AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Sortez moi de là ! [PV Toshiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Ven 17 Fév - 14:30

Les jours passaient et se ressemblaient, depuis combien de temps était-elle ici ? Combien de jours avaient passé sans l'attendre ? ... Le soleil ne c'était pas levé durant des jours, il faisait gris, du moins, c'est ce que voyait Yuki à travers les barreaux. Ses yeux étaient toujours rivés dans la même direction, ils regardaient dehors, ils cherchaient la liberté. Elle voulait sortir de là. Exposée comme un vulgaire animal, elle attendait que quelqu'un la sorte de là. Ses jambes étaient engourdie à force de rester à genoux au milieu de sa nouvelle résidence, une cage. Son cou la démangeait tandis qu'il était fortement enserré par une chaine. Ses poignets étaient, eux aussi, enchaînés, tout comme ses pieds. Autant dire qu'il lui était impossible de bouger d'un poil.Tout ce qu'elle pouvait faire était de penser.

Elle pensait à la liberté, à ce qu'elle avait perdu alors qu'elle avait eu tant de mal à le gagner. Tous ses efforts pour enfin vivre c'étaient envolés en un instant, comme une pluie diluvienne qui ferait taire un vulgaire feu de camps. Sa vie était-elle finit ou venait-elle de commencer ? C'est cette question qui la chagrinait le plus. Sa vie n'avait pas vraiment commencée selon elle, mais, peut être qu'elle ne commencerait pas non plus après ça ...

Ce qui changeait aujourd'hui, comparée aux derniers jours qu'elle avait passée dans sa cage, c'est qu'en ce moment, elle se trouvait sur une espèce de marché. Oui, c'était un marché aux esclaves de ce qu'elle avait compris. Autrement dit, elle allait, comme tous les autres esclaves, être exposée à de nombreuses personnes qui passeront devant en la reluquant de haut en bas ... Elle eut envie de vomir. Des hommes allaient s'arrêter devant sa cage et la dévisagerait comme un morceau de viande. Une véritable horreur à ses yeux. Comment est-ce que cela pouvait exister ? Elle haïssait encore plus toutes les races de ce monde.

-Mon dieu ...

Lorsqu'elle arrivait sur le marché avec les autres filles ou hommes d'ailleurs, ils se trouvaient toujours dans leur cage. Pour ne pas prendre de risque, les esclaves étaient promenés dans leur cage. Il semblait s'étendre sur de nombreuses allées toutes composées d'environ 20cages. Pour Yuki, le nombre de personnes qui se trouvaient là était ahurissant. Des centaines et des centaines de personnes fourmillaient dans des allés de cage et d'esclaves qui semblaient tous avoir peur. Yuki ne se sentait pas à l'aise, elle aurait voulu quitter cet endroit en courant, comme tous les autres surement mais ... Ils ne pouvaient pas s'échapper. Ils se trouvaient littéralement en enfer ! C'était le mot, et encore, elle le trouvait faible.

Sa cage fut déposée à l'emplacement réservé à "son" vendeur. Ils étaient vraiment traités comme des objets, comme des animaux et pire encore ... Elle était certaine qu'un animal aurait été mieux traité qu'eux. Tout ce qu'elle devait faire maintenant, c'était se taire et regarder droit devant elle pour que les acheteurs puissent la voir correctement. Ayant peur de se faire battre, Yuki tenu la même position pendant une bonne demi-heure mais, c'était trop. Elle ne pouvait en accepter davantage. Surtout, elle n'en pouvait plus d'entendre des propos comme : "Elle sera très belle à exposer dans la maison quand il y aura des invités." ou "Elle sera parfaite pour faire le ménage, surtout avec une bonne tenue, si vous voyez ce que je veux dire ..." . L'envie de vomir était à son maximum, l'énervement aussi !
C'est alors que cela arriva. Yukiqui avait baissé la tête pour ne plus voir ça, parlait doucement, au début ...

- Fermez-la !
- Ne vient-elle pas de parler ?
- C'est vrai ? Je veux entendre sa voix, je suis sûr qu'elle sera aussi belle qu'elle.
- Vous voulez entendre ma voix hein ? ... Alors, entendez-la et surtout appréciez bien mes mots.
- Pourrais-tu parler plus fort ?
- Fermez la !! J'en ai marre de vous entendre. Je ne suis pas un objet, ni une esclave. Laissez-moi sortir d'ici, c'est clair ? Jamais, je n'écouterais jamais des gens comme vous. Vousvous croyez supérieur aux autres, allez donc mourir. Vous n'êtes rien d'autre qu'un nom et de l'argent de vos ancêtres, quel exploit y'a t-il là-dedans ? Ne me faite pas rire, vous êtes loin d'être des gens supérieurs à qui que ce soit. Vous n'avez aucun mérite !!


Tous les esclaves, tout le monde sur le marché s'étaient arrêtés tandis que Yuki hurlait. N'importe qui ici aurait pu entendre son cri du coeur. Ils n'avaient pas la prendre de haut alors qu'ils n'étaient rien. S'ils n'avaient pas d'argent, ni de nom, c'est eux qui seraient ici à sa place ... Comment osaient-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Sam 18 Fév - 8:00

J'ignorais ce que pouvais bien présager ce mauvais temps qui menaçait depuis plusieurs jours déjà. Ces nuages gris avaient pris possession du ciel bleu, ne laissant même pas un infime rayon de soleil les transpercer. Plusieurs fois c'était même la pluie qui menaçait de se montrer, mais pourtant elle se faisait attendre... encore et encore. Pour compléter le tableau, la ville de Watari était vraiment calme ces derniers temps, il ne se passait pas grand chose de vraiment exceptionnel. Là j'en étais sûr, mon instinct pressentait quelque chose, mais j'ignorais ce que cela pouvait bien être. Toujours est il que je crevais d'ennui dans ma nouvelle résidence, qui était plutôt grande il faut bien l'avouer. Être devenu le dirigeant de cette ville, ça avait ses bons côtés, mais tout n'est jamais réellement tout blanc ou tout noir, résultat j'étais parfois confronté aux sérieux inconvénients que mon statut m'imposait. Plus moyen de sortir comme un citoyen ordinaire sans provoquer des bavardages dans mon dos. Certaines de ces discussions avaient une connotation d'admiration, et d'autres de mépris. Mais les gens pouvaient penser ce qu'ils voulaient, cela m'importais bien peu. Honnêtement j'ai bien d'autre choses à penser que de prêter la moindre attention aux propos sans queue ni tête de toutes les personnes que je croise.

D'ailleurs aujourd'hui, malgré le temps menaçant, je voulais sortir prendre l'air comme l'envie m'en prenait d'ailleurs assez souvent. Mais cette fois ci, je voulais vraiment me promener incognito. Je me couvrais alors d'une longue cape beige, légèrement déchirée vers le bas, relevant la capuche sur ma tête, cachant même mon regard dans l'ombre. Une fois sortit de la résidence, qui était assez à l'écart par rapport au reste de la ville, je m'engageais dans les rues presque vides de monde, et tant mieux pour moi. L'air était frais, mais ça ne me dérangeait pas, au contraire j'aimais cela, la chaleur était peut être bien la chose que je détestais le plus, j'avais toujours l'impression de m'évanouir à chaque canicule. Enfin bref, Toujours est il que maintenant j'entrais réellement dans les endroits animés de la ville. Super, moi qui détestais la foule me voilà servi...en même temps j'aurais dus m'en douter...le temps n'allait pas empêcher les gens de faire leur shopping.

J'arpentais les rues et ruelles de la ville, toujours vêtu de ma cape beige, qui d'ailleurs semblait faire son effet puisque personne ne semblait prêter attention à ma présence. Où est ce que j'allais? Sincèrement....même moi je me le demande, je me laissais guider par mes jambes, sans la moindre idée de là où je pourrais bien finir. Mon sens de l'improvisation était bien plus grand que celui de l'orientation, je vous laisse imaginer un peu ce que cela donne quand je parviens à me paumer dans des lieux improbables.

Finalement, j'arrivais dans un endroit où la concentration de personnes était encore plus importante qu'avant. Des centaines de personnes faisaient des aller retours dans des allées. On aurait dit une sorte de marché, mais un marché de quoi? Avec tout ce monde s'était un poil difficile de voir quelque chose, mais je parvins à distinguer vaguement des choses ressemblant à des cages. Qu'est ce qu'on pouvait bien vendre ici? Ma curiosité était poussée à sa limite, il fallait que je saches. Je peux vous dire qu'une fois que mes yeux aient vu ce à quoi je m'attendais le moins, j'étais épris d'une certaine nervosité encrée au plus profond de moi. Des hybrides et des humains, hommes et femmes, c'est ce qu'il se trouvait dans ces cages sombres et froides. Voilà une chose que je détestais particulièrement, que l'on vende des être vivants comme ça, mais aussi qu'on puisse les exposer comme ça, comme des articles de choix. Vous me direz, en tant qu'empereur de cette ville, je pourrais mettre fin à un tel business. Seulement, ce ne serait pas sans conséquence, car beaucoup de gens se cherche des esclaves pouvant faire des choses qu'eux même sont dans l'incapacité de faire. Même les esclaves, peuvent tomber sur des gens attentionnés et très gentil, leur offrant une vie meilleure que celle des cages, ou même de l'errance sans but sur cette île à mourir de faim. Je pense qu'empêcher un tel marché, serait une manière égoïste de procéder, et qui sait....peut être que ça ne ferait qu'empirer les choses.

Soudain, un cri, un cri qui venait du cœur se fit entendre, déjà que ce marché était bruyant, mais là, la jeune fille qui avait hurlait à plein poumons venait carrément de refroidir tout le monde. Je tournais la tête en direction de la voix, pouvant apercevoir une jeune fille à la longue chevelure blanche-grise et des yeux violets, à genoux dans une cage. Deux hommes en face d'elle qui semblaient bouche bée. L'homme qui semblait être le vendeur lui, ne resta pas sans rien faire et la sortit brutalement de sa cage, levant la main bien haut, laissant penser qu'il allait la battre pour la punir de s'être exprimée librement. Je ne pouvais peut être pas empêcher un tel marché d'exister, mais cette fille, j'allais pas rester sans rien faire alors qu'elle est battue sous mes yeux. En une fraction de seconde, rapide comme l'éclair, je m'interposais entre le vendeur et la demoiselle, attrapant le poignet de l'homme qui s'abattait droit sur elle. On peut dire que c'était juste, je restais silencieux quelques secondes tandis que le commerçant essayait de dégager sa main que je ne lâchais pas. Je leva légèrement la tête vers lui pour le fixer dans le blanc des yeux, je prenais un air calme, mais toutefois légèrement noir. De toute façon, avec ma capuche il ne pouvait pas voir mon expression.

"Cette jeune fille vient de s'exprimer pleinement, balançant tout ce qu'elle avait sur le cœur... La frapper maintenant ne changera rien à ce qui vient de se passer...et par ailleurs vous ne feriez qu'attiser encore plus son désir de se rebeller contre vous... Maintenant on a deux manières de procéder, vous vous obstinez à vouloir la punir et vous vous retrouvez avec le poignet broyé. Ou alors vous acceptez de vous calmer, de me laisser lui parler et tout le monde s'en sort sans mal."


Le regard du vendeur me laissait penser qu'il préférait la seconde option, je lui lâchais alors lentement le poignet, avant de me retourner vers la jeune fille. Je m'accroupis pour être à sa hauteur, relevant légèrement ma capuche pour la regarder droit dans les yeux, un air neutre et sans expression se dessinait sur mon visage.

"Tu as eu du cran en hurlant tes pensées dans un lieu comme celui ci, je ne peut qu'admirer ton courage. Dis moi...Comment t'appelles tu? Tu as un nom au moins pas vrai?"


Tout les regards étaient tournés dans notre direction, mon intervention n'était pas vraiment la plus discrète que l'on pouvait penser, mais j'avais pas tellement le choix. Puis les gens commencèrent à passer leur chemin, voyant qu'il ne se passait plus rien de particulier. Moi j'attendais la réponse de la jeune fille, si toutefois elle en ressentait l'envie de me la donner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Sam 18 Fév - 16:57

Rien de ce qu'elle venait de dire n'était faux. Bien evidement, tout le monde ne pensait pas forcément comme elle. C'était d'ailleurs le cas puisqu'elle se trouvait en ce moment même une cage comme animal et encore, selon elle s'était trop gentil. Ils étaient comme inférieur à eux autres, comme inférieur à des animaux. Rien de tout ce qui ce passait ici été acceptable.
Les humains étaient tous né de la même manière, ils devaient traités de la même manière, n'était-ce pas logique ? En tout les cas, dans l'esprit de Yuki, cela semblait être tout à fait normal de penser ainsi.

Yuki ne pouvait pas restait dans sa cage sans rien faire, sans rien dire. Les autres la regardait de haut, ils l'évaluait comme si elle avait été un objet et non une personne. La réaction logique pour tout le monde aurait été de se rebeller, du moins, c'était une réaction normale pour elle. C'est ce qu'elle avait fait, elle ne regrettait rien.

La sentence allait tomber. Son souhait se réalisait, elle voulait sortir, elle était dehors. Certes, sa liberté ne lui était pas encore rendu, mais, elle ne pouvait pas non plus se plaindre. Ses genoux touchaient le sol. Le sol, aucune verdure ne se trouvaient sur ce sol, il avait été pietiné jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien, pietiné par ces gens, de la même manière qu'ils pietinés les sentiments des autres. Ce n'était tout simplement pas humains de vivre en pensant que les autres leur étaient inférieur et non égaux en droit.

Le bras de cet homme qui était son "vendeur" allait s'abattre sur elle. Il n'aurait aucun remord à la battre, elle ne pleurerait pas ou ne supplierait qu'il s'arrête. Yuki avait l'habitude de ce genre de chose et, elle savait déjà que personne ne serait à la hauteur face à son père. Son père était le meilleur dans ce domaine, personne ne pourrait le battre quoi qu'il puisse faire. La douleur physique serait peut être la même mais, pas la douleur moral.

C'est à ce moment précis que son destion changea, en bien ou en mal ... Personne n'aurait pu le dire à cet instant. Un homme venait de prendre sa défense arrêtant la main qu'elle voyait déjà arriver contre son visage. Ses propos allaient dans son sens, il semblait penser de la même façon qu'elle. Quel était ce sentiment qui grandissait au fond d'elle-même ? Le sentiment d'être rassurée, de se sentir exister, de se sentir protéger ou bien comprise. C'était merveilleux de se sentir ainsi, il fallait bien une première fois à tout comme on dit, et bien, c'était la première fois qu'on prennait sa défense, la première fois qu'on l'aidait. Sans le regarder, elle écoutait simplement ce qu'il disait pour l'aider.

Soudain, elle vit quelqu'un se baisser devant elle. C'était lui n'est-ce pas ? Il allait finir par s'adresser directement à elle. Que voulait-il savoir au juste ? Son nom ... Yuki devait -elle le lui dire ? Les mots ne voulaient pas traverser ses lèvres ... Dire le nom de cet homme, celui qu'elle devait malheureusement porter depuis si longtemps, c'était la pire chose au monde. Cet homme qui avait prit un malin plaisir à la battre sur une mauvaise excuse. Mais bon, il l'avait aidé, elle lui devait bien au moins une réponse claire. Levant la tête, elle essayait de le voir assez clairement pour pouvoir le lui dire dans le blanc des yeux.

- Je me nomme Yuki Sawada et vous ?

Espérait-elle vraiment une réponse ? Est-ce qu'il allait vraiment le lui dire ? Après tout, il allait peut être partir après ça. C'était tout à fait probable qu'il s'en aille et puis point barre. Il n'était en aucun cas obligé de l'aider à se sortir d'ici. Sa cage, allait-elle retourner dans sa cage ? A ce moment là, ses yeux allérent vers la cage. Ils regardaient ces barreaux froids qui les avaient privé de la lumière, de la liberté depuis tant de jours ... Que devait-elle faire pour sortir de cet enfer ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Sam 18 Fév - 20:30

Tout était si soudainement silencieux, à part les quelques bavardages des gens dans les allées, on entendait pas grand chose. C'était un silence de de mort qui s'était installé entre moi et la jeune fille, alors que j'attendais de savoir son nom. J'ai bien failli croire qu'elle n'oserait pas ouvrir la bouche, laissant ma question sans la moindre réponse, et de ce fait me laissant un peu dans l'embarras. Je pouvais lire de l'hésitation dans son regard, ses lèvres bougeaient tellement peu qu'on croirait qu'elles tremblaient légèrement. Avait elle seulement l'envie de me répondre? C'est vrai que je n'avais pas pris cela en considération, et si vraiment elle refusait, je n'allait pas lui reprocher. Pourquoi donnerait elle son nom à un inconnu? Quand je me posa moi même cette question je me suis dit que je pouvais la comprendre, ce n'est pas aussi facile qu'on pourrait le croire à première vue. Je ne pouvais m'empêcher de penser, elle avait dût en baver jusqu'ici pour péter un plomb comme tout à l'heure. Son esprit, son cœur, son mental....ils devaient être à bout. En même temps, n'importe qui deviendrait fou en vivant dans une cage à peine assez grande pour s'y agenouiller pendant des jours, des semaines, des mois....et qui sait plus encore. Même moi qui était d'un calme le plus complet et maîtrisé, si j'étais à la place de cette inconnue aux cheveux blancs, j'en serais probablement au même point psychologique qu'elle.

Soudain, le silence se brisa, et les quelques mots qui sortirent de la bouche de la demoiselle me soulagèrent un tant soit peu, même si je ne le montrais pas, restant neutre dans mon regard. Yuki Sawada, un très joli nom qui lui allait vraiment bien il faut bien le reconnaître. Quand je la regardais dans les yeux, j'avais l'impression de me voir en version féminine...bon peut être que niveau calme c'était pas la même chose, mais son courage était exemplaire et impressionnant, je crois que quelque part elle avait un petit quelque chose qui me plaisais en elle. Elle m'avait renvoyé la question que je lui ai précédemment posée, elle aussi voulait connaître mon nom. Là j'étais face à un sacré dilemme, dans cet endroit il y avait beaucoup trop d'oreilles indiscrètes, en plus je sentais le regard pesant du vendeur sur nous. Je n'avais pas besoin de le voir pour le ressentir, l'atmosphère était bien lourde. Je baissais doucement la tête, comme pour m'excuser, même si c'est pas vraiment ce que je voulais faire ressentir comme attitude envers le jeune fille.

"Je ne peux pas te le dire....pas ici, il y a trop d'oreilles indiscrètes..."

Puis je me relevais en prenant appui sur mes genoux, rabaissant un peu ma capuche au passage avant toute chose. Je la regardais encore une fois avant de reprendre la parole.

"Toutefois, je te le dirais plus tard dans un endroit plus calme si tu me le permets....Jusque là, ne dis rien et contente toi de faire ce que je te dirais si tu veux éviter les ennuis avec d'autres personnes."

Mes mots n'étaient pas prononcés sans réfléchir, je ne les avait pas choisis par pur hasard, oh non loin de là. Il y avait une certaine connotation derrière, et peut être que la jeune fille la comprendrait elle aussi. J'avais l'intention de l'emmener avec moi loin de et enfer, dans un endroit où elle pourrait goûter à un semblant de liberté. Pourquoi est ce que je fais une telle chose me demanderez vous? Je ne le savais pas moi même, peut être parce qu'au fond j'éprouvais une certaine sympathie pour cette fille. Non ce n'était pas de la pitié, la pitié c'est pour les êtres inférieurs et impuissants, hors elle, était un être humain tout ce qu'il y a de plus normal, elle n'était pas inférieure à moi, la compassion n'était donc pas la bienvenue entre nous. Je gardais mon air froid et inexpressif, avant de tourner lentement la tête vers le vendeur qui me fixait toujours du regard. Crainte? Haine? Allez savoir avec quel sentiment il ne me quittait pas des yeux celui là... Je poussais un large soupir avant d'être complètement face à lui. Je ne lui demandais même pas le prix qu'il donnait pour avoir Yuki, le lui demander me donnerait mauvaise conscience, j'aurais l'impression d'être comme la plupart des gens ici qui voient les esclaves comme des animaux.

Je me contentais juste de sortir une liasse de billets et de la lui tendre sans dire un mot, mais les paroles étaient inutiles puisque mon regard lui, énonçait parfaitement mes intentions. L'homme se saisit de la liasse et la mit dans sa poche, sortant ensuite les clés qui permettaient d'ouvrir les chaînes qui se trouvaient au cou, aux poignets et aux chevilles de la demoiselle. Celle ci étant à présent libre, le vendeur se recula pour retourner à sa place initiale, moi je m'approchais d'elle qui était encore à genoux. Elle ne devait pas être habituée à être sans la moindre chaîne sur le corps, c'est compréhensible qu'elle ait un peu de mal à s'y faire je dirais même. Je lui tendis ma main, la fixant toujours de mes yeux bleus émeraudes, d'un regard sans la moindre expression.

"Viens, si tu veux redécouvrir la liberté c'est peut être la seule chance que tu auras avant longtemps...le choix t'appartiens....Yuki."

Je l'avais appelée par son nom avec un tel naturel, à croire que je ne me gênait pas tellement. J'espérais que ça ne la dérange pas que je lui adresse la parole si familièrement, surtout qu'au final elle, ne savait toujours pas comment moi je m'appelais. Mais j'étais bien décidé à tenir parole, et une fois que nous serions dans un endroit plus calme je lui dirais qui je suis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Dim 19 Fév - 7:04

La réponse à sa question ne lui fut pas donné. En même temps, elle l'avait présentit qu'il n'allait pas le lui dire. Cela ne l'avait pas blessée en quoi que ce soit, elle avait juste souhaitée savoir le nom de la première personne à l'avoir aidée. Elle voulait pouvoir le remercier correctement en le regardant droit dans les yeux, comme un égal. Bien qu'elle ait été elevée à la dure et surtout par elle-même, Yuki savait avoir un minimum de respect pour les autres. Dans cette situation, c'était une obligation pour elle, quelque part, elle se sentait redevable de ce qu'il venait de faire alors qu'il avait eut le choix. Il aurait pu faire continuer son chemin et faire comme si de rien n'était, comme s'il n'avait pas vu qu'une jeune fille allait se faire battre devant tout le monde.

Ne rien dire ? C'est ce qu'il venait de lui demander de faire alors qu'il s'était relevé. Qu'est-ce qu'il pouvait bien faire de plus ? Cet homme n'avait pas l'air d'être ici pour acheter une esclave, non, il n'avait tout simplement pas l'air d'être un homme comme ça. Son regard froid et sans expression, quelque chose se cachait forcément derrière, des sentiments qu'il ne voulait pas montrer aux autres ... Elle suivit son conseil et attendu sans rien dire.

Toutefois, elle relevait légèrement la tête pour voir ce qu'il faisait. Lorsqu'elle pu voir la liasse de billet, un sentiment de colère surgit. Est-ce qu'il avait pitiè d'elle ? Certes, jamais il n'aurait pu la faire sortir d'ici sans l'acheter, elle le savait mais, elle savait aussi qu'il n'était pas ici pour acheter un esclave, c'est son instinct qui le lui avait dicté, alors, pourquoi est-ce qu'il faisait cela si ce n'est pas pitiè ? ... Yuki ne dit rien parce que pour une fois, elle n'était pas sûre à cent pour cent. Elle préférait croire en lui pour l'instant.

Ce sont les mots qu'il finit par dire ensuite qui la convaincu qu'il ne l'achetait pas par pitiè. Définitivement, il voulait l'aider jusqu'au bout. La liberté hein ? C'était tout ce à quoi elle aspirait et il était en train de lui offrir ... Comment aurait-elle pu rejetter cette main qui venait lui porter secours ? En plus de cela, il avait prononcé son prénom ... Depuis combien d'année elle ne l'avait plus entendu être prononcé par quelqu'un d'autre qu'elle-même ? Yuki aimait son prénom parce que c'était la seule chose que ni son père, ni sa mère n'avait jamais prononcés. Oui, depuis qu'elle était née, jamais personne ne l'avait appelée Yuki à part l'infirmière qui l'avait vu naitre et bien sur, cet homme ... Yuki qui avait à nouveau baissée les yeux, releva cette fois-ci la tête pour le regarder dans les yeux.

Au départ, son visage était inexpressif. Elle le regardait simplement contemplant son visage, son regard ... C'est un large sourire qui s'étira et illumina le visage de Yuki. Elle n'avait plus sourit de cette manière depuis bien longtemps. Mais, ce qui la choquait un instant, c'est que quelque chose qu'elle connaissait par coeur coulait le long de ses joues ... Elle pleurait. C'était très rare pour elle de se laisser aller de la sorte. Au fond d'elle, une multitude de sentiments se bousculaient ...

Elle ne dit rien et prit sa main. Cette main ressemblait à la liberté, elle en avait le gout même ... Se relevant, un peu engourdie par le fait d'être restée si longtemps à genoux, elle perdit l'équilibre un instant. Se retenant comme elle pouvait, ses mains s'étaient agrippées aux bras de l'homme. Elle s'excusait et se relevait totalement lui faisant face. Yuki avait décidée ... Elle lui ferait confiance.

- Où allons-nous ?

Son sourire avait disparu pour le moment mais, ce n'est pas pour cela qu'elle ne se sentait pas heureuse de vivre pour changer. C'était bien la première fois qu'elle se sentait vivre. Parce qu'elle retrouvait sa liberté, parce qu'elle quittait cet endroit avec cet homme, elle sentait l'air venir caresser sa joue, ça faisait du bien de se sentir vivre ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Dim 19 Fév - 8:54

Yuki...Maintenant que j'y pense, ce mot signifiait "neige" en japonais. Était ce à cause de sa chevelure que ses parents l'ont appelée ainsi? Ou peut être était elle aussi pure que la neige elle même allez savoir... Je ne pouvais pas vraiment deviner ce genre de chose, mais je savais toutefois que c'était la raison pour laquelle je trouvais son prénom vraiment beau. Tiens d'ailleurs, que sont devenus ses parents pour qu'elle se retrouve à être considérée comme un article de vente? Encore une question que je me posais mais à laquelle je n'obtiendrais peut être pas la moindre réponse de sa part. Tout du moins je doute que lui demander cela maintenant serait bienvenue, peut être qu'elle a eut un passé douloureux les concernant... Bref, pendant que je réfléchissait à tout cela, la main toujours tendu vers la jeune fille, celle ci me fixa dans le blanc des yeux, mais exactement avec le même regard inexpressif que le mien. Puis un large sourire se dessina sur ses lèvres, suivi de plusieurs larmes coulantes sur ses joues. Des larmes de joie? De peine? Quels sentiments pouvaient bien lui traverser l'esprit en ce moment même? Je n'ai jamais été doué pour lire dans les sentiments des gens, mais Yuki elle, semblait en éprouver énormément. J'ignorais si je parviendrais à lui redonner le goût de la vie qu'elle a perdu en vivant derrière des barreaux, toutefois ça valait le coup d'essayer.

Elle prit ma main sans dire un mot, s'accrochant maladroitement à mon bras alors qu'elle failli retomber sur ses genoux. Elle n'a pas dut être debout depuis un bout de temps pour perdre si facilement l'équilibre. Enfin, elle parvint à se relever pour de bon, se plaçant en face de moi et me fixant des ses yeux violets. Elle me posa une simple question, trois petits mots. Où allions nous? C'était une excellente question, moi même je ne savais pas où je pourrais bien l'emmener. Je marqua un temps de silence en fermant les yeux, puis les rouvrit en ramenant mon attention sur elle.

"Je n'en sais rien...mais loin d'ici ça c'est certain... Je déteste la foule, donc pour te donner une approximation....nous nous rendons dans un endroit plus calme."

Je disais ça mais...ça allait se montrer difficile de se frayer un chemin parmi toute cette concentration de gens. Moi qui détestais le bruit j'étais servi, ma tête devenait une véritable cocotte minute à force de flamber de l'intérieur. Si ça continuait comme ça j'allais me retrouver avec une migraine d'ici peu. Je restais à la même place, fixant le sol en réfléchissant, de plus Yuki avait déjà eut du mal à se lever, j'espérais que marcher ne devrait pas trop lui poser de problèmes. Mais pourquoi est ce que je pensais à ça? J'ai toujours fait mon possible pour éviter au maximum le contact avec les gens, et voilà que je sauve cette jeune fille de son horrible sort... Était ce une action réfléchie ou totalement instinctive? Cette question se trotta dans mon esprit pendant plusieurs secondes, mais j'étais persuadé d'avoir agis parce que j'en ressentais l'envie, je n'agis jamais sans réfléchir après tout.

Je rouvris les yeux, puis me retournais pour être de dos à Yuki, tournant légèrement la tête vers elle, le ton de ma voix était toujours aussi peu expressif, quant à mon regard pas la peine de vous faire un dessin.

"Si tu penses pouvoir marcher par toi même, je t'invite à me suivre...Sinon dis le moi et je te donnerais un coup de main pour le début, histoire que tu te réhabitues à te mouvoir. Être à genoux dans cette cage pendant tout ce temps, ça a dut être éprouvant. Ensuite, je doute que tu ais été bien nourrie jusqu'ici, que dirais tu d'aller manger un morceau quelque part avant toute chose?"

Eh oui, je n'en avais pas l'air mais j'observais...la plupart des êtres vivants dans ces maudites cages ne semblait pas être les mieux nourris, il suffisait de voir à quel point ils étaient maigre pour le déduire. Yuki elle ne l'était pas, mais j'étais quasiment certain qu'elle devait avoir un petit creux, et il n'y avait pas de honte à ça. Après peut être que je me trompais... Qui suis je pour décider de ce que ressente les autres? Je n'avais qu'à attendre sa réponse, et en fonction de celle ci nous verrons bien comment nous procéderons.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Lun 20 Fév - 5:23

La foule ? Il n'aimait pas la foule, ils étaient donc deux. Yuki, ce n'est pas qu'elle n'aimait pas la foule mais, les humains. Tout les êtres vivant qui lui était un minimum semblable n'était pas les bienvenue dans sa vie. Autrement dit, elle était tout à fait d'accord avec lui pour partir d'ici et au plus vite. Bien qu'elle se sentait un peu mal de laisser tout les autres esclaves derrière elle, que deviendraient-ils ...

Son ventre se mit à faire un peu de bruit. Il gargouillait, depuis quand n'avait-elle pas mangée ? C'était au moins depuis cinq ou six heures, autrement dire, ça faisait un long moment. Elle sentait qu'elle allait ruiner son sauveur avec tout ce qu'elle allait manger. Oui, elle allait manger comme quatre, comme s'il y avait plusieurs personnes dans son corps. Cela la fit un peu rire sur le coup. L'idée était assez drole.

Donc, elle était décidée à allait manger avec son "maitre". Ah ! C'est vrai, comment devait-elle l'appeler maintenant ? Devait-elle dire maitre à chaque fin de phrase ? L'envie de vomir lui montait petit à petit à force qu'elle pensait à tout ça ... Maitre ... Ce mot lui donner un sentiment de révulsion. Mais, elle espérait vraiment qu'il ne serait pas le genre d'homme à souhaiter qu'on le nomme ainsi.

- Bien, je suis d'accord. Allons manger ! Je ne sais pas ce que je veux mais, j'ai un peu faim je dois l'avouer. Le temps a passée plus vite que ce que je pensais ...

Yuki ne sentait pas gênée de lui parler comme si c'était un ami et de lui étaler ses sentiments, ce qui était assez rare pour elle de s'ouvrir ainsi. C'est parce qu'elle ne savait pas encore son nom. Il était évident que lorsque le moment serait venu et qui lui dirait son nom, ce ne serait pas la même histoire mais bon ... Pour le moment. elle pensait plus à manger et à faire autre chose. Elle voulait sentir sa liberté, marcher pour retrouver tout ses sens ...

Lâchant ses bras, elle commencait à faire un pas puis un autre. Même si elle le savait derrière et qu'elle pourrait surement tomber en étant sûre qu'elle le rattraperait, elle ne voulait pas tomber, pas devant lui. Seulement, son corps engourdi fini par ne plus lui répondre comme elle l'aurait souhaitée et elle trébuchait avant de tomber la tête la première. Toutefois, sa tête n'arrivait pas jusqu'au sol, est-ce que c'était lui qui venait de l'aider ? Sans le savoir, elle dit :

- Merci beaucoup ! Je crois que je vais avoir un peu de mal au début finalement. Je suis une gêne, pardon.

Elle s'excusait pour lui mais aussi pour elle. C'était gênant, elle se sentait mal. Se remettant droite, elle regardait devant elle pour voir qu'ils venaient enfin de quitter le marché. Yuki avait quand même réussit à sortir de là en marchant le buste droit montrant qu'elle était leur égal malgré sa situation. Se rabaisser à sortir en baissant la tête, surement pas, pas pour Yuki, impossible avec son caractére bien trempé.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Lun 20 Fév - 16:03

Je ne m'attendais déjà pas à obtenir une réponse de sa part aussi vite, mais le fait que ce soit son estomac qui me répondit était assez amusant. Bien sûr mon attitude neutre et sérieuse resta inébranlable face à ce petit moment d'humour. J'étais pas du genre à rire pour si peu, ou tout du moins, avec les personnes que je ne connais pas vraiment. Car c'est vrai après tout, à part le fait qu'elle s'appelait Yuki Sawada, je ne savais rien d'elle. Remarque elle devait se sentir encore plus mal que moi, vu qu'elle, ne savait même pas comment je m'appelle. Bah, le temps viendra pour ça, vaut mieux que nous procédions par petites étapes avant d'en arriver aux choses sérieuses. Elle finit par me confirmer d'elle même ce que son petit estomac essayait de dire depuis le début. Acceptant de ce fait à aller quelque part pour se remplir la panse.

La première chose que je remarquais, c'était sa manière de m'adresser la parole, avec une telle familiarité....à croire qu'on était des amis de longue date. Hum ça m'étonnerait fort qu'on se soit déjà rencontré par le passé, je m'en serais sûrement souvenu malgré ma mémoire parfois sélective. Je fermais les yeux en croisant les bras, sans dire un mot, toujours de dos à elle. Je commençais à marcher mais il semblerait qu'elle tenait à faire la route d'elle même, c'était l'impression que j'avais quand elle me doubla immédiatement, d'une allure sûre et réfléchie. Quelque part ça m'arrange, si je devais l'aider je me sentirais mal....pas que l'idée me répugne....mais avoir un contact trop rapproché avec une inconnue pendant une trop longue période risquerait fort de me déplaire. Je me contentais donc de la suivre en silence, elle semblait savoir par où aller pour sortir de cet "enfer".

On avait à peine fait une centaine de mètres que je vis la démarche de la jeune fille changeait pour être beaucoup plus maladroite, et celle ci trébucha soudainement juste devant moi. Je m'avança de deux pas rapides pour arriver à côté d'elle et la retenir pour lui éviter sa mauvaise chute... La fixant dans les yeux, toujours aussi sérieux. Elle me remercia mais s'excusa aussi dans la même phrase, pensant qu'elle était une gêne pour moi...je ne saurais dire si elle était dans le vrai ou pas.

"Finalement il semblerait que je vais devoir t'aider.... Accroche toi à mon bras comme tout à l'heure et ça ira...."

Elle se redressa, et je crois que nous avions pensé à la même chose tout les deux, nous étions finalement arrivés à la fin du marché. Ben en fait ça a été plus rapide que ce à quoi je m'attendais, et j'en étais ravis, même si je ne le montrais pas. Nous nous remirent donc en route sans plus tarder, cherchant non seulement un endroit plus calme, mais aussi là où nous pourrons nous remplir l'estomac et faire un peu plus connaissance.

Ce endroit, il se montra de lui même quelques minutes plus tard sans que nous ayons besoin de le chercher sans relâche. Un tout petit parc, d'une centaine de mètres carrés je dirais, à peine de quoi accueillir dix ou 15 personnes au grand max sans avoir à se serrer. Là il n'y avait que trois ou quatre inconnus qui s'y étaient incrusté, c'était l'endroit parfait. Je repérais un banc libre, puis le montra du doigt à Yuki:

"Si tu veux bien m'attendre ici, je vais aller chercher de quoi manger. Qu'est ce qui te ferais plaisir? N'hésites pas à me dire ce que tu veux, j'ai bien payé pour te libérer....même si j'aurais préféré que ce soit d'une autre manière...de ce fait je peux bien t'offrir ce que tu voudrais pour te rassasier."

Ne me demandez pas pourquoi je portais une telle attention à Yuki, car je serais dans l'incapacité de vous répondre. Mais j'étais surtout en train de me demander ce que nous ferions après avoir mangé...et surtout...après que je lui ai dis qui je suis. Seul la suite des évènements pourrait le dire...
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Mar 21 Fév - 14:39

Yuki venait de trébucher, par chance il était là pour la retenir. Si elle avait été seule, sa tête serait venu heurter le sol en premier avant le reste de son corps. Ses yeux allèrent rencontrer les siens lorsqu'elle le remerciait, tandis qu'il lui proposait de s'appuyer contre lui comme elle l'avait fait un peu plus tôt. C'était un peu gênant parce qu'ils venaient tout juste de se rencontrer et qu'elle n'aimait pas tellement qu'un homme la touche. Ce n'était pas sa faute à lui ou aux autres mais, juste à cause de son père.

Elle venu donc s'accrocher à lui un peu maladroitement et ils allèrent dans un parc. C'était parfait parce qu'il n'y avait pas grand monde et que c'était calme. Moins il y avait de gens, moins Yuki était obligée de supporter des Hommes et plus elle se sentait bien. Assise sur un banc, il lui posait une question dont la réponse fut dure à trouver. Qu'est-ce qu'elle souhaitait manger ? C'était franchement pas facile, sur le moment, elle ne savait pas du tout.

- A vrai dire je ne sais pas trop. Je prendrais donc la même chose que vous.

Il partit donc prendre à manger. Yuki savait très bien que c'était pas facile non plus pour lui. Choisir à manger sans connaître les goûts de l'autre personne, elle devait définitivement être une gêne pour lui. Elle ne s'était jamais sentit mal à l'aise d'être un poids pour une autre personne puisqu'elle avait toujours été seule ... Ou presque.

Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas observer les autres. Dans ce parc ce qui attirait son regard parmis les autres, c'était une famille ou du moins ce qui semblait être une famille. Ils avaient l'air d'être une famille plutôt aisée. Composée de deux adultes et de deux enfants, ils semblaient être ici pour un pique-nique ou une après-midi tranquille. Elle songeait après-midi sans savoir si c'était vraiment l'après-midi. Dans tout les cas, cette famille refletait tout l'inverse de ce qu'elle avait connu. Ils souriaient, heureux de vivre ensemble ... Est-ce qu'elle pourrait un jour trouver quelqu'un qui lui donnerait l'impression d'appartenir à une famille ? Yuki ne pensait qu'à ceci depuis qu'elle avait commencée à grandir et à devenir plus mature.

Elle ne voyait plus qu'eux, tellement qu'elle ne fit pas attention que son "sauveur" était de retour. Ses oreilles n'entendaient rien, ses yeux ne voyaient rien d'autre que ces gens un peu plus loin qui semblaient être heureux de vivre. Ce n'est pas que ce n'était pas son cas mais, elle n'aurait aucun regret de mourir. Personne ne la regretterait, elle ne regretterait personne ... C'était aussi simple que ça, sa vie ce résumait à ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Mar 21 Fév - 15:53

Honnêtement, sa réponse ne m'aida pas beaucoup je dois dire. Elle prendrait ce que moi je déciderais de me prendre déjà pour moi, si j'ai des goûts qu'elle n'aime pas je vous laisse imaginer la suite des évènements quand je reviendrais avec la nourriture en main. Mais bon, je n'allais pas rechigner pour ce genre de détail, si c'est ce qu'elle voulait je ne pouvais que répondre positivement à sa demande. D'ailleurs j'eus remarqué qu'elle me vouvoyait... je ne le montrais peut être pas mais ça me mettait mal à l’aise... elle semblait certes un peu plus jeune que moi, mais c'est pas comme si j'avais quarante piges et qu'elle en avait quinze... C'est vrai que d'après son physique et son caractère assez "mûre", j'en déduisais qu'elle devait tourner autour des 19 ans peut être... Bref, alors qu'elle venait de me dire ce qu'elle voulait, je me retournais pour m'éloigner sans dire un mot, rabaissant un peu plus ma capuche pour aller près d'une sandwicherie à quelques pas.

Maintenant que j'y pensais...moi je n'avais pas vraiment faim en fait, c'était surtout pour elle que je lui avait fait cette proposition. Alors là on était bien....elle prendrait la même chose que moi, mais seulement si moi je ne prend rien....alors qu'est ce que je devrais choisir pour elle? Une vague pensée me traversa l'esprit: "Bordel, tu parles d'un foutu casse tête....". Finalement c'était à mon tour de passer commande, je jetais un rapide regard sur les petits trucs qu'il proposait. Le vendeur me fixa même du regard, intrigué:

"Eh dis moi, j'ai l'impression de t'avoir déjà vu quelque part non?"


Merde, il avait des soupçons sur mon identité, il fallait que je rectifies le tir au plus vite en tentant de changer de sujet en cours de route, j'avais pas besoin qu'on me reconnaisse là tout de suite... Je pointa le doigt vers le nom d'un des plats sur l'une des pancartes.

Non désolé mon brave, je suis juste de passage dans le coin et j'ai un petit creux, je vous prendrais donc votre sandwich spécial du jour là, celui qui est bien garni, ainsi qu'une bouteille d'eau et un donut au sucre."

Même si son air semblait encore hésitant, il me servit ma commande avec une large sourire, il était bien sympathique, quoique un peu étrange...Ou peut être était ce moi qui était bizarre à ce moment là allez savoir... Quoiqu'il en soit je me dirigeais vers l'endroit où j'avais laissé Yuki, et quand j'arrivais, j'avais beau l'appeler, elle semblait comme sourde. A plusieurs reprises j'ai essayé de lui faire savoir que j'étais là mais.....pas moyen. mon regard se dirigea dans la même direction que le sien, et je vis une famille qui semblait heureuse. C'était eux qu'elle fixait comme ça? Je poussais un soupir avant de passer le plastique avec son sandwich, sa boisson et son dessert juste devant son nez pour être sûr qu'elle le remarque.

"Tiens voilà pour toi, je n'avais pas beaucoup d'idées de choix, je t'ai pris le plus gros sandwich qu'il font là bas...."

Je montrait=s juste du pouce la sandwicherie de loin, gardant un air très inexpressif dans les yeux. Maintenant elle avait de quoi manger et je m'assieds à côté d'elle sur le banc en poussant un soupir. Maintenant que nous étions dans un endroit plus calme, le moment était venu de lui montrer mon visage ainsi que de lui dire mon nom. Je pris doucement ma capuche entre mes mains, la relevant doucement avant de l'ôter complètement et de me tourner vers elle.

"Maintenant que nous sommes dans un endroit plus tranquille, permets moi de me présenter, je m’appelle Toshiro, Toshiro Hitsugaya...."

Mon regard vide et neutre ne la lâchait pas d'une semelle depuis que j'ai prononcé ces mots, j'avais bien hâte de voir comment elle allait réagir. J'espérais qu'elle ne connaisse pas les rumeurs sur moi....ça me mettrait encore plus mal à l'aise...et peut être que cela l'effrayerait de se retrouver en compagnie d'un être comme moi, pas totalement humain...
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Mer 22 Fév - 6:44

Les yeux dans le vaguent, elle regardait droit devant elle. D'abord c'est une famille qu'elle pouvait voir ensuite, ce n'était plus grand chose. Sa vision était floue, comme si elle voyait sans voir. Parfois cela arrivait, regardant dans le vide, elle commencer par voir clairement puis tout d'un coup, sa vision des choses devenait floue.

Le sac qui se balancait devant elle la fit revenir à la réalité. C'est vrai, maintenant elle était là avec cet homme. Qu'est-ce qu'ils allaient faire ensuite ? Qu'est-ce qu'il allait faire d'elle ? Yuki était persuadée d'être sa première esclave, il était son premier maitre ... Par conséquent, elle ne savait pas tellement comment se comporter avec lui. Au départ, elle l'avait tutoyée maintenant elle le vouvoyait, autant dire qu'elle ne savait pas de quelle manière s'adresser à lui. De plus, elle ne le connaissait pas ... Ce n'était pas facile surtout qu'elle ne connaissait pas non plus son nom ou encore son prénom.

Bref, elle prit le sac qu'il lui montrait et le remerciait. Déballant le sandwich, elle commencait à le dévorer comme si cela faisait quatre ans qu'elle n'avait plus rien mangée. Le goût qu'il avait été loin d'être mauvais, c'était plutôt bon disons. Bien sur ça n'avait rien de la grande cuisine mais bon ... Elle n'allait pas se plaindre non plus, surtout que c'était bien l'une des meilleures choses qu'elle avait mangée dans sa vie. Elle mangeait avec empressement manquant de s'étouffer à plusieurs reprises. Sentant que c'était le moment de boire, elle prit la bouteille d'eau et avala une, deux, trois gorgées lorsqu'elle entendu son nom ... Cela eut l'effet d'un choc à tel point qu'elle crachait l'eau qu'elle venait de prendre en bouche et s'étouffait un moment avant de relever la tête vers lui pour le fusiller du regard.

Yuki n'avait jamais entendu aucune rumeur sur lui mais, s'il était bien la personne qu'il prétendait être alors, c'était un des Empereurs des nations et, il n'était tout à fait "humain" mais, cela la gênait peu à ce moment précis. Ce qui la gênait au point de le regardait de cette manière, c'était plutôt le fait que si l'esclavagisme était ici, si elle s'était retrouvée dans une cage avec tant d'autres personnes, c'est parce qu'il ne faisait rien pour l'arrêter. Elle fulminait à l'intérieur, pour changer, elle était plus en colère pour tout les autres esclaves plutôt que pour elle. Pourtant, s'il prétendait vraiment être cette personne, pourquoi l'avait-il aidé ? Pourquoi est-ce qu'il avait dit être d'accord avec ses propos ? ... ça n'avait aucun sens pour elle. Posant tout d'abord sa bouteille, elle se levait et posait son regard sur la sortie du parc de façon à ne pas croiser son regard et à lui tourner le dos.

- Je vous remercie de ce que vous avez fait pour moi Empereur mais, cela est impossible pour moi de rester une seule seconde plus ici. Veuillez m'excuser.

Elle se mit en marche pour sortir d'ici et partir loin de lui. Bien sur sa démarche laissait encore un peu à désirer mais, elle se tenait le plus droit possible pour prouver le contraire. Ses jambes se dérobaient de temps en temps sous elle manquant de la faire tomber au sol mais, elle ne pouvait pas se montrer aussi misérable devant tout ces gens qui la regardait de haut en pretextant qu'elle n'était qu'une esclave. Elle n'appartenait à personne et encore moins à un homme qui avait le pouvoir de changer son statut et ceux des autres mais, qui ne le faisait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Mer 22 Fév - 14:12

Sa réaction...alors que je venais de lui révéler enfin mon identité, fut plutôt brutale et même inattendue. Je pouvais sentir son regard pesant sur moi, alors que nos yeux ne se quittaient pas un seule seconde. Mon expression était neutre, inexpressive...mais la sienne...reposait sur une fureur qu'elle n'arrivait pas totalement à cacher...en même temps pourquoi le ferait elle...? Elle savait donc qui j'étais, ou tout du moins mon nom ne lui était pas inconnu. Quoi de plus normal après tout...? J'étais l'empereur qui dirigeait cette ville, il y a forcement des échos plus ou moins réels sur moi, des rumeurs plus ou moins fausses. Mais cela m'importait peu, il est vrai que les rumeurs ne prennent pas forme pour rien, certains habitants m'admirent...et d'autres éprouvent une profonde haine à mon égard. Ce que Yuki devait penser elle... je l'ignorais, et cela ne m'importait pas vraiment, je n'étais pas du genre à m'arrêter sur ce que les autres pensent de moi.

Le silence était mortel, et l'atmosphère qui au départ semblait plutôt bonne, devint très vite pesante. Je détournais le regard en face de moi, fixant le peu de personnes qui se trouvaient dans ce parc avec nous. Je reportais mon attention sur la jeune femme alors qu'elle se leva, me tournant le dos. Le ton de sa voix ne faisait que me confirmer mon hypothèse, elle avait quelque chose contre moi... Cela la concernait elle personnellement? Ou bien ses pensées de haine envers moi étaient dues à quelqu'un d'autre...? Peu importe, cela ne changeait pas le fait qu'elle voulut partir d'ici, loin de moi, et je n'avais pas pour intention de la retenir. Alors qu'elle marchait difficilement encore vers la sortie du parc, je me pencha en avant, posant mes coudes sur mes genoux et croisant mes bras devant ma bouche. Un air pensif et froid se dessina sur mon visage, fixant toujours devant moi, puis je ferma les yeux avant de soupirer, avant de lui adresser la parole.

"Je ne te retiens pas.....Tu es libre à présent... traces la voie que tu as choisis. Mais saches une chose... cette ville possède des faces bien sombres, une jeune femme comme toi qui ne sait pas où aller, et qui a encore du mal à marcher, devrait faire attention...car tu pourrais bien faire de mauvaises rencontres. Je ne serais pas étonné de te retrouver dans ce marché d'esclave de tout à l'heure....et encore c'est peut être la chose la moins horrible que tu aies à endurer..."

Je pris ensuite appui sur mes jambes avant de me relever à mon tour, me tournant vers le côté opposé de là où se rendait la jeune femme. Je croisais les bras, fixant devant moi, mais cette fois ci, dans mes yeux pouvait être visible une pointe de culpabilité. Le fait que j'étais empereur était sûrement due à son si soudain changement d'attitude. J'ignorais si elle m'entendrait à présent, ou si elle ferait semblant de m'ignorer.

"Toutefois, avant que tu ne t'aventures en ce terrain hostile...j'aimerais que tu me dises une chose...Pourquoi exprimes tu de la haine envers moi? C'est juste pour savoir.... Est ce donc mon statut qui te pousse à changer de personnalité en si peu de temps?"


Peut être ne prendrait elle pas la peine de me répondre, et c'est une possibilité que je n'écartais pas de mon esprit. Mais bon, au moins j'aurais essayé...Comme je le disais si bien, être empereur n'implique pas que des bonnes choses, il y a forcement un lot d'inconvénients et de défaut à en tirer... Rien n'est ni trop blanc, ni trop noir... et c'est ainsi que nous devons accepter la vie qui nous a été donnée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Mer 22 Fév - 19:25

Yuki marchait comme elle pouvait. Ce n'était pas très glamour, loin de là mais, qu'est-ce qu'elle en avait à faire franchement ? C'est à ce moment précis, alors qu'elle marchait maladroitement, qu'elle entendu sa voix. Elle n'était pas désagréable, tellement loin de ce qu'il pouvait être vraiment. Cette voix qui l'avait sauvée si peu de temps avant, elle ne pouvait pas l'ignorer. Certes, elle lui en voulait de ne rien faire contre l'esclavagisme mais, qu'est-ce qu'elle pouvait bien savoir de ce qui le pousser à laisser libre cours à se marché ? C'est ainsi qu'elle aurait du penser si elle n'avait pas été énervée à ce point.

Quelque part, ce qu'il disait n'était pas tout à fait faux. C'est pour cela qu'elle s'arrêtait net. Qu'est-ce qui lui arriverait ensuite ? Qu'est-ce qu'on pourrait bien faire d'elle si des gens aux pensées déplacés venaient à tomber sur elle ? Où irait-elle sinon ? Elle n'avait que lui en ce moment même ...

Ce sont ses mots qui suivirent qui lui fit faire un demi tour. Elle regardait son dos, elle se demandait si elle devait tout lui dire ou non ... Au fond, elle le lui devait bien et puis, cela ne lui comptait rien mais, bizarrement, depuis qu'il avait dit ses mots, la culpabilité c'était emparée d'elle. Elle lui en voulait pour quoi ? ... C'était évident selon elle mais pas pour lui. De ce qu'elle savait, cela ne faisait pas longtemps qu'il était devenu Empereur, c'est celui d'avant qui avait accepté de telles horreur mais, pourquoi ne faisait-il rien contre ? C'est cela qui la chagrinait vraiment. Yuki lui répondit avec une voix douce et posée.

- Je ne comprend pas ... Pourquoi ne faite vous rien contre l'esclavagisme dans votre pays ? Non pas pour moi mais, pour tout les autres. Vous avez prit la peine de me sauver, moi, parmis tant d'autres, pourquoi ? Sur le coup, vous sembliez d'accord avec mes propos ... C'est cela qui m'énerver vraiment. Vous auriez le pouvoir de changer la situation de tout ces pauvres gens qui deviendront pour la plupart des jouets sexuel ... Je me doute au fond que ce n'est pas parce que vous aimez voir ça, mais, plutôt parce que vous n'avez pas vraiment le choix, j'ai vu en vous à ce moment là, lorsque vous êtiez dans le marché et ce, malgré votre visage toujours si inexpressif mais ... Je ne peut m'empêcher de penser à tout ces esclaves. J'ai eu énormément de chance de tomber sur vous, tout le monde ne l'aura pas forcément !

Elle espérait qu'il pourrait la comprendre et lui donner une réponse claire et net. Pour une fois dans sa vie, elle ne pensait pas à elle seule mais, à tout les autres. Pour une fois dans sa vie, elle se souciait des êtres humains qui se trouvaient encore là-bas parce qu'ils avaient été dans la même galére et que certains l'étaient toujours. Son sentiment envers eux n'était en aucune façon de la pitié, en fait, elle ne savait pas vraiment ce que c'était mais, elle se sentait humaine pour changer. Cependant, malgré le fait qu'elle pensait à tout les autres, une autre question était plus importante, toujours sur le même ton elle dit :

- En réalité, je n'aime pas les "humains" ce que je veux surtout savoir ... Regardez moi dans les yeux
Empereur et dite moi simplement si vous aimez ce que vous avez vu là-bas ou non ?


En réalité, c'était surtout cette question qui la travaillait. Selon sa réponse, elle resterait avec lui ou non. Yuki voulait qu'il le lui dise dans les yeux pour voir si oui ou non c'était la vérité. Sans qu'il n'est aucune expression, elle le saurait directement. Elle avait un certain don pour lire dans les gens sans qu'ils n'est besoin d'exprimer vraiment des sentiments sur leur visage ou dans leurs gestes. Avec sa réponse, elle saurait si elle pouvait avoir confiance en lui ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Mer 22 Fév - 20:18

Le son de ses pas s'était soudainement arrêté, ne laissant place qu'à la légère brise qui flottait dans l'air frais. Je restais de dos, les yeux fermés à profiter du silence, mais attendant toutefois de voir si elle me répondrait. Elle pourrait partir si elle le souhaitait, à mes yeux elle était libre...et pourtant elle avait cessé son chemin vers la sortie. Mes paroles l'ont elle atteintes? Je n'en savais vraiment rien, mais quoi qu'il en soit...J'étais bien curieux de savoir...pourquoi elle m'en voulu juste en sachant qui j'étais.


Finalement, elle me l'expliqua clairement, et même temps elle répondit à ma question en m'en posant une autre, la réponse était dans la sienne. Alors le sujet de son changement d'attitude était l'esclavage... Elle me parlait de cela avec une voix si calme, si douce....et si apaisante. J'en avais presque du mal à voir un reproche dans le ton qu'elle employait en m'adressant la parole. Son sort n'était donc pas ce qui l'angoissait le plus, mais celui des autres esclaves qui étaient là bas aussi...oui je pouvais comprendre sa vision des choses. Et oui, elle avait aussi raison, en pensant que je n'étais pas du genre à aimer ce genre de commerce, mais que le choix ne m'était pas vraiment donné... J'avais le pouvoir de changer tout cela, je le pourrais, mais en tant qu'empereur...ce ne sont pas seulement mes envies que je dois prendre en compte, et cela elle ne semblait pas le comprendre, mais je ne lui en voulais pas. Je me disais même qu'il fallait que je le lui explique. De ce fait, je décroisais mes bras pour les laisser retomber le long de mon corps, les poings légèrement serrés, la fixant de mes yeux bleus azurs. Mon regard était toujours et encore le même, mais il y avait de l'honnêteté qui s'en dégageait.

Avant même que je puisse ouvrir la bouche, elle m'arrêta pour me poser une dernière question. Ce que j'ai vu là bas... au marché...non je n'étais pas vraiment envieux de ça, je ne ressentait que peine et frustration à l'idée de ne pas pouvoir faire quoi que ce soit dans un lieu si fréquenté. Je baissa les yeux un instant, puis les fronça légèrement de manière déterminée avant de la regarder à nouveau dans le blanc des yeux, tel tait son souhait et j'allais le réaliser.

"Être empereur.... Cela ne veut pas dire que je peux faire ce que je veux, quand je le veux. J'aimerais mettre fin à ce commerce, crois moi ça m'a révolté quand j'ai vu ça... Mais pourtant je suis resté silencieux et calme. Tu sais pourquoi? Parce que cela n'aurait fait qu'empirer les choses. Même si je parvenais à mettre fin à ce genre de marché, qu'est ce que cela apporterait? Les gens qui ont l'habitude de faire ce type d'achat sont nombreux et se révolteraient contre mon choix, les rues seraient probablement remplies de manifestations, et le chaos s'installerait rapidement. Quant aux esclaves... ils se retrouveraient livrés à eux même dans ce monde où ils ne connaissent rien, obligés de voler pour survivre, parfois violés ou même tués pour le plaisir. En ce moment, certains comme toi peuvent avoir la chance de tomber sur une personne digne et respectueuse de la vie d'autrui, même si, comme tu le dis, ils n'ont pas tous la même chance. Arrêter cela....ça ne ferait que rendre leur vie actuelle encore pire, et je ne veux pas cela."

Je croisais à nouveaux les bras, levant cette fois ci les yeux au ciel avant de pousser un large soupir. Puis je ramenais mon attention sur Yuki, m'approchant lentement d'elle avant d'arriver juste à ses côtés, regardant vers la sortie du parc alors qu'elle, fixait encore la direction où je me tenais plus tôt. Je fermais les yeux avant de poser ma main sur son épaule.

"Je comprends que tu puisses détester les humains, même si je ne sais pas ce qu'il t'ai arrivé par le passé pour que tu en arrives là. Tout comme toi, et je te le dis sincèrement, l'esclavage me répugne, et tout à l'heure, j'aurais voulu t'emmener avec moi sans avoir à payer ce type. Mais tu sais....c'est une spirale infernale, une mauvaise herbe qui repoussera à chaque fois qu'on la coupera. Même si j'instaure une nouvelle loi contre l'esclavage, les habitants feront tout pour élire officiellement un nouvel empereur...et qui sait...celui ci instaurerait à nouveau cette horrible pratique."


J'ôtais ensuite ma main de son épaule, m'avançant légèrement afin de me retourner vers elle, pour la regarder dans le blanc des yeux. J'ignorais si elle comprenait mon point de vue, ou même si elle accepterait mes explications. Mais je lui avais répondu en totalité, et ce avec la plus grande honnêteté dont je peux faire preuve. Ah non, il y a une dernière question à laquelle je n'ai pas répondu c'est vrai. Je souris très légèrement en coin, c'était à peine visible comme sourire.

"Si tu veux savoir pourquoi je t'ai sauvée....Dis toi que tu as eu de la chance que je passais par là...et estimes toi heureuse que cet homme ait voulut te frapper pour que j'intervienne. Je déteste voir les plus fort profiter de la faiblesse des autres, je hais l'injustice... Je ne pouvais pas rester sans rien faire."

Maintenant je pense avoir répondu à touts les questions qui se bousculaient dans sa tête. Le choix était maintenant sien, c'était à elle de choisir de me suivre et de vivre sa nouvelle vie en ma compagnie, ou bien de partir de son côté dans le risque de subir encore pire avenir qu'elle n'avait avant. Car oui, je comptais bien, si elle acceptait, l'emmener habiter chez moi....pas comme un esclave non, mais comme un membre de ma famille...cela faisait tellement longtemps que je n'avais pas ressentis cela.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Jeu 23 Fév - 6:19

Yuki ne bougeait pas d'un pouce. Elle attendait, espérait qu'il répondrait à toutes ses questions, qu'il serait capable de rassurer sa peur qui grandissait toujours au fond d'elle-même. Cette peur d'entendre des mots venant de lui qui lui déplairait, pourquoi est-ce qu'elle se sentait comme ça vis-à-vis de lui ? D'habitude, elle lui aurait dit adieu et serait partit comme si de rien n'était, retrouvant par la même occasion sa liberté qu'elle avait si durement gagnée par le passé. Mais là, bizarrement, son avis comptait beaucoup pour Yuki. Pour une fois dans sa vie elle voulait croire en quelqu'un et, cette personne en qui elle voulait croire, étrangement, c'était lui.

Lorsqu'il se mit à parler, son coeur s'était arrêté, attendant de connaître toute l'histoire pour recommencer à battre. Cette sensation était une nouvelle expérience, l'anxiété, l'angoisse de savoir ce que quelqu'un d'autre qu'elle puisse penser ... Heureusement, il pû retrouver un battement régulier et "normal" par la suite. L'Empereur était d'accord avec elle, maintenant, elle comprennait aussi pourquoi il ne faisait rien contre ça. Quelque part, elle savait pertinement qu'il avait raison. Ce n'était pas sa faute à lui, mais, à ce que les gens d'avant avaient fait de cette ville. Il ne pouvait plus corriger le passé.

- Merci ... Merci d'avoir été honnête avec moi.

Regardant toujours dans la même direction, Yuki soupira légèrement. Voulait-elle rester avec lui ? Après tout, il avait répondu à toutes ses questions, elle pourrait donc toujours lui parlait avec franchise, elle aurait des réponses à ses angoisses. Son sentiment de confiance qu'elle ne connaissait pas non plus, apparaîssait pour la toute première fois. C'était la première fois, qu'elle se sentait en sécurité prés de quelqu'un. Si cela n'avait tenu qu'à elle, elle aurait dit : Je vous suis. Mais, avec son statut cela ne ferait pas plus d'histoire ? Oui, les gens, le peuple pourraient le voir en compagnie d'une esclave mais, ils comprendraient aussi très vite qu'elle n'était pas vraiment traitée comme telle ... Cela ne ferait-il pas des rumeurs qui pourrait lui nuire ?

Yuki regardait ses yeux qu'elle trouvait si magnifique, elle cherchait aux fond d'eux la réponse à sa question. Pouvait-elle vraiment rester à ses côtés ou non ? En avait-elle le droit ? D'un côté, elle pensait à lui, à ce que pourrait engendrer sa présence dans sa vie de tout les jours, d'un autre côté, elle était égoïste, elle se disait qu'elle ne pourrait probablement plus jamais ressentir un tel sentiment de confiance envers quelqu'un ... Elle réfléchissait encore et encore, jusqu'au moment ou elle décidait d'être comme elle avait toujours était ... Détestant les humains, elle n'avait toujours pensée qu'à elle-même.

- Si vous le voulez bien, je crois ... Que je vais vous suivre pendant un bon moment.

Elle souriait alors que ses mots traversaient ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Jeu 23 Fév - 14:31

Sur le coup, j'ai étais pris par la crainte d'avoir été un peu trop bavard dans mes justifications, peut être que Yuki n'avait pas besoin d'en entendre autant... De toute façon, ce qui est dit est dit, et je ne pouvais plus faire marche arrière sur mes propose à présent. Et puis après tout....pourquoi le ferais je? J'ai été sincère jusque dans mon âme, mes mots sortaient de mon cœur. Mais maintenant c'était à elle de décider comment elle prendrait mes explications. Mal ou bien, cela n'avait pas d'importance actuellement, tout ce que je voulais savoir, c'était sa décision sur ce qu'elle ferait par la suite. Me suivrait elle? Ou bien restera t-elle sur son choix de séparer nos chemins ici même? L'issue de notre rencontre allait se décider uniquement par ce qu'elle déciderait, je ne l'obligerait en aucun cas à faire un choix qui lui donnerai l'impression de ne pas pouvoir en faire justement.

Je la regardais sans cesse, ayant effacé mon peu visible sourire au coin de mes lèvres. Et au fond de moi, je fus quelques peu soulagé quand je l'entendis me remercier comme elle le faisait. Elle semblait heureuse que j'ai été honnête avec elle, mais je pense surtout que tout le plaisir est pour moi de lui avoir ôté un horrible doute sur la conscience. Malgré ses remerciements, quand elle me fixa de son regard mauve, j'avais l'impression de lire comme de l'anxiété en elle....A quoi pensait elle à ce moment là? Quelles genres de questions pouvait elle se poser à elle même à cet instant précis? Je ne voulais pas le lui demander et la mettre mal à l'aise....même si après ce qu'il s'est passé, c'est plutôt superflu de croire cela. Finalement, elle entrouvrit les lèvres pour y laisser échapper ce que je pourrais qualifier comme une demande.

Si elle voulait réellement me suivre, alors je n'allais pas le lui refuser, pas maintenant, pas après ce que nous avons vécu aujourd'hui même. Son sourire qui avait disparu était de retour, et cela me rendait quelques peu joyeux au fond de moi, mais j'avais du mal...je n'arrivais pas à lui rendre le même sourire. Au lieu de cela, je fermais les yeux en poussant un léger soupir, puis je les rouvris avant de poser ma main sur sa tête, mon regard toujours neutre, mais la fixant toujours d'une manière assurée.

"Je n'y vois pas d'inconvénient, dans ce cas je te proposes de venir avec moi et de découvrir à quoi ressemble ton futur chez toi, qu'en penses tu?"

Je n'attendis pas vraiment sa réponse, je passa à côté d'elle en marchant lentement, me dirigeant vers la sortie du parc. J'ai à peine fait trois pas que je croisais les bras avant de me retourner à nouveau dans sa direction. Un air apaisé et à la fois amical se dessinait sur mon visage, lui montrant qu'elle pouvait avoir toute confiance en moi.

"Et au fait, si tu veux me tutoyer alors ne te retiens pas, et évites aussi de m'appeler "empereur", cela me donne l'impression d'être un être suprême qui peut se permettre de regarder tout le monde de haut, chose que je ne suis pas du genre à faire."

C'est vrai quoi, être l'empereur de cette cité ne voulait pas dire que l'on devait m'appeler comme ça tout le temps, j'ai un prénom comme tout le monde. J'en ai les responsabilité ainsi que la force, mais "Empereur" ne reste à mes yeux qu'un titre, cela ne me changera pas du jour au lendemain si on venait à m'appeler autrement, je resterais le même que je suis, et ce pour toujours. Je ne le reprochais pas à Yuki de m'appeler ainsi, elle ne pouvait pas s'en douter et je préférais qu'elle le saches maintenant, pour que nous puissions échanger des discussions normales entre nous sans avoir une sensation d'infériorité ou de supériorité vis à vis de l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Ven 24 Fév - 8:31

Yuki souriait. C'était tellement peu habituelle pour elle. Depuis toujours, sourire était une marque de faiblesse qu'elle ne pouvait se permettre dans ce monde. Il avait donc disparu durant un bon moment. Alors, pourquoi est-ce qu'aujourd'hui c'était si simple pour elle de sourire ? C'est pas que cela la perturbait ou quoi mais, c'était étrange. En plus, son sourire était destiné à un homme ... Autant dire que c'était bien la première fois qu'elle souriait à un homme de cette manière si douce et si posée. La façon qu'il avait de se comporter avec elle, lui touchait la tête, l'épaule, bizarrement, contrairement aux autres cela ne la dérangeait pas. D'habitude, elle aurait enlevée vivement sa main en lui rétorquant de ne pas la toucher aussi aisément mais, pas aujourd'hui, pas avec lui.

Encore une fois, sans le vouloir ou peut être était-ce prémédité, l'Empereur la rassurait avec ses mots. Il ne voulait pas avoir l'impression de lui être supérieur. Yuki ne pouvait dire si c'était pour son propre confort ou pour le sien mais, cela lui fit plaisir tout de même. A tel point qu'elle se mit à sourire de toute ses dents. Le vent c'était levé, elle le sentait dans ses cheveux.

- Certes, comment dois-je t'appeler alors ?

Oui, il avait précisé qu'elle n'était pas obligée de le vouvoyer, de l'appeler Empereur mais, alors devait-elle dire son nom ou bien son prénom ? Lui, il disait bien son prénom donc, elle ne savait pas si elle en avait aussi le droit ou pas ... Yuki se retournait et regardait au loin toujours avec le sourire. Ses yeux clos, elle faisait tout pour sentir le vent carressait ses cheveux, sa peau ... Quel bonheur de pouvoir sentir aussi librement l'air.

- J'ai hâte de voir quel tournant ma vie va prendre. Une nouvelle maison, une nouvelle "famille", autant dire, une nouvelle vie. J'ai l'impression de renaitre !

C'est à ce moment là qu'elle se retournait vers lui, toujours avec le sourire. Ses yeux allérent rencontrer les siens, décidément, ils étaient splendide d'ailleurs elle ne pû s'empêcher de le dire à voix haute. Parfois, quelques pensées lui échappait.

- Tes yeux sont magnifique. Ce bleu est vraiment splendide !

Il eut un blanc avant qu'elle ne se rende compte de ce qu'elle venait de dire. Elle rougit légèrement, un peu gênée. C'était bien la première fois qu'elle était aussi gentille avec un homme et qu'en plus de cela, elle le complimentait. N'importe qui aurait été gêné d'avoir dit un truc pareil à une première rencontre.

- Pardon, c'est sortit tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Ven 24 Fév - 17:21

Comment pouvait elle m'appeler? Cela était une excellente question, je dois dire que je n'y avais pas tellement réfléchis. Mais il est vrai que nous allions sûrement habiter sous le même toi pendant un long moment, alors mieux vaut mettre ce genre de chose au point immédiatement. En tout cas je pouvais déjà effacer l'idée qu'elle m'appelle "Maître" de mon esprit, cela me déplairait beaucoup trop, ça me donnerait la sensation qu'elle n'ait qu'une esclave comparée à moi. Mais dans ce cas, que pourrais je lui proposer comme manière de m'appeler quand elle prend la parole envers moi? Je poussais un grand soupir en croisant les bras, et son large sourire me laissait penser qu'elle avait toute confiance en moi, tout du moins c'était ce que j'avais l'impression de ressentir. Je fermais les yeux, ayant l'air de réfléchir quelques secondes, pendant ce court silence entre nous, le vent se mit à souffler doucement, glissant dans nos cheveux et sur notre peau. L'air était frais, je trouvais cela plutôt agréable. Je rouvris les yeux en la regardant, un air un peu désintéressé s'affichait cette fois sur mon visage.

"Huuum, Y'a pas mal de possibilités je dois dire... Toshiro-Kun, Hitsugaya-san...ou même tout simplement Toshiro....A toi de voir comment tu voudrais m'appeler. Ne m'appelles surtout pas "Maitre", ça me donnerait la même sensation que "Empereur". Et qui sait, plus tard quand nous nous connaîtrons mieux tu seras libre de me trouver un surnom....mais d'ici là, fais comme bon te semble."

Puis elle se retourna à nouveau vers moi, affichant un large sourire, elle me fixais tellement que je croyais avoir un truc sur la figure qui la perturbait ou même qui la faisait rire. J'étais sur le point de lui demander pourquoi me fixait elle d'un air si enjoué, mais en fait, quand elle reprit la parole, je compris immédiatement ce qui lui trottait dans la tête. Je me sentis un peu gêné sans le montrer quand elle mentionna la beauté de mes yeux bleus émeraude. J'haussais un sourcil de curiosité, puis je baissa doucement le visage vers le sol en fermant les yeux, un air un peu plus neutre, inexpressif comme toujours.

"On ne m'avait jamais dis ça avant....Cela fait bizarre...Pour la première fois, quelqu'un me fait un véritable compliment en le pensant sincèrement...Je ne saurais l'expliquer....c'est agréable..."

Même si je disais que c'était agréable, je ne souriais pas... C'était trop peu pour que je me mette à sourire de la même manière qu'elle le faisait... Que voulez vous, j'étais froid à l'intérieur, un véritable glaçon....même si ma nature sympathique laisserai penser le contraire. Quand je releva le visage, je vis qu'elle rougissait légèrement, était elle gênée de ses propres paroles? C'était fort probable. Elle alla même jusqu'à s'excuser, des excuses plutôt inutiles pour moi puisqu'elle n'avait rien dit d'offensant.

"Ne t'inquiètes pas, tu as dis ce que tu pensais. Au fait, je n'aime pas tellement que l'on s'excuse pour un rien envers moi. Gardes tes excuses pour le jour où tu feras quelque chose de vraiment grave à mes yeux... "

Puis je m'approchais d'elle, me plaçant à ses côtés avant de la regarder en penchant légèrement la tête sur le côté. C'était pas le tout mais on allait vraiment finir par prendre racine si on restait ici encore trop longtemps.

"Bien, te sens tu prêtes à y aller? Nous aurons tout le temps de parler et d'apprendre à nous connaître une fois à la maison. De plus je crois que tu as besoin d'une bonne douche, être à genoux dans une cage sans arrêt, tu dois être un peu sale, vaut mieux que tu sois à l'aise le plus vite possible."
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Sam 25 Fév - 12:24

Est-ce que Yuki pouvait vraiment appeler l'Empereur de cette ville par son prénom ? Au début, cette idée était un peu bizarre mais bon, pourquoi pas. Après tout, ce n'était qu'un "humain" comme n'importe qui d'autre. S'il disait qu'elle pouvait l'appeler ainsi alors elle ne le ferait pas répéter deux fois.

Alors qu'elle allait essayer de dire son prénom, il commencait à parler. Elle l'écoutait simplement, surtout après ce qu'elle venait de dire. C'était très gênant mais, en même temps, les mots avaient simplement traversés ses lèvres sans qu'elle ne l'ait vraiment souhaitée. Toutefois, ce qu'elle venait de dire, elle le pensait vraiment. Ses yeux étaient magnifique, personne ne pourrait dire le contraire.

Yuki ne devait pas s'excuser pour rien ? En réalité, ses excuses n'en étaient pas vraiment la plupart du temps. C'était sur le moment, elle avait dit désolée parce que ce qu'elle avait dit été gênant, parce que cela aurait pu le gêner ou bien le mettre mal à l'aise donc, elle avait dit pardon.

- Oui, je suis prête à y aller ... Toshiro, allons-y ! J'ai hâte de voir cette maison dont je vais faire partie maintenant et aussi de pouvoir prendre une douche.

Elle se mit à sourire avant d'aller vers la sortit du parc. Sa démarche continuait d'être un peu bizarre mais, elle pouvait maintenant marcher toute seule et, comme elle ne voulait pas l'embêter, elle ne dit rien. C'était bon de sentir son corps bouger, de se dire que l'enfer des cages était terminé ... Elle avancait avec un leger sourire sur le visage avant de s'arrêter net. Par où devait-elle aller au juste ? Se retournant d'un coup, elle le regardait à nouveau dans les yeux avec un air sérieux.

- Où allons nous au juste ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Sam 25 Fév - 14:19

Son enthousiasme faisait vraiment plaisir à voir il faut dire, c'était l'une des rares fois que je parvenais à donner le sourire à quelqu'un, et encore plus à une jeune fille comme Yuki. Apparemment je n'aurais pas besoin de lui rappeler comment m'appeler, elle s'était déjà mise à mentionner mon prénom quand elle m'adressa la parole. Ben au moins, je sentais qu'avec elle, les choses seraient rapides, elle était vraiment vive d'esprit. Je ressentis comme une certaine impatience qui se dégageait de Yuki, quand je la regardais prendre de l'avance d'un pas enthousiaste mais toujours un peu maladroit en direction de la sortie du parc. Je la regardais s'éloigner doucement, affichant un léger sourire en coin, puis quand celle ci se retourna à nouveau vers moi avec un regard un peu plus sérieux, j'effaçais immédiatement mon petit sourire de mes lèvres.

Où Allions nous? C'est vrai qu'elle est parti devant, mais sans savoir où aller précisément elle n'allait pas se rendre bien loin. Ah la la, il me faudra quand même un peu de temps pour m'habituer totalement à elle, elle avait non seulement un enthousiasme à toute épreuve, mais je sentais qu'elle pouvait parfois avoir un caractère bien trempé, tant mieux...cette idée me plaisait. J'aurais eu du mal à me faire à l'idée qu'elle fasse tout ce que je lui demande sans rechigner, ça ne ferait que rendre nos journées bien ennuyeuses. Alors qu'une jeune fille avec un arrière caractère rebelle dans l'âme, ça mettrait un peu de piment dans ma vie de tous les jours. Allez savoir pourquoi je ressentais ce besoin d'avoir un peu de mouvement dans ma vie monotone....

Bref, je m'avançais vers elle sans dire un mot, puis une fois arrivé à sa hauteur, je posais mes mains sur mes hanches en regardant vers la droite de la sortie.

"Nous allons... dans un endroit de la ville où il n'y a pas de buildings, pas de bruits....un endroit où le calme est le maître....mon chez moi...ou devrais je dire à présent, notre chez nous."

Je remonta la capuche de mon manteau beige sur ma tête avant de me mettre doucement en route, prenant tout mon temps pour que Yuki puisse me suivre. Elle avait encore un peu de mal à marcher mais semblait pouvoir se mouvoir d'elle même à présent, je n'allais pas toujours être derrière elle pour l'aider.

"Si tu aimes le calme tout comme moi, tu devrais t'y plaire....suis moi à présent, mettons nous en route."
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   Sam 25 Fév - 15:14

Yuki était donc partie toute seule devant mais, elle ne savait pas où aller. C'était pour cela qu'à présent elle attendait qu'il lui réponde afin de pouvoir continuer à avance avant de ne plus pouvoir marcher du tout. Parce que, certes, Yuki allait un peu mieux que tout à l'heure mais, elle savait très bien que son corps ne suivrait pas indéfiniment et, elle ne souhaitait pas causer plus d'ennuie qu'elle n'en donnait déjà. Toshiro avait été gentil avec elle depuis le début, il l'avait sortit de sa cage, il l'avait "achetée", lui avait rendu sa liberté ... Elle ne voulait pas non plus qu'en plus de tout ça, il devait la porter jusqu'à chez lui. En plus de ça, c'était gênant d'être tenu par quelqu'un d'autre, sa fierté ne lui autorisait pas vraiment.

Sa remarque lui avait fait plaisir. Yuki sentait que cette maison était à l'écart de tout ou presque, c'était parfait. Elle qui n'aimait pas les humains, elle voyait une certaine ressemblance avec lui apparament. Peut être qu'il aimait un peu plus les humains qu'elle, parce que, c'était difficile de faire pire qu'elle mais, il ne semblait pas non plus leur porter un amour aveugle. Cela la rassurait bizarrement ... En même temps, se voir vivre avec un homme collant parce qu'il aime trop les humains, parce qu'il ne voit que par eux ... Non merci, très peu pour notre amie.

- J'aime le calme. Les humains, le bruit, ils m'insupportent. Rentrons chez nous au plus vite donc ainsi je pourrais voir ma nouvelle maison.

Elle souriait et se remettait en marche, suivant de près Toshiro pour ne pas se perdre en chemin. Vu qu'elle avait du mal à marcher, ça n'aurait pas été si difficile que ça pour elle de se perdre. Elle n'avait pas "peur" de se retrouver seule dans les rues mais, elle préférait de loin être avec lui plutôt que tout seule. C'était un peu normale après ce qui venait de lui arriver. Pour l'instant, tout ce qu'elle voulait, c'était d'arriver à sa nouvelle maison pour pouvoir se reposer et reprendre des forces. Comme ceci, elle pourrait oublier tout ses mauvais souvenirs qui la rongeait au fond.

- J'ai définitivement hâte d'arrive le plus vite possible ... J'espère que c'est pas trop loin non plus !

Elle se parlait pour elle-même et non pas pour lui. Oui, Yuki aimait bien se parler à elle-même de temps en temps ... Souvent, les autres trouvaient ça étrange mais, elle n'en avait que faire de ce qu'ils pouvaient bien penser après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sortez moi de là ! [PV Toshiro]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sortez moi de là ! [PV Toshiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» présentation: Toshiro Abarai XIII
» Présentation de Hitsugaya Toshiro
» La mort la plus lente de tout le cinéma : Sortez le pop-corn
» Sortez vos chapeaux de fêtes et vos divers accessoires de festivités.
» Xaverso Lee [Aventurier]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPs-