AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 L'éternité à un prix. [ Finished'.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: L'éternité à un prix. [ Finished'.]   Mar 28 Juin - 19:39



REIMEI
Hana




    Reimei
    Hana
    ...
    Besoin de compagnie.




Magasin des Sentiments ; Psychologie.


Tu es une fleur qui un jour à rêver de grandir...
Mais qui a cesser de pousser.

Tel une rose aux épines dangereuses et mortelles, tu installes une barrière entre le monde extérieur et tes propres ambitions, cachant la tristesse que tu ressens, tu ne veux montrer cette facette si faible et si fracassée par les âges, cet endroit où tes pétales se meurent lentement. Ton cœur, malgré sa fausse présence, est bouleversé par ces gens qui te méprises, et sans que tu t'en rends compte il se brise avec une lenteur déchirante, ton âme éclate à chaque regards de mal-être qui se poses sur ta pauvre petit carrure, tu as peur, tu réagis violemment contre un assaillant qui ne veut que te connaître un peu plus, fière de ta raison d'exister, têtue, tu t'es jouée des règles de la nature qui relit la vie et la mort, pourtant dans cette piètre partie de jeu tu ne recherches pas la compagnie, tu ne veux pas voir ce jardin mourir, tu ne veux pas que ton bonheur s'envole comme toutes les autres fois que ton cœur s'est accroché à un rivage, c'est pour cela qui tu t'isoles dans une bulle qui, à chaque instants, éloigne subitement tout ceux qui essaye d'approcher ton espace flétrissant depuis le début de ce rêve.

Une lueur, un espoir se pose sur un fond noir.
Un rêve, une route tracé de blanc.

Tu parais si froide, si distante, mais ces ignorants ne remarquent pas la beauté de ton éclosion prochaine, dans ce monde il faut sacrifier pour survivre, tu l'as appris il y a déjà bien longtemps, peut-être trop de temps. Si tu laissais peut-être une chance à ces gens de te connaître, ils apprendraient qu'au fond de cette chair flétrie se cache un cœur aussi éclatant qu'un diamant et une âme aussi lumineuse qu'une étoile, tout deux dévoués à la personne qui partagerait la mort et l'éternité avec ce papillon délicat que tu es. Tu sais comment la vie est importante, tu as appris que la force des mots pouvait tout simplement éteindre cette flamme, couper ce souffle chaud, réveillez un être d'un doux rêve, brisé le cœur d'un enfant, brisé l'âme de l'innocence, brisé toute une vie … Voilà ce qui arrive quand je m'enfouis trop loin en toi … Au fond de ta propre espérance se cache une tristesse aussi froide et sombre que les abysses. Cette lame aiguisé ne te protégeras jamais, car tes mains ne peuvent tenir tout ce que tu as enduré.

Arrête de pleurer... Tu as grandis...
Ne repenses pas au passé...

Tes mains tremblent face à ce fil appelé le destin, tu marches toujours sur cette route, tu hésites sur tes choix, noyée sur un chemin qui t'engloutis petit à petit, et dans ce noir total ta lueur se perds entre bien et mal. Naïve tu n'hésites pas à croire aux pires mensonges, mais timide tu n'hésites pas à reculer même pour des bonnes intentions, quelques fois dissimulées dans derrière un mur infranchissable. Quand vas-tu t'épanouir belle rose de minuit que tu es ? L'innocence est l'un de tes nombreux critères avec lequel on t'associe la plus part du temps... Que dires de plus, tes yeux de cristaux ne regardes que le ciel, tu voudrais être libre de ce labyrinthe perdu dans le temps, tu es un oiseau emprisonner dans cette cage en bambous, tu veux voler mais tu es effrayé par les méchants éclairs qui éclatent à chaque instant ton cœur d'enfant. Tu es comme du verre, au moins coup de vent tu manques de te craqueler, et de te briser en plusieurs morceaux, les mots qui te frôles ont beaucoup d'importances à tes yeux, c'est un doux vent chaud comme une brûlure insupportable par ta vrai silhouette, pour ton esprit d'enfant... le monde est-il remplis de fleur ?

Cabine d'Essayage ; Physique.

Tu es perdue dans l'éternité...
Celle qui ton innocente n'aurait dû goûtée...

Un corps vulnérable, fracassé doté de splendides courbes gracieuses et fines, ainsi qu'une taille modeste, adorable mais pourtant si sensible et mélancolique, voilà donc ce que tu appelles le péché de la curiosité, un esprit fort dans un corps faible d'un enfant innocent mais pourtant si impur, tu marches sur des grandes routes que ta petite silhouette chemine avec difficulté, tu cherches de l'aide en vain, tu vois les minutes, les heures, les années défilées devant toi, tout vas si vite, tout se fane … Sauf ton corps qui lui à jamais se figera dans cet enfance, cherchant avec espoir la fin de ce fil doré que l'on appelle le destin. Curieusement tu tends la main vers le ciel, vers ta destination, d'où tu es tu peux voir ton but, mais tes jambes frêles fléchissent et tombent, t'emportant au point de départ avec elles et une nouvelle fois tu dois tout recommencer, pourtant tu n'abandonnes pas malgré le nombre impensable d'essai, tu continues de marcher. Chaque pas, chaque instants, abîme tes vêtements, les déchires et les froissent comme ton petit cœur léger qui lui aussi se transformera tôt ou tard en lambeaux, dans cette main presque ensanglanté sous tes efforts, tu as enroulé un ruban, celui qui te servait de vêtement autrefois mais qui semble justement te protéger ces derniers temps, pour que tu évite de trop te blesser avec cette peau fragile, même ne portant que des lambeaux tu n'auras toujours pas lâcher prise... dans tes mains tu tiens ton trésor, celui sur lequel ta vie repose, sur ton dos tu portes tes efforts, ceux qui plus tard te protégerons. Tes allures de princesse se révèlent sous tes belles formes intouchables , infroissable et tes beaux habillages ruiné au fil de ta longue vie, mais pourtant tu restes si mystérieuse, lorsque l'on t'approche... la présence d'une autre personne t'accompagne, elle te suit … lorsque tes pleurs se manifeste, une lueur étoilée flotte autour de toi et te réchauffe, tandis que autour de tout les autres un froid hivernale se manifeste, mais ils ne pourront jamais comprendre quel est sa signification pour toi.

Tes larmes ont elle arrêtée de couler ?
C'est « Lui » qui te berce...

Un pitoyable visage cassable albâtre, voilà ce qu'il reste de la plus belle chose de cette enveloppe charnelle si vitreuse, voilà ce qu'il reste de ton ancienne personnalité, où sont donc passé tes yeux bleus qui jadis étaient d'une couleur aussi éclatante que les étoiles et aussi coloré qu'un saphir qui aurait été cueillit dans le ciel lui même ? À présent la lueur d'espoir s'est estompée dans ce regards autrefois attirant caché par tes mèches blanchis comme ton âme, défroissé par chacune de tes actions, te cachant la vue quelques fois, ton nez si parfait saigne, il est légèrement atteint par plusieurs de tes chutes, tes lèvres ont perdus eux aussi de leurs teintes, devenue roses, voir même blanche comme le fût un jour cette douce peau tout aussi translucide que le reste de ta silhouette, elle est si délicate qu'une fois un contact établi avec elle en devient rougeâtre comme tes deux jolies joues qui virent pivoine au simple toucher.. Tes doigts fins souvent vernis ne sont maintenant juste bons qu'à sécher les larmes incessante de ton existence.

Sur les traces de l'indiscret ; Identité.


      ▬ Nom : Reimei
      ▬ Prénom : Hana
      ▬ Surnom : -
      ▬ Âge : 17 ans en apparence.
      ▬ Sexe : Féminin

      ▬ Orientation Sexuelle : Bi'.
      ▬ Fantasme : Aucuns en particulier.

      ▬ Cicatrices : La peau est aussi intacte qu'à sa naissance.
      ▬ Troubles Physiques :

      ▬ Rêve : Juste trouver un peu de temps dans cet éternité.
      ▬ Crainte : Que ce rêve perdure à jamais...
      ▬ Troubles Mentaux : Elle a peur de son entourage et cherche souvent à l'éviter, quitte à être agressive.

      ▬ Odeur Préférée : Celle du thé noir.
      ▬ Style de Musique : Aucune en particulier.
      ▬ Citation Favorite : « C'est en ouvrant la boîte où l'on a scellé le temps que l'on remarque qu'il n y a rien... On en déduit que l'on a pas su prendre le temps comme il se doit...»
      ▬ Couleur la plus Appréciée : Bleu
      ▬ Fleur Préférée : Rose
      ▬ Animal Favori : Myon, un étrange ectoplasme vivant à ses côtés.

      ▬ Nationalité : Japonais
      ▬ Statut Social : Neutre

      ▬ Armes : Un long katana pratiquement intacte, elle n'as pas l'air de s'en servir et un wakizashi souvent attaché à ses hanches.
      ▬ Pouvoirs : Myon et Hana sont une seule et même personne, elle se dédoublé mais les pensées ne seront pas les mêmes.

      ▬ Forces : La patience est une vertu ...
      ▬ Faiblesses : Beaucoup ... Beaucoup trop...
      ▬ Avis sur la situation actuelle des choses : « Il suffit de regarder le temps passé en buvant une tasse de thé, espérant que tout s'arrangera.»


Lumière sur l'Obscurité ; Biographie.


Ton passé tu l'as ensevelis sous la boue...
Il ne mérite que ça après tout.


Alors que tous les autres étaient à l'abri des tempêtes, toi tu étais là, assise au creux d'un coin près de vieilles ruines, le bois mort, pourri par l'humidité, comme seul bouclier contre le ciel qui s'acharnait sur ta pauvre et pitoyable vie, tu te moquais bien de lui, tes yeux éclatants l'observaient, brisant ses éclairs si effrayant, cet étendu de bleu qui dans ces temps de rage humaine, virait souvent au gris... au noir... au rouge, parfois il t'arrivait de le voir disparaître complètement. Pourquoi le regardais-tu sans cesse, cet étendu que tu ne pouvais atteindre avec ta petite main tremblante ? Tu la tendais vers l'horizon, tu pleurais silencieusement pour que toi aussi... Ce que cette soi-disant vie vienne reprendre ce qu'elle t'as sûrement donné par erreur, un souffle d'espoir. Tu n'arrêtes pas de te souvenir de leurs visage, ils avaient pitié de toi, certains riaient de toi, d'autres tentaient de se jouer de toi, mais tu n'as jamais abandonné... Pas une seule fois tu n'as décroché tes perles de cet mer céleste, guettant avec patience quand tu partiras. Le temps passait … La faim te rongeait, lentement, tel un loup tu étais sauvage, solitaire, mais tu te nourrissais de ce que l'on t'offrais, un jour parmi tant d'autres tu as changé, as-tu compris qu'ici tu n'avais plus rien à faire ? Cette fumée suffoquait tes poumons, fracassait ton pauvre état d'être... Tu regardais une dernière fois ton ennemi, attrapant un présent de sa part avec délicatesse, tu fermais les yeux, ton corps se leva de lui-même, avais-tu enfin compris que ta nuit était ensanglanté et que tes cauchemars incessants n'étaient que des rêves teinté que d'un noir écarlate ? Comme cette pétale de cerisier qui elle aussi s'est fanée et avant de tomber entre tes mains.

Fauve... Monstre... Abomination...
Ton cœur d'enfant à appris une leçon...

Tu es tel un animal sauvage... au fil des années, tu as survies pour une raison enfantine, tu souhaites te venger de ce que l'on t'a gracieusement donné, tes griffes acérés ont été tes seuls défenses face à ce monde remplis de haine, le sang quant à lui a été le seul moyen de te calmer dans ton stress intérieur, mais pourquoi jusqu'à présent tu n'arrives pas à assumer que tu as perdu des choses importantes ? Tu risques un jour de tomber car ta fierté te perdra un jour jeune louveteau... Pourquoi les méprises-tu ? Que t'ont-ils fait ? Cachée dans ton coin sombre, tu guettes. Une ruelle aussi mal famée que ton accoutrement, pas si différent de ton ancien chez toi n'est ce pas ? Tout aussi impur que l’hémoglobine qui coulait le long de cet arme blanche. Peureuse ? Toi ? Juste de face, fourbe au sourire fier, tu te terres encore plus dans l'obscurité, haïssant ces jeunes nouveaux-né de tout âge, qui eux comparé à toi vivait une belle vie... Sauvage, voilà comment on te caractérisait, au moindre soupçons tes crocs acérés faisaient couler l'essence vitale d'une main bienfaitrice, ne te laissant pas dompter, tu retournais tel une lâche dans ta cachette où personne n'osait s'aventurer de peur que tu ne t'attaque au premier arrivé... Personne à part lui, comment l'oublier, il marchait en ta direction, un sourire moqueur mais pas arrogant pour autant, tu as tenté de le menacer en grognant, c'était mignon, il en a rit, malgré toi tu n'arrivais pas à l'attaquer... Tu avais peur de lui, peur de cet affection qu'il te donnait d'un simple regard, tu n'avais même pas remarqué qu'il avait posé une main protectrice sur ta tête, caressant tes magnifiques cheveux argentés, tu ne savais qu'une seule chose : c'est lui qui a séché tes larmes quand ton âme pleurait... Il t'a bercé … Pourtant malgré son physique d'homme agressif tu as continué à croire qu'il serait ton parent idéal ... Ta première impression n'était pas si indifférente... Toi animal sauvage, tu t'es faite dompté par un parfait inconnu au sourire de sauveur.

Tu es ma princesse et je serai ton fidèle servant...
Si pour que tu survives je dois mourir... Je le ferai.


Pourquoi tu l'as suivie ? Pourquoi tu as obéis à ce parfait inconnu ? Pourquoi tu tiens autant à lui … ? Même toi tu ne le sais pas pourtant tu es décidée à l'accompagné … Tu le sentais, lui aussi, avait perdu une chose importante qu'il n'avait pas remarqué, est-il le ciel que tu as tant haï ...? Ou juste un rayon de soleil qui est venu percer ses nuages gris, illuminant tes alentours ? Ses yeux étaient comme les tiens, son sourire était comme le tien... Tu as dit tes premières paroles à ses oreilles après tant d'années... «  Myon. » il s'est arrêté ce jour là, amusé sûrement, un petit rire moqueur comme la première rencontre, il a passé sa grand main sur ta joue avant de caresser celle-ci ne te répondant que d'un hochement de tête... Il vivait dans un dôjo abandonné, des débris par ici, des ruines par là néanmoins tu ne t'en plaignais pas pour autant. Dans ton enfance malheureuse tu n'avais pas appris d'autres mots que son surnom, et ta conscience ne voyait pas vraiment de différence d'avant après tout tu as toujours vécu dans ce genre de taudis, mais il y avait une chose en plus et une chose en moins … Là où ce beau cerisier à péri, il a donné naissance à ta deuxième espérance peut être que un jour toi aussi tu devras périr pour lui... Tandis que toi tu es la servante amateur, qui à de nombreuses reprises a brisé de la vaisselle neuves, brûler l'unique dîner, effondrer les murs meurtri par la vieillesse, sans jamais montré ta honte ou ta peur, ton visage ne changeait pas à ses yeux, mais le sien non plus, tel un chevalier servant il te montrait ses capacités au maniement d'un katana au fourreau magnifique, cherchant à impressionner l'enfant que tu étais, il faut dire qu'il n'avait pas raté pour autant, juste le fourreau avait captivé ton attention, il y avait des pétales de cerisier gravés avec élégance, tu étais étrangement redevable d'une décoration qu'il semblait avoir rajouté, une magnifique fleur de lys, blanche comme la neige, il l'avait attaché à l'aide d'un fil de coton à la protection, cette fleur, c'était toi qui l'avait offert, il t'avait d'ailleurs grondé d'être sortie par un jour de tempête pour aller lui en chercher une, tu étais trempée mais tu n'es pas tombé malade pour autant... Il s’inquiétait de tout.

Tu m'as souvent dis que tout avait une fin,
Rose enneigé es-tu sur le point de faner ?

Tu le regardais, mourant, silencieusement il te fixait avec ce même sourire que tu as connu pendant tant d'années, tu te montrais plus affective qu'autre fois, caressant délicatement sa joue, lui rendant un sourire forcé, tu le savais qu'il n'en avait plus pour longtemps... C'est un fier samuraï qui se bat pour toi... Il te parlait souvent de ce cerisier qui avait pousser sur la colline à quelques mètres de ce foyer. Tu l'écoutais toujours avec attention, sa tête posé sur tes cuisses de jeune fille, tu te retenais de pleurer... Tu n'as pas grandie Hana, tu es toujours aussi faible, disait-il en se moquant de toi, tandis qu'inconsciemment une larme coulait de ta joue. Tu avais honte, tu répétais sans cesse... Et tu continues de le répéter que tu le sauveras de sa souffrance. Pourquoi as-tu fais tant de chose pour lui ? Pourquoi tes yeux ne voyaient-ils que lui ? Ce n'est pas qu'un simple parent... C'est tout simplement un ami, ou un amant, qui est sur le point de te dire adieu avec un sourire vainqueur... Tu as peur encore aujourd'hui qu'il s'en aille... Tu as peur encore d'être de nouveau seule... Ce sacrifice tu l'as fais pour lui.... Pour cet amour impossible entre ce que tu es devenue et cet homme au cœur remarquable.

Si pour me sauver tu dois périr...
Alors mon âme je te rendrais...


Tu as fais un pacte avec le Malin... Il t'offrait l'éternité, pour qu'il reste à jamais à tes côtés... Tu voyais les esprits... Tu étais morte peut-être ? Non il s'est montré généreux, tu pensais ça au départ. Mais tu as appris avec le temps que l'éternité était la pire des punitions qu'un être puisse avoir... Le temps s'est arrêté... Mais tu ne t'en préoccupe pas car il est là … Près de toi, il te surveille... Tant que tu tiens fermement ces derniers souvenirs... Tu pars d'ici... Après tout tu n'as plus rien à faire... Tu voyages souvent jusqu'à arrivé « là »... Peut-être trouveras-tu un endroit où un jour retourné....




Bas les Masques ; IRL.


      ▬ Pseudonyme : Panda'
      ▬ Âge : 17'
      ▬ Code : Les fruits sont diaboliquement juteux.
      ▬ Avis, Conseil à Donner ? : Je peux être trop direct, je préfère me taire.
      ▬ Personnage sur l'Avatar :Konpaku Youmu de Touhou Project


Dernière édition par Hana Reimei le Sam 24 Sep - 1:32, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche personnage
Maître: Aucun
Race: Elfe noir
Armes/Objets: Aucun
Game Mistress

Messages : 191
Date d'inscription : 15/02/2010
Age : 24
Localisation : Japon

MessageSujet: Re: L'éternité à un prix. [ Finished'.]   Lun 19 Sep - 16:29

finie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://darkness-unleashed.superforum.fr
Invité


MessageSujet: Re: L'éternité à un prix. [ Finished'.]   Sam 24 Sep - 1:31

Finie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche personnage
Maître: Aucun
Race: Elfe noir
Armes/Objets: Aucun
Game Mistress

Messages : 191
Date d'inscription : 15/02/2010
Age : 24
Localisation : Japon

MessageSujet: Re: L'éternité à un prix. [ Finished'.]   Sam 24 Sep - 10:36

validé alors
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://darkness-unleashed.superforum.fr
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'éternité à un prix. [ Finished'.]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'éternité à un prix. [ Finished'.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Remise des Prix à la VBM
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)
» Un Prix Nobel Controversé, mais pas Embarrassant
» Prix du petrole a travers le temps
» Liste et prix des équipements communs et rares.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPs-