AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Maliko Masashi... Esclave à côté de la plaque | Fiche terminée |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: Maliko Masashi... Esclave à côté de la plaque | Fiche terminée |   Lun 7 Nov - 17:54


Masashi
Maliko




    Masashi
    Maliko
    20 ans
    Esclave, et futur rebelle infiltrée




Dans mon monde à moi, il n'y a que de la vodka... Et des chupaaa ! ; Psychologie.


« Je serais ton pire cauchemar mouahahaha... Aïe, il sort d'où ce poteau ?! J'ai eu bobo, me faut un verre pour que ça passe ! »

Maliko est la douceur même, aussi fragile que les ailes d'un papillon, et d'une pureté hors du commun. Enfin ça c'est ce qu'elle vous dira, avec sa petite bouille d'enfant innocent et son sourire constant, une véritable apparence inoffensive. En vrai, on remarque vite que c'est tout autre chose. Un démon dans un corps d'ange.
Très hyperactive, si vous voyez une petite chose brune non identifiée passer sous votre nez, cherchez pas, c'est notre protagoniste qui vient de s'empêtrer dans une histoire quelque peu délicate. Oui, elle adore avoir des ennuis, c'est son dada, et celle ci n'hésitera absolument pas à vous entraîner dedans. Toujours plus drôle d'attirer les ennuis aux autres. Et le pire c'est qu'à la fin, elle niera sa responsabilité en bloc. Et pas la peine d'essayer d'avoir raison, vous aurez tord, même avec tous les arguments du monde et les preuves que vous aurez, mademoiselle gardera sa fierté en disant simplement « Tu m'as suivis, t'assume ! ». Oui, c'est une peste, parce qu'en plus, la jeune femme fera absolument tout pour vous pousser à bout avec son petit regard enfantin et pétillant. Et si jamais elle se fait engueuler ou qu'elle se prend un coup, c'est les grosses larmes de crocodile qui arrivent avec une excuse minable dans le genre « je savais pas que tu l'avais mal pris », avec une petite moue boudeuse, où l'on croit vraiment qu'elle n'a pas fait exprès... Enfin jusqu'à ce qu'elle recommence. Mais, à la fin on s'y habitue... Sauf si vous avez abandonné l'idée de la fréquenter. Là, c'est encore assez difficile puisqu'elle vous collera si elle a décidé de faire de vous une victime potentielle. Celles qu'elle préfère ? Les calmes qui ont l'air gentil... Parce qu'elle n'est pas non plus complètement idiote, elle sait très bien que c'est eux qui hésiteront le plus à la frapper et qui s'en voudront le plus si ça arrive. Enfin, ça marche pas à tous les coups, mais elle n'a pas compris la leçon.
Si ça s'arrêtait là, Maliko ne serait pas une véritable peste. Si si, le pire reste à venir... La demoiselle adore râler, à croire que c'est une passion. Il y aura toujours un truc qui n'ira pas, et elle le fera remarquer sans le moindre tact, laissant croire qu'elle n'est jamais contente. Le bon côté, si c'en est un, c'est que ça fait partit de sa franchise, si elle vous aime pas, la jeune femme n'hésitera pas vous le faire sentir, si elle vous aime bien, elle vous le dira pas et vous enquiquinera encore plus... Sans oublier qu'elle a toujours réponse à tout, donc impossible d'avoir le dernier mot avec la demoiselle. Et si vous y arrivez, cette gentille fille vous mord. Elle est mignonne n'est ce pas ?

Heureusement, elle est très souvent de bonne humeur, un mini soleil à elle seule, première à dire les blagues les moins drôles du monde, ou à faire les choses les plus improbables... Le ridicule ne tue pas, comme on dit
La jeune femme est aussi très maladroite, si elle croise malencontreusement une fenêtre, par exemple, vous pouvez être sûre que le dit objet gagnera à tous les coups contre elle. Oui, elle sera obligée de se la prendre. Pas sa faute, (c'est jamais le cas, elle est la douceur et le calme même, faut pas oublier) c'est la fenêtre qui est attirée par elle. Faut comprendre, elle a un charme fou... Oui, oui sa répartie et son humour sont proportionnels à sa maladresse. Ce qui donne une répartie catastrophique et un humour à tout épreuve. D'ailleurs c'est un des meilleures remèdes pour elle. La situation est stressante ou lourde, compter sur elle pour détendre l'atmosphère. C'est peut être pour ça que ses proches l'ont pas encore tué à cause de son côté peste...

...Et alcoolique. On dirait pas comme ça, avec son petit minois d'enfant sage, mais elle ne met pas à côté mais alors, vraiment pas. Et le pire c'est qu'elle tient merveilleusement bien. Sans doute parce que Maliko bouge encore plus dans tous les sens, donc l'alcool disparaît assez rapidement. Le bon côté c'est qu'elle vous lâchera pendant quelques temps, et vous pourrez respirer, le mauvais... C'est quand elle reviendra. Elle sera rarement seule, et la plupart du temps c'est avec ses amis les ennuis. Et la seule explication sera un « c'est lui qui a commencé ! » enfin si elle est capable de vous en fournir une... Ce qui n'est pas gagné !

« Je te boude si tu pars !... Nan, pars pas s'il tout pléééé ! »

Bavarde invétérée, c'est plutôt rare de la voir silencieuse. En fait, c'est même très mauvais signe... Soit elle réfléchit (et pour la faire réfléchir, il faut aller très loin...) soit elle est inquiète, ce qui n'est pas mieux. Mais, au moins la jeune femme a toujours un sujet de conversation... Attention, j'ai pas dit qu'elle serait intéressante. Et n'allez pas vous étonnez si elle passe du coq à l'âne pour revenir dix minutes après, au coq. C'est comme ça, c'est le bordel dans sa tête. Enfin, si c'était seulement dans la tête... Ses proches râleraient beaucoup moins en voyant sa chambre

Avec tout ça, on l'aura compris, elle hait être seule. Pas qu'elle paniquerait, non loin de là. Maliko trouve ça, juste très ennuyeux. Alors quand il n'y a personne autour d'elle, la jeune femme a trouvé LA parade : parler toute seule. Non, non elle n'a pas d'ami imaginaire, et elle s'en rend parfaitement compte. C'est juste que le silence, elle n'aime pas du tout.

Avide de liberté dans tous les sens du terme, la demoiselle est indépendante, avec un soupçon de rebelle attitude. Bon ok, elle est très rebelle ce qui la rend plus difficile à canaliser, sans oublier qu'elle est impulsive et un peu à côté de la plaque par rapport aux autres, ça donne un petit cocktail explosif qui la rend inoubliable, mais adorable... Enfin presque, si on met de côté qu'elle adore énerver les gens. Bref, elle est horriblement indomptable et imprévisible, donc difficile d'avoir une subordonnée/esclave comme elle. Le bon côté, c'est qu'elle ne sera jamais chef de groupe. Sauf s'ils sont tous des bras cassé... Là vaudrait mieux prier pour ne pas qu'elle fasse exploser une maison sans faire gaffe.

« Des fois, je suis super méga sérieuse !... Si si, je t'assure ! »

Et dernière ce bout en train proche du messager de l'apocalypse avec tout ce qu'elle fait, se cache une demoiselle avec une forte personnalité, et une intelligence insoupçonnée (Si on met de côté la logique, vu qu'elle n'en a aucune), parce que mine de rien Maliko analyse les gens en peu de temps, mais surtout les gestes, s'en même qu'elle ne s'en rende réellement compte, tellement cela lui est naturelle.

Très je-m'-en-foutiste même pour les sujets les plus graves, vous obtiendrez rarement la sympathie de la demoiselle dans vos malheurs. C'est la vie, et elle n'épargne personne, alors Maliko préfère sourire, et mettre de côté les choses les plus noires de l'existence. Surtout lorsqu'il s'agit du passé, ce qui est fait est fait, et ce n'est pas la peine de se charger de remords ou de regrets qui empoisonnent plus qu'autre chose. Cependant, elle ne mettra pas son grain de sel dans une votre vie privée, sauf si bien évidemment vous l'y entraînerez, à son plus grand bonheur, elle doit se l'avouer, même si elle ne fera que râler, sa curiosité innée la poussera toujours à connaître les personnes que la jeune femme rencontrent, sans pour autant se montrer envahissante avec des questions indiscrètes. De plus, elle pourrait se révéler bien plus mature dans ses réflexions, que les gens peuvent croire... Elle est pleine de surprise !

Dont une qui pourrait en étonner plus d'un... Maliko n'a vraiment aucune confiance en elle. Sauf lorsqu'il s'agit de faire rire les autres. Sinon, elle reste volontiers en retrait pour laisser la place aux autres. Et oui, notre hyperactive connaît la peur et c'est bien ça qui l'embête, puisqu'elle a parfois du mal à aller de l'avant. Tester de nouvelle choses l'intéresse mais si cela comporte un risque pour les autres... Disons qu'il faudra la pousser et la rassurer avant que la demoiselle accepte. En fait, pour tout ce qui relève du « sérieux » la jeune femme se montrera très craintive, et dira simplement qu'elle est incapable de faire telle chose, alors qu'elle pourrait bel et bien y arriver. Mais le stress c'est pas pour elle, et Maliko ne veut en aucun cas avoir des responsabilités qu'elle estimerait trop lourde à gérer.

Je suis pas petite, c'est vous qui êtes grands ! ; Physique.


Maliko est une jeune demoiselle assez petite, puisqu'elle ne mesure que 1,55m. Et celui qui ose dire qu'elle a loupé sa croissance aura le droit à un coup de pied aux fesses. Elle n'en complexe pas particulièrement, d'ailleurs elle s'en amuse plus. Le monde est bien plus beau vu d'en bas, et c'est plus facile si on ne veut pas se faire voir ou se faufiler où on veut. Le mauvais côté, c'est qu'elle est plutôt facile à maîtriser, et très facile à porter, puisqu'elle ne fait que 43kg. Et oui, elle est très fine, pourtant ce n'est pas faute de manger comme quatre aux heures de repas. Enfin, quand elle montre le bout son nez, ayant plutôt l'habitude de faire des grasse matinées, elle loupe souvent le petit déjeuner et le déjeuner. Sans oublier, qu'elle bouge dans tous sens. Pour elle, impossible de rester sans rien faire, ou de simplement regarder les nuages, elle doit se dépenser physiquement pour se sentir bien. Elle est donc très fine, et le fait d'être japonaise ne l'aide pas à avoir des formes pulpeuses comme les européennes. En fait, Maliko pourrait être qualifiée de planche à pain, mais ça ne la dérange pas, estimant que ça lui va très bien comme ça, même si elle rêve secrètement d'en avoir un peu plus pour faire plus... femme. Son physique qu'elle estime toujours enfantin la fait légèrement complexée, heureusement c'est seulement quand elle y pense. Et ce n'est pas très souvent.

Une peau hâlée à force de rester au soleil, et du fait de sa nationalité, la demoiselle montre un épiderme aussi doux que celui d'un bébé, cependant, elle marque très facilement, même en se cognant légèrement, cette dernière se retrouve avec un bleu. Ce qui la fait à chaque fois râler. Quelques cicatrices presque invisibles, comme aux genoux, aux coudes ou même aux cuisses, du faits de ses nombreuses péripéties alcooliques, où elle s'est retrouvée plusieurs fois à l'hôpital pour un ou deux points de suture. Dure d'être une cascadeuse débutante... Maliko a aussi un tatouage d'une fleur de lotus dans le bas du dos, qu'elle affectionne particulièrement.

Des cheveux bruns et long, dont elle prend énormément soin. Si elle se fiche complètement du maquillage ou de ses ongles... A l'opposé, il ne faut pas toucher à ses cheveux. Mettant un point d'honneur à les rendre brillants et plein de vie, c'est simple, si elle pouvait aller chez le coiffeur tous les jours, elle irait sans problème. Pourtant, cette dernière déteste les laisser détachés, ne trouvant pas très commode de les avoir dans les yeux ou dans la bouche. Alors, elle met des petits noeuds histoire d'être tranquille.

Quant à ses yeux, de couleur ambres, que personne n'est pas capable de dire de qui elle les tient, sont souvent pétillants de vie, et révèlent sans problème son caractère enfantin. C'est assez simple, bien qu'elle sache parfaitement mentir, la demoiselle a prit l'habitude de s'exprimer avec son regard. Surtout lorsqu'elle est énervé, ça bizarrement, elle n'arrive pas à le cacher...

Question style vestimentaire, disons qu'elle prend ce qu'elle trouve, bien qu'elle aime porter des couleurs clairs aimant particulièrement le blanc et le bleu clair. En fait, tant qu'ils sont confortables et que cette dernière n'a pas l'impression d'être habillée comme un sac à patate, Maliko ne va pas rester des heures devant le miroir pour savoir si telle chose lui va ou pas. Bien qu'elle aime avoir des avis...

Particularité : La demoiselle est obligée de porter des lunettes lorsqu'elle lit, sinon elle a des migraines pas possible à se cogner la tête contre un mûrs


Sur les traces de l'indiscret ; Identité.


      ▬ Nom : Masashi
      ▬ Prénom : Maliko
      ▬ Surnom : Koko
      ▬ Âge : 18 ans
      ▬ Sexe : Féminin

      ▬ Orientation Sexuelle : Hétérosexuelle
      ▬ Fantasme : Se baigner dans une piscine de vodka

      ▬ Cicatrices : Oui quelques unes
      ▬ Troubles Physiques : Non

      ▬ Rêve : Que les chupa chups à la vodka existent
      ▬ Crainte : Perdre sa joie de vivre
      ▬ Troubles Mentaux : En apparence... Un déficient mental

      ▬ Odeur Préférée : Celle de la forêt
      ▬ Style de Musique : Rock Alternatif
      ▬ Citation Favorite : La vie déteste qu'on la prenne au sérieux
      ▬ Couleur la plus Appréciée : Bleu
      ▬ Fleur Préférée : Lotus
      ▬ Animal Favori : Tigre

      ▬ Race : Humain
      ▬ Nationalité : Japonaise
      ▬ Statut Social : Esclave
      ▬ Pouvoirs : Aucun

      ▬ Forces : Sa ruse ?
      ▬ Faiblesses : Est incapable de voir le danger
      ▬ Avis sur la situation actuelle des choses : "Les méchants sont méchants, et les gentils sont méchants aussi" (Oui, elle vit dans un monde de bisounours)


Lumière sur l'Obscurité ; Biographie.


Une petite fleur comme les autres est née le 1er Mai à Tokyo sous le nom de Maliko Masashi. Elle était unique aux yeux de ses parents, puisqu'ils avaient eu beaucoup de mal à avoir un enfant. Ses deux parents étaient nés de parents une classe moyenne. Tous deux avaient réussi à gravir les échelons puisque son père est devenu ambassadeur, et sa mère PDG d'une grande entreprise. Ils voulaient offrir la meilleure vie à leur fille. Bien malheureusement, ils avaient oublié l'importance que pourrait avoir leur présence.
Néanmoins, Maliko loin d'être seule, gardée par une nourrice qu'elle adorait particulièrement, ses premiers pas, elle les a fait devant cette dernière, Asayo. Bien que ses parents étaient loin d'être des étrangers à ses yeux. Ils passaient du temps avec elle. Et à un âge où on ne comprend pas beaucoup les choses, la petite ne réclamait rien lorsqu'il s'agissait de voir ses parents. Couverte de cadeaux, et d'amour, elle a vécu une enfance épanouie, bien qu'elle était capricieuse. Un tempérament hyperactif, et malicieux, c'est sous les rires et les reproches des adultes qu'elle commença à se construire.

C'est un peu plus tard, qu'elle voulut la présence de ses parents. Lorsqu'elle comprit ce qu'était réellement le sens d'un père et d'une mère. Bien qu'elle adorait toujours autant Asayo, ce n'était pas la même chose. A l'école, les enfants passaient du temps avec eux, ce qui développa une certaine jalousie envers ces derniers, sans qu'elle ne se rende réellement compte. Néanmoins, elle était aimée de ses camarades, vive, curieuse et intelligente, les professeurs l'appréciaient aussi.
C'est dans ces années là, qu'elle acquit une forte indépendance vis à vis des autres. Parlant peu d'elle, Maliko était aussi connu pour son imagination débordante. Des journées qui pouvaient paraître monotones se transformaient en véritable parcourt du combattant pour Asayo. Et pour cause, la maison pouvait autant se métamorphoser en jungle qu'en château. Et les partis de cache-cache qu'elle improvisait lorsqu'elle devait prendre un bain par exemple n'arrangeait rien pour la nourrice. Bref, son esprit insouciant, et sans problème ne lui apprit pas à considérer les autres comme étant important.

Quelques années plus tard, Maliko partit pour Londres pour y voir plus souvent ses parents. Son père étant ambassadeur en Angleterre. D'ailleurs, ces derniers cédèrent seulement parce qu'elle réclamait à maintes reprises de les suivre. Bien que réticent à cette idée, puisque leur petite fille ne parlait pas un traître mot anglais, et que les coutumes étaient bien différentes, ils avaient peur qu'elle soit dépaysée et que ses excellentes notes ne fassent ressentir ce malaise. Quand bien même, si Maliko veut, Maliko a.
Ses parents l'obligèrent à prendre des cours particuliers, et eux même s'efforçaient de lui parler en anglais, pour qu'elle apprenne plus vite. Et leurs efforts payèrent, puisque la demoiselle apprit très rapidement. En fait, elle avait toujours eu des pré dispositions pour les langues. Et bien que ses notes étaient au début assez médiocres, ces dernières remontèrent en flèche dès le moment où l'on pouvait la considérer comme bilingue.
Malgré qu'ils soient fiers d'elle, pour la demoiselle s'était bien autre chose. Elle trouvait ses parents ingrats. Fournissant des efforts dans les études pour leur faire plaisir, ces derniers ne passaient toujours pas assez de temps avec elle. Peut être que si elle leur aurait dit clairement, cela aurait changé, sauf que ce ne fut jamais le cas. La petite, avait déjà trop de fierté mal placée à cet âge.
Se renfermant peu à peu lorsqu'elle était chez elle, ce fut complètement le contraire lorsqu'elle rejoignait l'école. Maliko était une populaire en ce temps là. Aimée, détestée, peste, et adorable. Si on était bien vu avec elle, on pouvait être à peu près sûre d'être aimé de beaucoup de monde. Cependant, ce fonctionnement la lassa bien vite. Le feu des projecteurs ne l'intéressait pas du tout. Les faux amis, les lèchent bottes, elle finit par voir seulement les mauvais côtés, bien qu'elle ne montrait rien.
C'est à partir de là, que ses pensées devinrent plus sombres. Se disant que le monde était faux, et qu'elle était pareil. Victime d'une société qui ne l'intéressait même pas. Dans les opinions de ses amis dont on devinait la pensée des parents derrière. Le collège était simplement là pour nous préparer à rentrer dans le moule. Avoir un bon travail, une bonne situation familiale.
Et les remarques désobligeantes de ses parents et de sa nourrice ne faisaient aller que dans son sens de son point de vue. Les premiers ne la connaissaient pas, la deuxième n'était pas sa mère. De toute façon, ils ne voyaient que par ses résultats, qui avaient légèrement baissés. Et simplement pour attirer l'attention de ces derniers pour qu'ils la voient comme un être humain, la demoiselle arrêta définitivement de travailler. Et ses relations sociales changèrent complètement. Plaquant tout, d'une manière assez méprisante, plus personne ne la reconnaissait. Évidemment, ça ne s'est pas fait du jour au lendemain. Ça s'est peu à peu détérioré.
Mais, elle se fit de nouveaux amis qui partageaient un peu plus son état d'esprit. Et pour tout dire, c'était les mauvaises fréquentations. Et c'est avec eux, qu'elle apprit à dépasser ses limites. Petite enfant qui n'avait pensé à toucher à l'alcool qu'a ses environs de 18 ans, et jamais à la drogue, la voilà qui goûtait à ce genre de chose à 14 ans. Voyant une autre facette de la vie qui lui convenait parfaitement à ce moment là. C'était elle qui mettait de l'ambiance dans ce petit groupe de rebelle. Rentrant tard le soir chez elle, parfois même pas du tout, Maliko trouvait toujours une excuse à fournir pour ses parents. Restant plus que discrète sur son nouveau comportement. La jeune fille prenait un soin minutieux à tout cacher pour ne pas qu'ils s'en mêlent. Se refermant sur elle-même, l'adolescente évita le plus possible sa famille y compris Asayo toujours présente et dont Maliko la considérait comme faisant partie intégrante de sa vie. La demoiselle devenait irascible et susceptible avec ces derniers et il était devenu impossible de l'approcher.

A 15 ans, cette dernière perdit ses ailes avec une personne qu'elle n'aimait même pas. A vrai dire, elle ne se souvient même pas de la personne, tellement elle avait bu et fumé. Quant à savoir si elle était consentante à ce moment là, elle ne pourrait pas répondre non plus. Alors qu'on disait que sa première fois était inoubliable, pour Maliko cela reste un souvenir très flou. A partir de là, elle aurait pu se faire passer pour une fille facile. Néanmoins, après cet acte, cette petite japonaise choisissait soigneusement ses petits amis. Enfin, soigneusement, tout est relatif... Se sachant désirable par la plupart des garçons, la demoiselle n'avait qu'un seul critère... La beauté physique. Qu'il soit idiot, n'avait pas d'importance tant qu'elle passait un bon moment. Ses relations amoureuses devinrent donc très instables et très chaotiques, recherchant simplement le plaisir charnel.
Cependant, elle ne s'arrêta pas là, se retrouvant souvent dans des histoires pas possible à se bagarrer avec des filles qui selon elle, empiétait sur son territoire, elle revint plusieurs fois chez elle avec une couche de maquillage sous ses bleues, même si elle ne pouvait pas tout cacher, elle prétextait sa maladresse légendaire à ce moment-là.

Et avec tout ça, autant dire qu'elle s'était complètement perdue. Sa réputation de petite demoiselle douce, vive et innocente prenait un coup dans son établissement. Elle avait la réputation d'être une jeune fille sulfureuse et qui aimait faire la fête. Sa déchéance, elle la voyait. Mais pourquoi changer ? Maliko ne s'était jamais sentie aussi vivante à jouer ainsi avec le feu. Quant à ses résultats, cette dernière passa du statut d'excellente élève à celle de médiocre, frisant insolemment le redoublement. On ne pouvait pas tout réussir dans la vie et encore moins lorsqu'on n'y mettait pas du coeur. Une chute qui alarma ses parents, en plus de son état qui devenait de plus en plus pathétique, puisqu'elle avait du de mal à cacher ce qu'elle faisait. Alors qu'auparavant, elle évitait de revenir chez elle avec des yeux rouges et un sourire béat, désormais Maliko s'en fichait complètement. Ses parents décidèrent de la placer dans une autre école, bien plus stricte. Mais rien à faire, la japonaise retrouvait ses fréquentations d'autrefois en sortant en douce de chez elle. Bien heureusement, la jeune fille n'était pas dans une école huppée où les enfants des autres politiques y étaient. Cela aurait « ternit le nom de famille des Masashi ».

Des paroles répétées à maintes reprises par ses parents, ce qui ne faisait qu'enrager un peu plus la demoiselle cherchant toujours plus à les décevoir. Une vengeance dont ils ne voyaient pourtant que les vestiges, à ses retours de soirées. Et la troisième école stricte avec le pensionnat ne put rien y changer. Si elle ne pouvait pas sortir, soit. Elle s'arrangerait. Se seront les bouteilles et les cigarettes qui viendront à elle et les heures de colles à répétition ne changeaient rien à son comportement. L'adolescente fut proprement et simplement renvoyée au bout du trimestre durant une semaine, les professeurs estimant qu'elle n'avait pas sa place ici et ce n'était pas Maliko qui allait les contredire. Cependant, grâce à son père, elle ne fut pas renvoyée définitivement. Cette dernière n'avait pas l'intention de terminer sa descente aux enfers aussi rapidement, même si elle approchait de ses 17 ans.

La demoiselle arrêta pourtant brusquement ses mésaventures à l'année de ses 18 ans, lorsque Asayo disparut subitement de sa vie dans un accident de voiture, l'obligeant à se remettre en question. Et force est de constater qu'elle s'était rendue compte qu'elle n'avait vraiment pas de quoi être fière. Alors, elle décida du jour au lendemain d'arrêter les drogues et de diminuer sa trop grande consommation d'alcool. Voyant les médecins pour ne pas mourir d'un quelque conque manque. Et pour supprimer toute tentation, Maliko avait bien décidé de couper les ponts avec tout ce qui la rapprochait de près ou de loin à la drogue. Abandonnant ses amis, tout en essayant de les convaincre eux aussi d'arrêter, sans avoir le moindre résultat.

Et cette année là, elle partie pour les Etats Unis, pour y intégrer une grande université, non sans l'aide de son père, bien évidemment. Et bizarrement, elle vint obtenir de très bonne notes en droit puisqu'elle s'y intéressait énormément. Et elle vint se reconstruire très rapidement, au bout d'un an. Elle continuait à faire des soirées, et c'est bien dans l'une d'elle que sa vie bascula du tout au tout, et c'est souvent le plus petits détails qui change tout. Mettez vous à côté d'une jeune fille terriblement belle et pulpeuse, et ajoutez un démon idiot qui doit enlever cette même fille... Ca fait une erreur sur la personne. Maliko n'aurait jamais dû être enlevée, et atterrir sur cette île. Endormie au phosphore durant tout le voyage, elle reprit connaissance seulement à destination, et elle se souvient parfaitement de la conversation et des premières tête qu'elle avait vu :

-Elle est où la marchandise ? Tu les vois où les gros seins et la bouche pulpeuse, sombre crétin ?

-Elle est pas moche, on peut en tirer quelque chose... Y en a qui aime les plates...
-Bah merci, je suis pas si plate non plus... Et encore moins de la marchandise... Je vais pas faire la catin...

Bon, la suite elle s'en souvient pas puisqu'elle a été proprement et simplement assommée, avant de se retrouver dans une prison, où Maliko était plus occupée à piquer la nourriture de sa voisine de cellule avec laquelle, elle avait sympathisé, plutôt que de faire les yeux doux aux potentiels acheteurs. Et grâce à cette fameuse voisine, Maliko trouvait toujours le courage de rigoler, alors que d'autres pleuraient ou hurlaient. Et ça continue encore...



Bas les Masques ; IRL.


      ▬ Pseudonyme : Euh... Pouet
      ▬ Âge : 21
      ▬ Code : Les fruits sont diaboliquement juteux et fruités
      ▬ Avis, Conseil à Donner ? :
      ▬ Comment avez vous trouvé l'adresse de notre forum ? : Kyuu et Gab
      ▬ Personnage sur l'Avatar : Seychelles-Hetalia

Si la fiche ne fait pas assez sérieuse, je la referais sans soucis ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Maliko Masashi... Esclave à côté de la plaque | Fiche terminée |   Mer 16 Nov - 15:24

Après lecture de ta fiche je t'annonce officiellement que tu es validée sur le forum, amuse toi bien & bon RP =3
Revenir en haut Aller en bas
 

Maliko Masashi... Esclave à côté de la plaque | Fiche terminée |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Plaque mémoriale
» Nettoyage d'une plaque funéraire
» plaque de sabretache d'artillerie française
» La lune est à portée de main. [PV: Masashi]
» [Uber] Quelle plaque mettre à Arceus ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPs-