ne sais pas si c'est par fierté ou une fois de plus par orgueil, mais elle me repoussa violemment alors que je lui avais pris le bras pour l'aider. Je ne prononçais pas un mot de plus quand je la vis se diriger vers l'escalier de secours, la fixant de mon air neutre et froid. C'est dans un grand soupir en haussant les épaules que je la suivis alors. Avant d'arriver aux escaliers, je me stoppa un instant, me retournant alors en fixant l'horizon devant moi, c'était un décor de cité je vous l'accorde, mais je fixais surtout le ciel remplit d'étoiles que la lune elle même éclairait de sa pâle et pourtant magnifique lueur. je fis un sourire en coin, laissant la brise nocturne siffler sur mon visage, faisant voler mes cheveux et mes vêtements sous son doux souffle apaisant. Par contre, j'eus à peine posé un pied sur la première marche métallique de l'escalier, que la voix de la jeune femme elle, fut moins douce et moins calme... rabat joie en plus de ça, je vous jure me voilà bien tombé. En plus si c'était pour me dire ça....tu pouvais les garder tes mots démoralisants... Même si elle commençait à m’exaspérer, chose que je ne montrais pourtant pas en gardant mon air neutre, ses paroles me firent sourire en coin, elles m'amusaient même pour tout dire. Je la savais Prétentieuse, mais naïve ça en revanche je m'y attendais pas, elle qui semblait si méfiante pourtant... se mettait à croire qu'elle pourrait échapper aux forces de l'ordre comme ça... En fait je me suis trompé elle en avait de l'humour celle là.

Pourtant je ne répondis pas tout de suite à sa remarque, je me contentais de descendre les escaliers doucement, marche par marche en croisant les bras, ne la quittant pas des yeux avant de la rejoindre sur le palier inférieur. Je passais devant elle en tournant le regard, fermant les yeux comme si je ne faisais pas attention à elle, m'engageant cette fois ci sur le second escalier en faisant glisser ma main sur la rembarre métallique. Je restais dans le silence alors que nous descendions peu à peu, jusqu'à arriver devant la porte du rez de chaussée, j'avais pas compté les étages mais il devait y en avoir une bonne dizaine, c'était plus long que ce à quoi je m'attendais. Je restais de marbre devant la porte, dos à la jeune femme, posant ma main sur la poignée. Avant de la presser pour ouvrir celle ci, je pris un ton sérieux, froid et pourtant qui à mes yeux, n'était pas dépourvu de vérité, je me contentais finalement de lui part de ma remarque à moi.

"Tu prétends donc que dans ton état tu aurais réussi à échapper à la vingtaine d'hommes qui sont arrivés dans la ruelle quelques secondes après que nous ayons quitté le lieu? En admettant que tu y serais parvenue.... Je doute que tu aurais pus aller bien loin avec ta blessure actuelle. Tu avais déjà du mal à tenir debout et tu veux me faire croire que tu aurais trouvé la force de traverser la ville qui regorge de flics? Tu dis que je suis idiot et naïf....mais en réalité tu l'es encore bien plus que moi... Et même si ils sont pas futés pour toi... Il y a quand même une personne qui ne te laissera pas t'échapper d'ici indemne...moi. Mais tu as de la chance car je suis pas d'humeur à coller en taule une petite idiote prétentieuse comme toi qui surestimes ses capacités... Je perdrais trop de temps à cela. Je crois que ce précieux temps, je préfère encore l'utiliser pour t'aider et te faire comprendre que je suis de ton côté...."

Je remarquais alors avec mécontentement que la porte était fermée à clé, n'ayant pas envie de me prendre la tête j'allais faire un truc qui n'était pas mon genre. Je dégainais mon sabre en passant violemment la pointe de la lame dans la serrure, la faisant ensuite pivoter pour la forcer. Celle ci tomba en morceau sur le sol dans un grand bruit métallique, et je rengainais mon arme dans mon dos avant de pousser la porte à la main.
Nous étions dans la ruelle, je fixais le côté qui menait à l'Ouest et je poussais un soupir en croisant les bras, m'avançant doucement dans cette direction. J'ignorais ce que déciderais la jeune femme qui m'accompagnait, tout à l'heure je l'avais sauvée en ne lui laissant pas le moindre choix, à présent j'allais rattraper cette erreur.

"... Mais étant donné que tu es bien trop bornée et aveuglée par ta haine, je doute que tu puisses voir la vérité qui se cache dans mes yeux. Tu es libre de penser ce que tu veux, ça ne fait plus la moindre importance. Aussi je te laisse le choix cette fois ci. Ou tu me suis jusque chez moi et on verra ce qu'on peut faire pour toi... Ou tu prends le chemin contraire et tu seras soit en prison, soit en enfer dans les heures qui suivront...Et si tu t’obstine à vouloir t'échapper et à prendre le même chemin que moi...alors c'est moi qui te barrerais la route..."


J'étais glacial comme jamais, détournant à peine le regard pour qu'elle voit mon regard sérieux et sombre, mes yeux à moitié cachés par mes cheveux dans la nuit noire. Je n'avais pas dis ça pour lui faire peur, ou pour l'obliger, le choix était sien, et je doute qu'elle soit du genre à être effrayée par un truc de ce genre. Mes paroles n'avaient qu'un seul et unique but, lui faire comprendre l'erreur qu'elle ferait si elle s'obstinait à vouloir se sortir de cette situation en solitaire. La solitude a longtemps était mon "amie", mais elle peut parfois être celle qui annoncera notre dernière heure sur cette terre.

"Saches une dernière chose, à mes yeux, même si j'en ai les capacités et la force, "Empereur" n'est qu'un titre, un nom.... A part pour être respecté par les habitants de cette ville et pour donner à ces gens l'espoir qu'ils sont entre de bonnes mains, cela ne veut pas dire grand chose pour moi. Si j'ai accepté de l'être, c'est pour protéger cette cité, protéger cet endroit où j'ai vu le jour...cette ville où j'ai perdue ma mère, la personne la plus importante de ma vie... Enlevée de ce monde trop tôt par un homme qui comme toi éprouvais de la haine envers les maîtres... Pourtant toi je ne te hais pas...parce que tu n'es pas responsable de sa mort....même si tu es comme cet individu..."


Je me remis en marche après ces derniers mots, bien décidé à la laisser derrière. Le choix était le sien à présent, je lui ai dis tout ce que j'avais sur le cœur, à elle de décider de ce que serait son destin...à mes côtés...ou en enfer!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre aussi marquante qu'incongrue (Pv Shiro ~)   Ven 13 Avr - 14:02

L'air était frais, l'air était doux... La torture qu'était la descente de ces escaliers interminables tranchait nettement avec l'environnement qui les englobait. Gaby s'efforçait de dissimuler la douleur dans chacun de ses membres en le voyant passer devant elle. Elle se mord la lèvre pour s’empêcher toute remarque désobligeante à son égard, paraissant impassible, les yeux clos, se tenant à la rambarde pour reprendre sa descente. Quand enfin il fut hors de son champ de vision elle se laisse tomber sur la marche sous elle dans un soupir. On lui avait appris qu'avoir un mental d'acier permettait d'affronter toutes les difficultés... Alors pourquoi aujourd'hui ça n'allait pas... Pourquoi fallait il qu'elle perde la face face à un idiot d'empereur... Une occasion pareille ne se représenterait pas de sitôt... Elle pourrait dormir ici... tout laisser tomber. Avec un peu de chance elle ne s'éveillerait pas et ainsi son honneur serait sauf tout comme tout s'achèverait... ... Les pas du jeune homme résonnait en bas. La jeune hybride soupire timidement, secouant la tête d'avoir osé penser ainsi même une seconde, veillant que ses oreilles et sa queue ne soient pas visibles par mégarde avant de se relever. Elle se concentre un peu, rassemblant ses forces pour s'élever au dessus de la rambarde, passant à l'étage inférieur ainsi pour effacer le retard engendré par sa "pause" intempestive avant de rejoindre le jeune maître en bas. Il est vrai qu'elle n'avait pas prononcé un seul mot sympathique à son égard mais... elle était incapable de dire les choses gentiment. Tout ceux qui l'avaient encadrée étaient des rustres, des êtres assoiffés de vengeance ou simplement des marginaux qui voulaient faire parler d'eux... Comment évoluer correctement sans attache ? Non vraiment... Jamais elle ne pourrait être plus claire que ce message discret qu'elle avait laissé au sol. Du moins elle s'en était convaincue. Perdue dans ses pensées elle ne posait le regard sur lui que lorsque sa voix la tirait de ses songes et il l'irritait...

Si tout d'abord elle l'écoute patiemment c'est surtout pour éviter de lui hurler dessus et d'ameuter tout le quartier... Même si elle ne craignait pas les forces de l'ordre... autant ne pas prendre de risques inutiles... Mais comment pouvait il... comment osait il s'adresser à elle de cette manière...!? La jeune femme bouillonnait intérieurement, restant paisible pour le moment jusqu'à ce qu'il fasse sauter la serrure du moins, doutant en être capable sans faire feu... coup qui ne passerait pas aperçu dans le périmètre voisin bouclé... autant lui laisser cette tache idiote afin de ne pas avoir à quérir son aide. Gaby sortit de la bâtisse à sa suite. Elle s'efforçait de l'ignorer passant près de lui sans un mot avant qu'il ne s'adresse de nouveau à elle. De toute sa vie on ne lui avait jamais fait la morale... Les maîtres la considéraient comme une moins que rien, on se méfiait d'elle au sein de la rébellion à cause de son tempérament et sa manie de toujours vouloir avoir le dernier mot. Les esclaves eux même s'en méfiaient, la considérant comme une extrémiste qui leur attirerait des ennuis. Mais aucun ne s'était permis de lui parler ainsi. Si ça l'étonnait et ça l'agaçait... elle n'en était pas moins déstabilisée. Seulement là... à lui dicter sa conduite il dépassait les bornes. Sans qu'elle n'ait le temps de s'en rendre compte elle était à sa hauteur, les yeux clos, silencieuse avant de susurrer doucement.

" Ferme la... Ferme la t'entends ?! J'en ai assez ! Assez que tu te permettes de me juger comme ça ... Assez que tu te permettes de donner ton avis sur une vie qui n'est pas la tienne... Tu te dis différent des autres mais tu t'évertues à essayer de me plier à ta volonté. Tu te penses vraiment meilleur que moi... Dis Shiro... tu vaux combien de Gabrielle à ton avis... "

Enervée elle ne parvint pas à contenir totalement sa colère. Elle saisit fermement le bras du jeune homme de son membre valide, se plaçant face à lui pour le gifler sans aucune douceur. La jeune hybride le fixait d'un air méprisant avant de gonfler les joues, laissant apparaître queue et oreilles de renard sans réellement le vouloir. Cela arrivait de temps à autres quand l'émotion la submergeait. Et là... C'était le cas. Hors d'elle elle reculait d'un pas, agitant sa queue de colère, aussi rousse que sa chevelure flamboyante alors qu'elle serrait les poings pour ne pas plus le frapper. Violente ? C'est vrai ça lui arrivait souvent. En arriver à frapper quelqu'un sous la colère était presque monnaie courante... mais cela faisait quelques temps qu'elle n'avait pas céder à une telle rage. Elle en oubliait presque la panade dans laquelle elle se trouvait. Elle pousse un long soupir en détournant le regard, croisant les bras sous sa poitrine, reprenant doucement.

" Alors Shiro... je ne t'entend pas ? Tu vaux combien de Kitsune asservis ? Tu sais ces êtres vivants dont vous faites vos animaux de compagnie quand on a de la chance, vos larbins quand l'envie vous prend... Répond moi Baka ! Peut être faut il que je te frappe encore pour que tu consentes à répondre ? Malgré tes beaux discours tu es comme les autres ! Tu ne vaux pas mieux qu'eux et ce n'est pas m'avoir sortie de ce putain d'immeuble qui rachètera tes paroles idiotes et égoistes... J'te hais t'entends ! Va falloir que tu rentres ça dans ta petite tête si tu veux pas que je te pourrisse la vie mon petit gars ! "

Elle entreprit de reprendre la route, lui tournant le dos, prenant le chemin de l'est tout en bifurquant du chemin principal, bien décidée à ne pas céder aux caprices du jeune homme. Le provoquer ? Voyons... c'est comme une seconde nature pour elle. Elle ne pouvait s'en empêcher... ça lui attirait souvent des ennuis d'ailleurs de repousser les gens dans leurs derniers retranchements, des coups, des menaces, des insultes souvent... c'était même presque malgré elle. Gaby ne se retournait même pas, elle s'adressait à lui, lui adressant un signe distrait de la main comme un adieu.

" Tu vois... J'te suis pas. J'vais me débrouiller seule comme d'habitude. Dis moi Shiro qui sait tout ... que vas tu faire ? Hein dis moi... tu vas me tuer.. Frapper une femme blessée peut être... quel signe de virilité . Quelle preuve de courage. Ecoute retourne à tes petites affaires sans envergure et laisse moi vivre ma vie comme je l'entend. Une chose est sure... la prochaine fois qu'on se verra si tu ne me tues pas... j'le ferais sans hésitation . Amuse toi bien jusque là ♥"
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre aussi marquante qu'incongrue (Pv Shiro ~)   Sam 14 Avr - 4:07

Elle était là, en face de moi à me faire la morale à son tour... Je l'écoutais attentivement, même si j'avais encore un peu de mal à rester concentré sur ses paroles, à cause des sirènes des forces de l'ordre au loin qui ne faisaient rien d'autre que d'empêcher une atmosphère silencieuse pour notre "discussion". Je dis discussion mais... c'était doucement en train de virer à la confrontation en fait. Elle ne voulait pas lâcher ses idéaux, elle ne voulait pas admettre qu'elle était à moitié dans l'erreur... Je dis "à moitié" car en fait, quand je me mis à réfléchir à ses paroles, j'étais comme elle à cet instant précis, je cherchais peut être à avoir le dernier mot. Elle avait raison...je ne connaissais rien de sa vie, je ne pouvais pas me permettre de lui faire la morale à ce propos, allez savoir pourquoi j'ai tant tenu à le faire... En revanche ce qui me faisait bien rire, intérieurement bien sûr pour garder mon air froid et neutre, c'était sa remarque sur le fait que j'osais la juger. Alors là c'était la meilleure, c'est surtout moi qui devrait lui faire ce type de remarque. Elle n'a fait que me coller une étiquette sur le front, me jugeant comme étant mauvais juste parce que j'étais l'empereur de cette ville, sans même chercher à savoir qui j'étais réellement dans le fond. Et elle se permettait de dire que je la jugeait? Alors là c'était le monde à l'envers et c'est pas rien de le dire. Je comptais bien répliquer à cette phrase, mais pas tout de suite, je voulais surtout voir comment elle réagirait à mon silence...oui on peut dire que je la testais en quelque sorte.
La réaction que je reçus fut assez violente et la moins agréable... c'est vrai que je m'attendais pas à un sourire aux anges, mais une gifle sans retenue, bordel je peux dire que ça fait bien mal. Pourtant malgré ça, alors que mon visage suivit le mouvement de sa main pour partir sur le coté, la joue légèrement rouge suite à ce contact pour le moins direct, je restais inexpressif, aucun sentiment ne se dégageait de mon regard quand je le ramena doucement vers elle. Pourtant je fus incroyablement étonné à la vue d'une soudaine apparition d'attributs de renard sur le corps de la jeune femme. Une queue touffue de la même couleur ou presque que ses cheveux, ainsi que des petites oreilles sur le haut de son crâne. C'était plutôt Kawai, et sa petite moue qu'elle faisait à ce moment là, comme si elle boudait, la rendait plutôt craquante il faut bien l'admettre. Pourtant je restais concentré, écoutant à nouveau ce qu'elle avait à me dire.

Juste après son petit discours elle se retourna pour prendre la direction opposée. Je la regardais partir en croisant les bras, poussant un léger soupir. C'est vrai que je lui avais laissé le choix, et je pensais que pour un coup elle mettrait son foutu entêtement de côté pour finalement faire appel à la raison. Ben putain.... je me suis bien planté en osant croire ça. Elle avait raison en fait... j'étais naïf, naïf de penser qu'elle pourrait ne serait ce qu'une seule seconde faire abstraction de nos petits différents. Il était évident qu'elle se faisait un préjugé sur les différences entre nos deux statuts, et que ce même jugement ne tarirait probablement jamais...ou peut être avec beaucoup de temps qui sait... J'étais déterminé à la laisser s'en aller lentement vers sa perte, tout du moins au début, car je restais où j'étais sans rien dire. Puis un pensée me revint à l'esprit quand elle eut finit de parler à nouveau tout en me faisant ce signe d'adieu. Une phrase m'avait surtout marqué, son fameux "tu vas me tuer.. Frapper une femme blessée peut être... quel signe de virilité . Quelle preuve de courage". C'est vrai, j'ai pour principe de ne pas m'en prendre à une femme, encore moins une femme blessée qui ne peut même pas se défendre. C'est là que je mis à penser à nouveau.... Qui suis je pour laisser une femme blessée s'en aller vers sa mort sans rien dire? Je ne voulais pas être responsable de ça, ce serait trop dur de porter un tel fardeau sur les épaules, même si je ne la connais pas totalement. Mon honneur me dictait de l'aider, quel qu'en soit le prix à payer, et si je devais l'emmener de force pour l'aider alors je le ferais. Peut être qu'elle pourrait me haïr après, mais au moins j'aurais l'esprit en paix en la sachant sauve.

Toutefois ça c'était le cas ultime, et je voulais tenter une dernière fois de lui faire changer d'avis, de lui donner l'occasion à me suivre de son plein gré à nouveau. Car oui si j'étais comme la plupart des démons qui veulent plier les esclaves à leur volonté comme Gabrielle le disait si bien auparavant, je la forcerais à venir en prenant un ton plus autoritaire, mais je n'en ferais rien de ça. Je me déplaça rapidement, si rapidement qu'on aurait put croire que je me téléportais, pour arriver devant elle, bras croisés, mon regard dans le sien, lui bloquant le passage.

"Tu as raison..... Finalement, à te parler comme je l'ai fais...je ne vaux pas mieux que tout les autres maîtres de cette île. Et sur ce point je voudrais te présenter mes excuses. Je dois dire qu'il en faut beaucoup pour m'énerver, et ton comportement se rapproche de près à ce "beaucoup", je me suis juste laissé emporter par les évènements."

Je laissais doucement mes bras retomber le long de mon corps, fermant doucement les yeux en poussant un long soupir histoire de me relaxer, puis je serrais les poings discrètement.

"Toutefois...."


Juste après avoir prononcé ce simple mot, je me déplaça rapidement devant elle, passant mon avant bras sur sa gorge pour la plaquer contre le mur de gauche de la ruelle. Je l'ai fais rapidement, mais de manière à ne pas lui faire plus de mal qu'elle ne devait déjà en ressentir à cause de sa blessure. Mon visage était à quelques centimètres du sien, mes yeux bleus émeraudes virèrent au bleu azur, comme si une lumière pure s'en dégageait. Mon corps lui même relâcha une aura d'énergie bleutée et glaciale tout autour de nous. Cette fois c'était la dernière tentative pacifique que je mettrais à l'épreuve, si après ça elle s'obstinait toujours à ne pas vouloir entendre raison je devrais employer une méthode bien moins douce, peut être bien le genre d'action que j'ai horreur de faire.

"Crois tu vraiment que tu peux me donner la moindre leçon sur le fait que je te juge? Depuis le début tu n'as fais que ça à mon égard, des jugements, des jugements et encore des jugements! Arrête de tout généraliser une bonne fois pour toute, je ne suis pas comme les maîtres qui n'ont aucun scrupule à faire souffrir les hybrides comme toi. Certes je me suis mal exprimé à ton égard, mais ne vas pas te fier à ce petit détail pour te permettre de me juger comme étant pareil qu'eux! Ensuite je ne vaux pas mieux que toi, car la vie d'un être humain ou d'un hybride après tout... quelle est la putain de différence entre les deux? J'ai un cœur et des sentiments comme toi ou comme n'importe qui, et crois moi le mien n'est sûrement pas le plus noir de cette île... Certes il renferme des sentiments obscurs comme nous tous....toi c'est la vengeance et la haine qu'il abrite, moi c'est la solitude et la tristesse de mon passé....."


Ces mots, je les avais prononcés en haussant la voix, comme si j'étais à bout, presque énervé, mais c'était peut être la seule façon de lui faire comprendre ce que je ressentais réellement. Je respirais rapidement, reprenant mon souffle après ce discours que je lui ai sortis sans reprendre d'air entre chaque phrase. Je détournais le visage en pestant silencieusement, puis je ramenais mes yeux dans le siens, gardant mon avant bras sur sa gorge mais en réduisant un peu la pression. Mon regard changea, passant du froid et énervé au calme et avec une certaine peine.

"Alors....Arrêtes.....Tu ne connais rien de moi non plus... Arrêtons de nous juger pour une simple différence de statut... Que je sois empereur...que tu sois esclave....quelle importance peuvent avoir de simples rangs? Au fond.....et même si tu ne veux pas l'admettre....toi et moi...nous sommes pareils..."


Je relâchais une bonne fois pour toute la pression de mon bras sur sa gorge, reprenant mon calme en restant face à elle. Je détournais les yeux vers l'Ouest, de l'autre côté de la rue. J'ignorais si elle pouvait comprendre ce que je ressentais, j'ignorais même si elle essaierait de me comprendre ne serait ce qu'une seule seconde... Je venais de lui dire tout ce que j'avais sur le cœur à son propos, à propos de son comportement, de ses jugements... A présent, j’attendais de voir sa réaction. En attendant je m'adossais contre le mur de brique, juste à côté d'elle, levant le nez vers le ciel étoilé en soupirant.

"Voilà....tu as ta réponse...."
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre aussi marquante qu'incongrue (Pv Shiro ~)   Sam 21 Avr - 12:20

Elle l'avait giflé sans aucune douceur et n'aurait aucun remord à recommencer. D'ailleurs là, tout de suite, malgré ses plaies et ses contusions multiples son corps ne demandait que ça, elle aurait aimé le frapper encore et encore jusqu'à ce que sa tête soit vidée de toutes pensées... Une question vint soudainement prendre forme dans sa caboche : Qui était il vraiment... ? Cette idée venait enfin d'émerger de son esprit embrumé par la haine des maîtres qu'elle avait nourri des années durant. Ce n'était pas encore vraiment concret... Ce fut une pensée subtile, éphémère et à peine perceptible qui s'était éteinte sitôt lui avait elle tourné le dos. Gabrielle marchait le long du chemin, les yeux clos, inspirant longuement pour tenter de ne pas penser à la douleur qui animait chacun de ses pas. Parfois elle était plus marquée, presque insoutenable mais juste pour ne pas perdre la face elle s'efforçait de rester correctement droite et impassible. Quelque chose chez lui la mettait hors d'elle, elle ne comprenait pas quoi exactement... Même si l'évidence devrait frapper son esprit : il lui ressemblait. Les maîtres étaient en général imbus d'eux même, égoïstes, hautains. Dans ces conditions il était facile de les détester. Comment haïr une personne qui vous a sauvée deux fois d'affilée ? Il cachait lui aussi une souffrance, une solitude certaine même si la kitsune voyait la marginalité comme une force, un moyen de mettre des remparts entre elle et les autres de façon à ne plus être blessée à l'avenir. Plus d'histoire de confiance, d'amitié ou de main à tendre et cela offrait en plus l'opportunité de vivre sa vie sans penser au lendemain ni au mal que l'on pourrait faire à nos proches si les choses tournaient mal. Aucun compte à rendre à quiconque, c'était ça qu'elle aimait dans sa "liberté"... Cette possibilité de mener attentats et meurtres sans avoir à penser aux conséquences simplifiait amplement ses manœuvres et c'était parfait ainsi.

Au bout de quelques mètres elle se dit qu'il était enfin raisonnable, qu'il avait abandonné l'idée de la retenir ... et dans un sens c'était mieux ainsi. Alors même qu'elle pensait avoir réussi à le faire flancher elle se stoppe en le voyant apparaître face à elle. Ses excuses l'étonnent et la déstabilisent... qui aurait pu croire qu'il puisse admettre ses erreurs... Il avait même été jusqu'à admettre qu'elle avait eu raison. Elle penche la tête légèrement en attendant la suite de ses paroles... Elle ne remarqua qu'il venait vers elle que lorsqu'elle sentit son avant bras contre son cou. Elle manqua de perdre l'équilibre mais par chance vint contre le mur. Ainsi maintenue, surprise par son action autant que par le ton qu'il employait à son encontre. Elle se sentait frémir, comme si le sentir si proche soudainement avait fait perdre quelques degrés. Son regard se perdait dans celui magnifique du jeune homme qui la fit perdre ses moyens un court instant... Gabrielle ne s'était pas débattue, elle avait bu chacune de ses paroles doucement. Elle aurait voulu tout nier en bloc bien qu'elle n'ait pas totalement raison, elle s'en rendait bien compte mais elle était inapte à l'avouer... Quand fierté et orgueil s'en mêlent pour ne rien arranger... La kitsune ne comprenait pas tout... Pourquoi n'abandonnait il pas l'idée de la raisonner... Il semblait même peiné... Si elle n'avait aucun scrupule à balancer des méchancetés et à avoir des gestes violents envers qui que se soit... elle n'avait jamais été confrontée à tel cas... L'avait elle blessé à ce point ? Était elle si horrible qu'il l'avait sous entendu... Quand enfin elle fut relâchée ses jambes se défilèrent. Elle se laissait lentement glisser le long du mur, arrivant sur les fesses au sol, les yeux clos. Elle soupirait timidement en se tenant la tête d'une main. Elle ronchonne doucement en langage incompréhensif.

" Tu te trompes encore... "

Elle lève doucement son regard ambré vers lui, soutenant son regard sans défaillir, fronçant les sourcils avant de soupirer. Elle n'aimait pas être aussi basse face à un interlocuteur. Prenant appui sur le mur elle se relève lentement sans défaire son regard du sien. Gabrielle prend sa respiration avant d'entreprendre de justifier ses dernières paroles sur un ton totalement neutre et indifférent.

" Comment peux tu encore sous entendre que tout le monde a un coeur et des sentiments... Baka... Dans un monde comme celui ci... où chaque jour des innocents meurent sous les coups pour ne pas avoir été docile... Ne viens pas me faire avaler qu'on leur fait subir ça par bonté, ou par soucis de leur état... "

Son regard fuit le sien soudainement alors qu'elle s'adosse au mur face à eux, levant les yeux au ciel. Admirant le firmament étoilé dans un soupir. Elle ferme les yeux doucement, espérant que là haut, ses proches comprenaient pourquoi elle faisait tout ça, espérant qu'ils la soutenaient et la soutiendraient encore jusqu'à ce qu'elle puisse enfin les rejoindre. Que ce devait être calme là bas... Pourtant elle refusait de perdre la vie sans que ce soit nécessaire... Ce serait lâche de périr de sa propre main... puis que pourrait elle dire aux petits de sa tribu quand elle les rejoindrait... Elle esquissait un sourire, semblant se moquer de sa propre pensée.

" Nous ne sommes pas pareils... Il y a quelques points... similaires... mais nous sommes différents... tu as beau dire que tu n'es pas pour ce système... que tu veux protéger la population de la ville, mais tu ne fais rien... Strictement rien... Moi j'agis. Tu n'es qu'un idiot... et j'te le répéterai jusqu'à ce que ça entre dans ta petite tete mon petit gars.. c'est fantastique quand même ~ on a chacun la réponse de l'autre. Je crois qu'on a clairement plus rien à se dire, j'suis pas vraiment en état de te flanquer une raclée et pour une raison qui me dépasse tu ne le feras pas. Cette fois ci tu seras peut être enclin à me laisser enfin rentrer au lieu de me casser les pieds tout les trois mètres.... Disons que j'admet, supposons : T'es pas comme tout les maîtres... Tu me foutrait la paix ? S'il te suffit de ça dit le de suite, on aurait gagné bien du temps... tu serais rentré dans ta demeure que j'imagine immense ou tu pourras te prélasser dans un bon bain moussant. Moi mon deux pièces m'attend... "

Ses deux dernières phrases avaient été dites avec une ironie flagrante bien que pas malsaine pour une fois, elle se détachait du mur doucement, essayant de rejoindre le bois proche sans qu'il n'interfère cette fois. Si elle commençait à admettre qu'il n'était pas bourré de mauvaises intentions... Elle ne pouvait tolérer d'avoir à faire appel à quelqu'un pour l'aider. Certes il lui faudrait sans doute faire preuve de discrétion... et il lui faudrait un peu plus de temps pour soigner ses plaies... Mais même en pensant ainsi elle préférait ça que d'avoir à faire appel à quelqu'un, surtout à lui... Sans qu'elle ne sache vraiment pourquoi, quelque chose chez lui semblait l'agacer de plus en plus, la mettant à fleur de peau à chaque instant.

" A la prochaine alors. ~ Soigne toi bien, que tu n'aies pas à utiliser ce prétexte à notre prochaine entrevue ~"
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre aussi marquante qu'incongrue (Pv Shiro ~)   Mar 24 Avr - 5:44

Je ne pouvais détacher mes yeux du ciel, ce magnifique voile noir illuminé de million de lumières blanches. Toutes ces étoiles semblait si paisibles, je ne pouvais m'empêcher de lever la main, observant ces boules de gaz entre mes doigts écartés, pensant que j'adorerais être moi aussi une étoile loin de ce monde. Je refermais ensuite le poing doucement, tournant mes yeux en direction de la lune cette fois... Elle aussi faisait tout pour rendre cette nuit moins obscure, elle semblait si proche...vu sa taille, et pourtant on ne pouvait l'atteindre. Je poussais en grand soupir, mettant mes mains dans mes poches, toujours debout adossé au mur, regardant le mur devant moi. A cet instant je ne pensais plus qu'à une seule et unique chose, la réaction de la jeune hybride assise par terre juste à côté de moi. Pendant un bref instant, j'ai cru l'entendre dire quelque chose, un truc à peine audible, mais en fait je n'avais rien compris pour être franc. Bof pas grave, venant d'elle ça devait pas être important, je suis même persuadé qu'elle avait dit un truc pas en accord avec mes paroles. Elle était suffisamment bornée pour me laisser penser ça faut dire... Depuis le début elle n'a eu de cesse de mettre son entêtement en avant. Mon regard ne quittait pas le sien pendant un instant, je ne pouvais décrocher mon attention de ses beaux yeux ambrés qui reflétaient magnifiquement les rayons lunaires. Ses paroles étaient soudainement plus claires, mais faut croire qu'elle avait pas vraiment compris les miennes pour me sortir ça. C'est vrai, je ne retire pas ce que j'ai dis, tout le monde a un cœur, mais pour certains il est encore plus sombre que les abysses de l'enfer lui même, si ce n'est plus encore. Bizarrement, dans le ton de sa voix, même si il était indifférent, je ressentais comme de l'hésitation. Il serait pourtant assez étonnant de croire que j'aurais enfin réussi à la faire douter après tant de tentatives.

Eh ben heureusement que j'ai attendu un peu avant de me faire de faux espoirs, car il ne fallut pas longtemps ensuite pour qu'elle reprenne la parole, commençant son petit monologue que j'écoutais attentivement en la regardant sans broncher. Elle leva les yeux au ciel en parlant, bizarrement je ne pouvais m'empêcher d'admirer son visage qui a l'air si doux. Ses paroles elles, l'étaient un peu moins je dois dire, mais venant d'elle, ça ne me surprenait pas vraiment. Après qu'elle ait finit de parler, je sentais comme une étrange sensation, comme du doute moi aussi... C'était une drôle de sensation je dois dire, je ne l'avais pas ressenti depuis une éternité déjà, comme beaucoup de sentiments d'ailleurs. Je fermais les yeux, reprenant mon souffle en secouant ensuite la tête vivement pour reprendre mes esprits. Je rouvrais lentement les yeux pour la regarder s'en aller, elle se dirigeait vers le petit bois à quelques centaines de mètres de la ruelle. Je ne savais plus quoi faire... Devais je encore m'obstiner à l'arrêter? Non, je l'avais prévenue après tout, mes dernières paroles auront été ma dernière tentative pacifique pour la faire réfléchir. J'allais être obligé d'utiliser une méthode un peu moins orthodoxe, chose que j'aimais pas faire habituellement, mais je l'avais averti...... Elle ne me laissait plus le choix. Je pris un air déterminé, m'écartant du mur doucement en la fixant s'en aller, écoutant sa dernière parole. Je baissais alors le regard vers le sol en soupirant, lâchant au passage un murmure...

"Tu n'as pas tout à fait tort..... comme tu n'as pas tout à fait raison.... Mais.... Tu ne me laisses pas le choix..."

Je me déplaça furtivement derrière elle, faisant très léger pas de côté, joignant mes doigts avant de donner un léger coup du tranchant de ma main sur sa nuque pour lui faire perdre connaissance. C'était la technique la moins violente et la moins douloureuse que je connaissais pour forcer quelqu'un à se calmer. Je lui évitais de chuter en avant en la rattrapant délicatement, passant mon bras sous ses jambes et mon deuxième bras dans son dos pour la porter.

"Pardonnes moi......"


Moi même je ne me comprenais pas... Pourquoi étais je si obstiné à vouloir l'aider? Pourquoi est ce que sa santé me préoccupait tant que ça alors qu'elle, avait essayé de me tuer? Que de questions étranges auxquelles je ne trouvait pas de réponse. Je regardais son visage, me demandant si elle faisait semblant ou si elle dormait vraiment? Le sang qui coulait le long de son bras vint se mêler à mes vêtements, tâchant mon manteau blanc. De toute façon il l'était déjà à cause de ma blessure à l'épaule, alors tant qu'à faire pour maintenant ça change pas vraiment grand chose. Alors que je la gardais dans mes bras, moi même surpris par la tendresse dont je faisais preuve à son égard, je regardais le ciel à nouveau, poussant un large soupir. Si en ce moment mes parents me regardaient de là haut, à quoi penseraient ils? Serait ils fier de voir leur fils prêt à aider les autres au prix de sa vie? Ou préférerait ils que je sois prudent, et laisse les autres dans leurs problèmes pour ne pas risquer ma vie inutilement, pour quelqu'un qui veut justement me la retirer? De toute façon, ça ne changeait rien, j'étais décidé à lui venir en aide... parce que, je ne pouvais pas lui en vouloir de se comporter comme ça avec moi. Quand haine et désir de vengeance sont les seules choses qui emplissent votre cœur, quand tout ce que vous aimez vous a été injustement retiré... Comment peut on vous en vouloir? C'est ce que je ressentais en ce moment. Cette fille... A vécu beaucoup de choses éprouvantes, et pas les meilleures... De ce fait, je ne pouvais pas la blâmer pour son comportement. Tout ce que je pouvais faire maintenant, c'était m'occuper d'elle et voir si je pourrais peu à peu effacer cette haine dans son cœur. Et qui sait....peut être qu'elle aussi, même si elle n'en a pas l'air, pourra m'aider à oublier les tristesses dans le miens.

Je sautais de mur en mur pour arriver sur le toit, fixant l'horizon. Le vent se faisait plus frais, mes cheveux et mes vêtements volèrent au rythme de la brise si calme de cette nuit. Les lumières étaient si belles combinées à la lueur de la lune et des étoiles, on sentait comme une grande vie qui émanait de cette cité que je protégeais. Plus tard.... j’expliquerais toutes mes raison à Gabrielle, mais pour le moment, le plus important était de l'emmener en lieu sûr, chez moi était le seul endroit possible. Mais vu qu'avec elle dans les bras j'allais pas passer discrètement, j'allais devoir sauter d'immeubles en immeubles jusqu'à la maison. Je me mis alors en route, sautant de toit en toit, prenant garde à pas trop la secouer. Une fois à la demeure, je lui apporterai les soins nécessaires et la laisserait se reposer le temps qu'il faudra.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une rencontre aussi marquante qu'incongrue (Pv Shiro ~)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre aussi marquante qu'incongrue (Pv Shiro ~)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chrono de Shiro
» T'as toujours d'aussi beaux yeux ϟ Pabo
» Silsis => ma premiére image aussi...^^
» J'te déteste ! ... Moi aussi je t'aimerai toujours...
» . le business reste le business . aussi agréable soit-il . [Dess']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPs-