AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

  Une journée de merde.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: Une journée de merde.   Ven 19 Aoû - 21:16

Kyoufuu s'étira. Il s'étira longuement contre les barreau d'une cage exiguë où s'entassait avec lui deux hommes et une femme. Comme chaque jour il regardait de ses beaux yeux vert et profond les gens passer devant lui. Chaque jour de chaque année. Il avait eu vingt et un an en mars et il avait perdu l'espoir de se voir partir.

Dans sa cage, les pensionnaires tournaient. Tantôt de bonne compagnie, tantôt traumatisé ou pleins d'espoir. Il devait bien avouer que seule le premier groupe cité l'interresser car pour ceux qui pensent à finir leur vie dans une cage, la compagnie c'est de la masturbation de l'esprit... Avec un cactus. Ces gens étaient d'un chiant, comme toujours et rien ne bougeait. Simplement un calme plat, une mer sans vent. Un lac.

Le soleil déclina dans le ciel et comme chaque soir, à travers les longues avenues, les tours formaient une haie d'honneur à la lumière rose qui brulait alors les yeux des esclaves. Comme tous les soirs, Kokoro regardais cette avenue monotone sous les lumières polychromes qui se reflétait sur les tours d'acier et de verres. Il s'en enivrait car la couleur était ensuite une denrée rare dans la monochromie de la nuit. Dans ce noir profond. Maintenant, il s'ennuyait. Il s'ennuyait de ses femmes sans aucune saveur et de ses esclaves sans couilles, qui ne parle pas, de peur d'une quelconque sentence. Qui craigne la mort. L'argent ne meurt jamais et lorsque tu es dans cette cage, tu ne vis pourtant pas. Les derniers clients commencèrent à entrer, apportant un peu d'air et brouillant la fraîcheur et l'air d'usine de la climatisation.

D'un seul corps, les esclaves allèrent se plaquer vers les royaliste, les belles personnes. Un de ses congénères vint se plaquer près de lui et réclama plus de place pour être mis en avant. Kokoro dont les manche de sa chemise avait récemment étaient déchiré par cette homme ci, déboutonna un peut ce reste de soie et se recula. Il eu le temps d'entendre une raillerie. Une. Pas deux. Sa main attrapa le visage de l'homme e fracassa celui ci contre la cage puis il fit s'effondrer l'homme d'un coup de talon dans le genou. Il s'assit sur sont torse, plaquant les bras du pauvre homme sous ses genoux.

"Ca..." Il lui mi une droite magistrale.

"...C'est pour ma chemise. Et ca..."

Il enchaîna par un droite-gauche.

"...C'est pour mon plaisir personnelle."

Les trait déchiré de colère il leva a nouveau sont bras droit qui fut stopper par l'autre homme, plus fort que lui. Un pacifiste qui n'aimait pas la guerre et la violence. Connard d'idiot fouteur de merde, pensa alors Koko. Il attrapât sont autre bras et le bloqua, debout, contre lui. L'autre homme se releva et en mi une dans le ventre de Koko... Qui en profita quelque temps mais au tout de même le souffle coupé. La suite fut tout de meme une belle preuve que l'adversaire en avait tant le coup de pied magistral qu'il se pris dans les testicules le mis a genoux avec un rale crepitant. S'ensuivit un coup de genoux qui l'acheva. Koko se degagea de l'etreinte de l'autre homme tandis que la jeune femme alla s'occupé de l'evanouit. Kyoufuu enleva sa chemise et la posa sur sont epaule puis il interpela un garde.

"Monsieur, j'ai était méchant, faudrait me mettre aux chaines, comme la derniere fois."
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une journée de merde.   Lun 22 Aoû - 9:38

*La démone s'étira longuement dehors, venant juste de sortir du QG royaliste. C'était beau d'être chef, mais qu'est ce que cela pouvait être usant à la longue... Enfin ce qui la barbait le plus c'était tout de même de remplir la paperasse, concernant les combats et la chasses aux esclaves ou maître qui ne respectaient pas la lois c'était tout autre chose...
Bref notre chère Athenais avait besoin d'un esclave, d'une pour qu'il puisse prendre soin d'elle, qu'elle puisse se défouler dessus dans tout les sens du terme, et enfin qu'il puisse faire les tâches ménagèrent, car les faire en rentrant de son travaille éreintant ne l'amuser pas plus que ça.

Elle descendit donc jusqu’au marché aux esclaves, un peu sur les nerfs, elle ne voulait pas perdre de temps et voulait trouver le petit soumis qui assouvirait tout ses désires. Entrant donc dans cet infâme lieu a la nuit tomber... Elle regarda les esclaves s'agrippant aux barreaux dans l'espoir qu'un maître les prennent, tous avaient sans doute leurs motivations mais qu'importe.
Parcourant les allés avec un marchand elle tomba sur une cage ou plusieurs esclaves se battait surement pour avoir une bonne place... La démone en vit un en particulier qui l’intéressa, le vendeur voulut intervenir pour arrêter le massacre mais Athenais le retint d'un geste de la main, regardant l'homme à l’intérieur de la cage s'approcher d'eux après avoir donner la patté a ses deux camarades de cellule.
La démone lui sourit applaudissant un peu.*

"-Bien jouer petit humain, mais les chaines ne seront pas pour toi aujourd'hui, tu a réussis a capté mon intention, tu sais te battre et ça me plait bien. Espérons maintenant que je pourrais t'affecter à d'autres tâches que celles ci. *Regardant ensuite le vendeur.* "-Sortez moi celui la et emportez les deux autres a l'infirmerie..."

*L'homme s’exécuta faisant appelle à ses collègue pour transporter les blesser tandis qu'il sortit l'esclave pour la jeune femme, celle ci donnant une belle petit somme au marchand avant qu'il ne referme la cage et aille avec ses collègue. Athenais regarda de son regard rouge flamboyant son nouveau serviteur, lui tendant la main.*

"-Je suis Athenais Exdon, chef des royaliste et j'ai le bonheur de t'annoncer que je suis ta maitresse."
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: Une journée de merde.   Lun 22 Aoû - 13:55

Je regardais mes deux anciens camarade de cellules se faire emmener vers l'infirmerie. C’était bien fait pour eux, après tout. Cette sous loque violente et inutile qui essayait de se montrer supérieur dans des cages qui prouvaient que nous étions ceux qui portent la Pyramide Hiérarchique. Nous en somme la pierre et le ciment, ce qui est caché au yeux des gens car dans se monde entrecoupé de barreaux nous ne somme rien, et ne deviendrons qu'a un pourcentage infime quelque chose. Quelque chose et non quelqu'un. Car le statue de personne n'est pas donné aux yeux des Maitres et de beaucoup de Royaliste a ceux qui servent et que l'on acheté.

Mes pensées voguèrent jusqu'à couler dans la mer de mon esprit. Je tournais ma tête pour planter mes yeux d’émeraude dans ceux d'une femme superbe. Elle m'avait applaudit, aillant sans doute vu l'escarmouche. Ça voix était forte, et elle prononça ça dernière phrase avec fierté puis me tendis la mains. Une mains pale et fine, agile sans doute. Du genre a preferé tenir une lame plutot qu'une plume. Pour ne mentir a personne, je doit avouer qu'elle me plaisait. Ses longue jambe de déesse me plaisaient tout comme ce buste a la poitrine généreuse. Ca posture et la force qu'elle degage. Oui, ca, elle me plaisait. Tout de suite, j'achevais de tourner les epaule vers elle afin qu'elle put mieux me voir. Puis je pris sa main, appreciant ca peau douce et constrastant avec le leger hale de mon epiderme. Je fermais les yeux et inclina la tete, en signe de soumissions.

-Je vous remercie, Maîtresse, de cette honneur que vous me faites en reconnaissant mes dons martiaux. J'ai, certes, eu le temps de m’entraîner dans cette cage. Je me nomme Kokoro Kyoufuu, mais appelez moi comme vous le souhaitez, bien évidement...

Je fit un pas pour m'approcher d'elle, avec respect toute fois. Je ne devais pas mal me faire voir, sinon... Et bien, il y avait bien d'autre esclave autour et je ne pensais pas être un esclave de grand luxe. Elle avait aborder mes potentiels capacité outre la maitrise du pugilat. N'ayant jamais ni fait la cuisine, ni meme le menages, ni quoi que se soit d'autre que se battre, faire l'amour et s'adapter... J'optais alors pour la sincérité.

-Ordonnez moi, Maîtresse, et je ferais de mon mieux. Sachez que je suis doué pour m'adapter a chaque situations, dans les limites de l'humain, évidement...


J’avais alors relever la tète et m’étant approchais, je pouvais mieux distinguer ses yeux rouge et profond, carnassier... Sur le coup, j’avouerais m’être dit que moi, je la dévorerai bien...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une journée de merde.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une journée de merde.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Journée de merde [Dark]
» PAST | Journée de merde [PV : Damien]
» Une journée en Afrique
» Une journée à Soissons
» La journée internationale de l'alphabétisation sera célébrée ce 8 septembre en H

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPs-